Imágenes de páginas
PDF
EPUB

c6

#

«С

·

comme tâchant de découvrir fes « traces», vadens poft fapientiam quafi investigator; & marchant dans les routes par où elle paffe, qui regarde par fes fenêtres, & qui écoute à fa « porte: qui refpicit per feneftras, & in januis illius audiens: qui fe tient au- « près de fa maifon, & qui enfonçant « un pieu dans fa muraille, fe bâtit une petite cabane auprès d'elle, où fes biens fe confervent pour jamais dans un grand repos » : qui requiefcit juxta domum illius, & in parietibus ejus figens palum ftatuit cafulam fuam ad manus illius."Il établira fes fils fous fon « ombre, & il demeurera fous fes ra- " meaux & fous fes branches: » Sub tegmine ejus, & fub ramis ejus. « Il trou- «e vera fous elle un couvert contre « l'excès de la chaleur, & il fe repo- « fera dans fa gloire : Protegetur fub, tegmine illius à fervore, & in gloria ejus requiefcet.

..

[ocr errors]

2. Avant que JESUS-CHRIST qui eft la Sageffe éternelle, fe fût rendu vifible en prenant notre chair, it étoit notre régle & notre modéle. Mais il étoit très difficile de décou vrir fes pensées & fes fentimens.

C iiij

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

CHAP. II.

CHAP. II. de marcher fur fes traces, de fui

[ocr errors]

Tai. 65. 3.

vre fes veftiges peu marqués, & peufenfibles. Il falloit être extrêmement attentif, pour démêler fes voies de celles qui nous égarent; & l'on étoit dans une crainte continuelle de s'y méprendre. On étoit contraint d'écouter à la porte ce que la Sageffe difoit dans le fecret. On tâchoit de s'élever jufqu'à l'une des fenêtres, pour voir ce qui fe paffoit au - dedans de fa maison, qui demeuroit fermée. On fe logeoit auprès; on s'établiffoit dans fon voifinage, en attendant qu'elle parût elle-même. On mettoit fous fa garde fes biens & fa famille, afin qu'elle en prît foin quand elle voudroit bien fe manifefter au-dehors.

3. Mais depuis que cette Sageffe éternelle, après nous avoir envoyé fes Prophétes, eft venu nous dire elle-. même: Me voici; Ecce ego, ecce ego : & que fes fecrettes pensées nous ont été découvertes par les actions & par fes exemples, fes pas font fi vifiblement imprimés dans le fentier où elle a marché, qu'il eft aisé de les difcerner. Et comme ils fe terminent tous

au Calvaire, qui eft le centre & la CHAP. II. fin des myfteres qui ont précédé son dernier facrifice, ils y conduisent tous ceux qui défirent fincerement de l'imiter. C'est là qu'elle qu'elle a établi fa demeure, & c'eft là que fes difciples établiffent la leur. Ils enfoncent un pieu dans fa croix, pour fervir d'appui & de fondement à leur cabanne. Ils mettent leurs biens & leur famille fous les pieds de JESUS-CHRIST, afin que le fang qui en découle les purifie. Ils fe mettent à couvert fous f'ombre & la protection de fes bras étendus. Ils connoiffent le prix d'un tel afyle. Ils fçavent que tout le reste du monde eft condanné à l'embrâfément: & bien loin de rougir de la Croix de leur Sauveur, ils y mettent leur gloire, parce qu'elle eft maintenant la fource de leur juftice, & qu'elle eft auffi le principe de leur bonheur futur, & de leur immortalité: In parietibus ejus figens palum, ftatuet cafulam fuam ad manus illius... Protegetur fub tegmine illius à fervore in gloria ejus requiefcet.

[blocks in formation]

S. IV.

Explication de la double humi-
liation de JESUS-CHRIST
qui eft notre modéle. Comme
Dieu il s'eft anéanti en prenant
la forme de ferviteur. Comme
homme il s'eft humilié jusqu'à
la mort de la Croix.

[ocr errors]

I. RIEN en effet n'eft plus glorieux pour l'homme, que d'entrer dans les fentimens de JESUS-CHRIST qui eft fon Dieu auffi-bien que fon libérateur; & qui eft fon modéle, non feulement par l'humiliation de la nature humaine jufqu'à la mort de la croix, mais auffi par l'anéantiflement où la nature divine eft comme defcenduë en s'uniffant la forme de ferviteur. Nous n'aurions ofé parler ainfi, fi faint Paul ne l'eût fait avant nous. Mais après que le S. Efprit a confacré cette expreffion, nous la devons regarder comme très-exacte, quoiqu'elle foit auffi très-étonnante, Soyez, dit l'Apôtre aux Philippiens, dans la même difpofition &

"

1

dans le même fentiment où a été « CHAP. II JESUS-CHRIST, qui ayant la « forme & la nature de Dieu, n'a «

lui une «

ce

«

point cru que ce fût pour
ufurpation d'être égal à Dieu : mais ce
il s'eft anéanti lui-même, en pre- «
nant la forme & la nature de fer- "
viteur, en fe rendant semblable aux «
hommes.... Il s'eft rabaiffe lui-mê- "
me, en fe rendant obéiffant jufqu'à «
la mort de la croix. » Saint Paul di-
ftingue en JESUS-CHRIST deux
abaiffemens: l'un de fon humanité
jufqu'à la mort de la croix, l'autre
de fa divinité jufqu'à la forme de
ferviteur. Il appelle l'un une humi-
liation, & l'autre un anéantiffement;
& il veut que l'un & l'autre foient
notre modéle, & que nous entrions
dans tous les fentimens de JESUS-
CHRIST anéanti jufqu'à la forme
de ferviteur ou d'efclave, & humilié
jufqu'à la mort de la croix. Hoc fen-
tite in vobis quod & in Chrifto Fefu...
Semetipfum exinanivit formam fervi
accipiens.... humiliavit femetipfum,
factus obediens ufque ad mortem, mor-

tem autem crucis.

2. Mais comment peut-il être vraj

« AnteriorContinuar »