Imágenes de páginas
PDF
EPUB

pre, naturel , & consubstantiel de son CHAP. IT. Pere , quoiqu'il s'unît à la forme de serviteur , & que la forme de serviteur parût seule aux yeux des hommes. Il ajoutoit la gloire de l'humilité à celle de la divinité; & ne pouvant devenir plus grand en s'élevant, il acqueroit une nouvelle grandeur par un abaissement volontaire, plus surprenant & plus capable de nous étonner, que la puissance & la majesté naturelle. Mirabilior nobis fit in S. Leo , fermi Deo humilitas , quàm poteftas.

11. de pall. 5. Voilà notre modéle: Hoc sentite in vobis quod & in Christo Jesu. JESUSCHRIST eft Dieu : il s'eit anéanti. JESUS-CHRIST eft homme : il s'est humilié jusqu'à la mort de la croix. C'est parce qu'il est égal à son Pere, qu'il s'est anéanti : c'est parce qu'il étoit le Roi de gloire , comme fils de l'homme, qu'il a expiré sur la croix. Rien ne paroissoit lui moins convenir que l'anéantissement & l'humiliation; rien n'a été plus digne

que

l'un & l'autre : rien n'a plus fait éclater sa bonté : rien n'a été plus propre à instruire & à reformer l'homme; rien n'a mieux prouvé

de lui

CHAP, II.

que JESUS-CHRIST étoit Dieu , & le Seigneur de la gloire , que son consentement à se priver pour nous d'un éclat, dont il demeuroit non seulement le maître, mais le principe & la fource.

S. V.

Un tel modéle est proposé à tous :

mais sans qu'aucun puisse ate teindre jusqu'à la perfection de l'original. Chacun en exprime quelque trait:&de vient la différence du caractere des Elus. Notre gloire est d'offrir chacun nos travaux et nos fouffrances, pour concourir à l'expression parfaite de ce divin modéle.

1. Un tel modéle est proposé à tous, mais sans qu'aucun de ses imi tateurs puisse atteindre jusqu'à la perfection de l'original. L'un le copie par un endroit ; l'autre tâche de l'exprimer par un autre. Sa croix l'étale aux yeux de tous : mais les vůcs & les

vûës dispositions de ceux qui l'étudient pour le representer dans eux-mêmes,

song font aussi différentes que les dons & CHAP. 11. les graces qui diversifient les caracteres des Saints. Les Martyrs sont ceux qui approchent le plus de la vérité : mais entre les Martyrs, coma bien y a-t-il de degrés, de distinctions, & de varierés. Il en est de même de ceux qui ont joint à l'innocence du batême les saintes 'austérités de la pénitence : leur amour pour JES U SCHRIST les applique à mille vertus différentes, chacun selon son attrait. Les mortifications de ceux qui travaillent à réparer la perte du batême par un nouveau batême de l'armes, sont aussi de mille

genres différens quoique la croix de JESUS - Christ soit leur principal point de vûë. Les croix particulieres & perfonnelles quc la divine providence distribuë dans tous les états , sont comme les petites portions de la vraie Croix repanduës dans tout le monde, & qui font le trésor de plusieurs Eglises, particulieres, comme le dit saint: Cyrille de Jerusalem:Ligno Crucis uni- s. Cyrilcawerfus tandem orbis terrarum particulatim opplerus eft. Mais comme toutes ces portions ne sont pas l'arbre entier de Partie I.

D

tech. 4. p. 27

Chap. 11. la Croix , & qu'elles n'en diminuent

pas l'intégrité, au rapport de faint S. Paulin à Paulin : il n'y aura jamais aucune Severe.

comparaison entre les fouffrances des Saints de chaque état & celies de JESUS - CHRIST, & le modéle de fa charité, de son obéissance, de fa

pac tience , sera toujours inimicable,quoique les justes de tout état s'appliquent uniquement à l'imiter. 2. Car ces justes ne sont

pas

la Justice même , ni la vérité même cornme Jesus-CHRIST , quoiqu'ils souffrent pour la justice & pour la vérité. Ceux qui les font souffrir font leurs. égaux , & non leurs créatures, comme tous les hommes le font par rap

à Jesus-CHŘIST , qui pourroit Jeur ôter la vie en cessant feulement de la leur conferver. Quelque grandes. que soient leurs épreuves, elles ne seront jamais égales aux fupplices. éternels qu'ils ont mérités , & dont ils ne sont délivrés que par grace. Il n'y en a aucun parini eux qui ne doive dire, comme le faint pénitent:

Nous n'endurons que ce que méri. » tent nos mauvaises actions; mais cen as lui-là, qu'a-t-il fait?»Eft-il d'ailleurs

port

maux

[ocr errors]
[ocr errors]

en notre pouvoir d'éviter ce que nous CHAP. II. fouffrons, comine JESU S - CHRIST étoit le maître de ne rien souffrir ? Si nous en perdions le fruit par l'im- . patience nous ajouterions à nos

bien loin d'en diminuer le sentiment. Beaucoup d'infidéles souffrent autant , ou même plus que nous, fans en rien esperer. Nous pourrions être coinme eux sans confolation & fans esperance. On nous calomnie on nous ôte les biens & la liberté en nous laisse sans protection & sans défense ; mais ce qu'on nous ôte JESUS - CHRIST nous le conserve. Il convertit nos pertes en des sacrifices de religion. Il met en sûreté pour une vie éternelle , ce qu'une mort prompte & lentc nous raviroit. C'est un honneur inestimable qu'il nous fait en nous associant à la croix : c'eit par un privilege particulier qu'il nous en fait part : c'est par la foi & par tience qu'il nous inspire , que nous l'acceptons avec soumission, ou même avec joie. Y a-t-il eu de notre part quelque chose de semblable par rapport à lui ? Nous lui devons tout. Nous en avons tout reçû. Son obla

la pa.

« AnteriorContinuar »