Imágenes de páginas
PDF
EPUB

C*'*®. 1. em quafi pater in filio complacet fibi.

Cette confolation est certainement très-grande : mais combien devientelle plus sensible, quand cette même Sagesse, qui se contentoit autrefois de parler aux personnes affligées, le montre à elles au milieu des douleurs & des opprobres ; quand elle reçoit sur elle-même le chatiment qui nous étoit dû ; quand c'est elle qui se soumer, non à des verges paternelles, mais à une cruelle Hagela lation ; quand elle consent à n'ena trer dans son propre Royaume qu'à des conditions plus dures que:

celles des enfans rebelles que la charité du pere corrige par de falutaires chatimens, afin de les rétablir dans les biens qu'ils avoient perdus ?

CHAP, III.

S. III. il eft dit que la Sagesse defiendit

avec Joseph dans la prison ; eta elle promet au juste d'être avec lui dans la tribulation. Mais la consolation est toute autre , quand on voit que cette sageffe a bien voulu prendre sur elle et éprouver toutes nos peines. Alors chacun dans ses afflictions particulieres s'adresse à elle avec bien plus de confiance , & lui représente sa foi

blesse comme Job.

1. Il est dit que lorsque le chaste Joseph fut mis dans les fers en puniţion de la vertu, la Sagesse descendit avec lui dans la profonde prison où I'on l'avoit enfermé, & qu'elle se rendit comme captive ayec lui : Def. Sap. 16. 13. Çendit cum illo in foveam, in vinculis non dereliquit illum. Mais quoique ces expressions soient infiniment tendres & confolantes, c'est toute autre chose de voir la Sagesse en per

[ocr errors][ocr errors]

$MAP. 113. sonne porter réellement nos liens 's
Home être menée captive devant tous les

Tribunaux ; deshonorée dans le con-
seil des Juifs par des foufflets & par
un indigne bandeau ; traitre de fo-
lie par Herode & par la cour ; pu-
nie par le fupplice des esclaves dans
le Prétoire ; mise en parallele, non
avec Joseph & les autres juftes, mais
avec deux criminels publics ; & moul-
fant dans le fein de l'ignominie.

2. Elle nous promettoit , certe di-
vine Sageffe, d'être avec nous dans

l'affliction, de nous y proteger , de Pfal. 90.18. nous en délivrer, Cum ipso fum in trie

bulatione : eripiam eum , & glorificabe
eum. Mais nous n'aurions jamais pû
concevoir qu'elle fût capable de
partager réellement avec nous nos
fouffrances pour les adoucir , & pour
nous en délivrer, fi elle ne s'étoit
pas mise dans le même état que le
nôtre, & si elle n'avoit pasani dans
le fien toutes les especes de douleurs.
qui sont partagées & divisées entre
ceux qui lui font fidéles. Il n'y en a
aucun qui ne soit consolé en ré fou-
venant que fon Seigneur & fon Dieu
a éprouvé tout ce qu'il souffre, & qui

[ocr errors]
[ocr errors]

ne trouve dans les épines qui lui CHAP. III: percent la tête , dans les cloux qui

percent les pieds, dans la dure fituation qui le tient étendu sur la croix, dans les outrages qui lui sont faits par toutes sortes de personnes , un adoucissement à fes peines, un rafraîchissement dans les plus presfantes douleurs, une paix & un re. pos dans les tortures les plus violentes.

3. Il n'y en a aucun qui ne tire de son agonie, & de la défaillance au milieu d'une sueur de sang, une nouvelle force & un nouveau courage pour se soumettre aux volontés de Dieu , quoique contraires aux inclinations naturelles. Il n'y en a aucun qui ne fonde fon efpérance sur l'abandon extérieur dont JESUS-CHRIST lui-même se plaint à son Pere : & les plus foibles , malgré leurs craintes.& leurs foiblesses,fentent au fond de leur cæur une secrette affûrance que leur patience n'est pas rejettée , parce que celui qui est la force des Martyrs n'a pas dédaigné de s'abbaisfer jufqu'aux plus foibles de ses brebis, pour fandifier leurs craintes en les soumet

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

>

II

CHAD. III. tant à l'obéissance , parce qu'il est prêt

à excuser la répugnance naturelle &
les gémissemens d'une victime trem.
blante, quand d'ailleurs elle con-
fent à être sacrifiée ; & parce qu'il
fçait par lui-même combien l'épreu-
ve de la douleur, quand elle est ex-
trêine, est au-dessus de la nature.

4. Il est permis alors à un hommes
soumis à la vérité, mais craignant de
ne l'être pas assez , ou de ne l'être pas
toujours, de représenter à Dieu qu'il

trouve sa main bien pesante, & de Zob.6. 11. iz. lui dire avec Job : Quelle est donc

ma force, Seigneur , pour pouvoir
yous répondre que ma patience ne
s'affoiblira pas ? Vos épreuves n'ont
point de fin : mais ma patience est
très-bornée. Je n'ai pas la dureté &
l'insensibilité des pierres , & ma chaic
n'est point de bronze. Il lui est encore
plus permis de s'adresser à J ES US-
CHRIS T pour lui faire des plaintes
dont l'humilité est le principe, & de
lui dire : Vous sçavez par l'essai que
vous en avez fait , ô mon Sauveur ,
que ma chair n'est pas insensible,
qu'elle est brûlée & déchirée par la
douleur . qu'elle y succombe, fi elle

y

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »