Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAP. I.

>

le joug qui lui est imposé. Elle veut voir , & sortir de cette espece d'ens fance , où l'on se contente de croire. Elle s'efforce de pénétrer les conseils de Dieu , de concilier des vérités qui paroislent opposées, de dévoiler des mysteres qu'on lui confie sans lui en rendre raison. JESUS-CHRIST crucifié l'importune & la met à la gêne. Elle se trouve plus en liberté en ne consultant que l'idée abstraite d'un premier Etre , qui ne peut lui en dicouvrir les volontés libres & les décrets, & qui lui permet de se les figurer comme il lui plaît. Et le fruit de la témérité est de perdre ce qui étoit trouvé, de rendre douteux ce qui étoit certain , d'ajouter aux salutaires obscurités des mysteres les ténébres de l'erreur , & de rentrer, après la lumiere de l'Evangile , dans, tous les vains systèmes qui ont párta

gé & séduit les philosophes payens. Colof. 2.8. 3. » Prenez garde, disoit saint Paul » aux Colofliens

, que personne ne »j vous enleve & ne vous ravisse vo,

tre foi par la philosophie & par des „ raisonnemens vains & trompeurs, ► selon les traditions des hommes

CHAP. I.

[ocr errors]

Telon les principes d'une science
mondaine & non selon J. C.
Videre ne quis vos Seducat i depre-
detur oudczasyw per philofophiam

inanem fallaciam. Prenez garde
qu'en vous promettant l'évidence, on
ne vous enleve la foi,& qu'on ne vous
trompe , en vous faisant esperer la vé-
rité. On vous parlera un langage hu-
main, naturel, conforme à vos pen-
sées : défiez-vous-en pour cela seul. La
vraie sagesse ne ressemble point à la sa-
gesse humaine: Secundum traditionem
hominum , fecundum elementa mundi, non
fecundum Chriftum. N'écoutez rien
après Jesus - CHRIST. Regardez tout
autre maître non-seulement comme
suspect , mais comme convaincu de
séduction & d'erreur. Que son Evan-
gile vous tienne lieu de tout. Que la
Croix soit pour vous & l’abregé, & l'in-
terpretation , & la preuve de son E-
vangile. Considerez-le dans ce myste-
re, après l'avoir écouté dans ses'ins-
tructions; & que ce mystere vous rap-
pelle par la seule vûë tout ce que les
instructions vous ont appris. Nobis cu-
riofitate opus non est post Christum fefum,
nec inquifitione poft Evangelium.

悦会吃会吃吃究会各

CH A PITRE II.

JESUS crucifié est notre exem

ple & notre modele.

$. I.

2

de ceux

JESUS CHRIST , pour nous mieux instruire, a joint ses exemples

à ses discours. L n'a

mon"I pas the

été posible de trer JESU's crucifié comme un inaître à qui sa Croix sert de chaire pour enseigner tous les hommes, & pour leur apprendre à discerner les vrais biens & les vrais maux , qui n'en ont que l'apparence, & les moïens qui conduisent au bonheur, des obstacles qui en éloignent : il n'a pas , dis-je, été possible de le iontrer en qualité de maître qui enseigne les hommes sans le montrer aulli, au moins indirectement, comme leur modéle. Mais ces deux qualités que JESUS-CHRIst a unies dans sa

personne auroient pû être séparées. Il

auroit

auroit pû être notre législateur , sans CHAP. 11. devenir notre exemple. Il auroit pů nous découvrir le sentier étroit de la Croix, sans y marcher le premier. Il auroit pû nous convaincre de la nécessité de retourner au ciel par un chemin contraire à celui qui nous a perdus , sans vouloir entrer lui-même dans la gloire qui lui étoit dûë, par des souffrances qui n'étoient dûe's qu'aux pécheurs.

2. Considerons - le donc sous ce nouveau rapport d'exemple & de modele, & croions que c'est à nous, aufh - bien qu'à Moyse, que Dieu commande de considerer avec attention & d'imiter avec soin le modéle qui nous est montré sur la montagne : Inspice, é fac fecundùm exemplar quod Exod. 25. tibi in monte monstratum eft. Ces paroles en effet ont un rapport essentiel à JESUS-CHRIST comme Pontife des biens futurs , & comme hoftie de la nouvelle alliance, dont le tabernacle & toutes les proportions étoient la figure, ainsi que nous l'enseigne faint Paul, qui emploie pour Heb. 8. s. le proliver, les paroles mêmes que Dieu dit à Moyse. C'étoit JESUS:

B

[ocr errors]

40.

Partie 1.

CHAP. 11. CHRIST qui étoit le grand & fublime

original que Moyse copioit avec les fombres couleurs de la loi. C'étoit l'exercice de son facerdoce que le ministere d’Aaron représentoit. C'étoit son sacrifice que toutes les hoities avec leurs cérémonies différente tes exprimoient. C'étoit le Calvaire qui étoit la montagne où la vérité étoit placée, comme la lumiere qui éclairoir tous les nuages qui en reçoivent la réflexion. Et c'étoit sur ce qui se devoit accomplir fur cette montagne, que Moyse avoit ordre de fixer ses regards , pour ne rien faire dans la structure du Tabernacle, & dans tout ce qui en concernoit le ministere, qui n'y eût un rap

3. Mais si ces paroles, Inspice, ecc * il y a dans fac secundum exemplar quod tibi in le grec: é o monte monstratum eft , laissent dans sus permet l'esprit quelque obscurité : celles de géins avrši faint Paul qui leur sert d'interprete, Zapos : pro font bien claires & bien précises. ipfe gaudic. Il , Jettons les yeux, dit-il, fur Jesus,

11 la vulgate la „ l'auteur & le consommateur de la Farticule,pro: » foi , qui au lieu du bonheur pro proposito vi sandom qui lui convenoit & qui lui étoit

port essentiel.

convenienti

manque dans

*

« AnteriorContinuar »