Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

a

Chap. I. se de très-réel ; que les esperances

qu'elle a d'un bonheur éternel sont
bien fondées; que Dieu mérite une
obéissance sans bornes, & que l'obéis-
sance digne de lui est celle où l'on
n'elt soutenu ni consolé que par le de-
fir de lui plaire , tout le reste étant
ôté, & l'ignominie la plus profonde
se trouvant jointe à la plus extrême
douleur.

3. Tour cela a été divinement ac-
compli par JESUS-CHRIST. Il est
descendu du ciel, lui qui étoit la vie
même. Il a souffert la mort qui nous
étoit dûë, & il l'a tuée par la plenitude
de sa vie. Mais avant sa mort il nous a
crié d'une voix de tonnerre, que nous
retournafsions à lui , & que nous le
suivissions jusques dans le sein de son

Pere où il s'est retiré. Descendit hûc S. Aug. lib. 4. Conf. c. 1. ipsa vita nostra, & tulit mortem nostram,

i occidit eam de abundantia vita sua;

tonuit clamans , ut redeamus hinc ad cum in illud secretum, unde processit ad nos. Toute la vie, depuis sa naissance, toutes ses actions, toutes ses paroles, sa mort, sa résurrection , son retour vers son Pere, formeni un cri que les plus lourds sont contraints d'en

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

tendre , & qui nous rappelle à lui, CHAP. 1. qui ne s'est dérobé à nos yeux, que pour nous faire rentrer dans notre cæur où il est caché : Clamans dictis, ibid. factis, morte, vitâ, descensu, ascensu: clamans ut redeamnus ad eum : disceffit ab oculis , ut redeamus ad cor, inveniamus eum.

4. Il suffit d'avoir des yeux pour être instruits de notre véritable fin, & des moyens qui nous y peuvent conduire. "Il suffit de les ouvrir sur Jesus-CHRIST, pour être décrompés de nos erreurs, & de nos faux préjugés par rapport au bonheur & à la misere. Sa seule vûë décide tout, & dispense de tout raisonnement. La mort nous paroisloit terrible, & le plus grand de tous les maux : en s'y foumettant il nous a détrompés. Rien n'étoit plus honteux ni plus horrible selon nos idées

», que d'expirer sur une croix : en choisissant pour lui

il a changé nos idées : Mori metuebant (homines): S. Aug. de morte multatus est. Ignominiofifsimum vera relig. 17. mortis genus crucem putabant : crucifixus eft. Le defir d'avoir certains biens, & la crainte de tomber dans certains

même ce genre

de mort,

31.

[ocr errors]

CHAP. I. maux, nous empêchoient de nous

attacher à la vertu. JESUS-CHRISI en renonçant à ces biens dont l'amour nous affoibliffoir, les a dégradés & deshonorés, & nous les a rendu méprisables. Et en acceptant les maux dont la crainte nous faisoit abandonner la vérité & la justice il les a vaincus pour lui & pour nous,

& il a mis en poudre tous les obsta. Brid. & n. 32. cles qui nous retenoient. Omnia que

babere cupientes non rectè vivebamus , carendo vilia fecit. Omnia qua vitare cupientes à Audio deviabamus veritatis, perpetiendo dejecit. Tota vita ejus in terris, disciplina morum fuit.

C H A P. 1,

$. 11.

Description de l'état étoit l'uni

vers avant la Croix de JESUS
CHRIST. Regne universel de
l'idolatrie. Incertitude timia
dité parmi les philosophes sur
les points les plus effentiels de
la religion. La Croix a prouvé
les vérités du salut , les a rena
du populaires, da inspiré la

courage de les défendre.
1. AVANT la Croix de JESUS-CHRIST
dans quel état étoit l'univers ? Quel
usage avoient fait les hommes

du fpectacle de la nature, & de l'admi. rable sagesse qui éclate dans tous les ouvrages du Créateur ? Le vrai Dieu avoit-il un temple dans toute la terre, excepté l'unique temple de Jérusalem La raison avoit -elle garanti quelque peuple de l'idolatrie, quoiqu'elle soit li opposée à la loi naturelle ? Ceux qui faisoient profession d'une plus haute sagesse , n'avoientils

pas converti en problêmes les vé.

CHAP. I. sirés les plus constantes, & obscurci

par leurs vains raisonneniens les anciennes traditions sur l'immortalité de l'ame, la résurrection des corps, les biens ou les maux préparés à la vertu ou au vice , que le simple peu

. ple, malgré ses ténèbres , conservoit plus religieusement que les philofcphes ? Čeux d'entre-eux à qui Dieu avoit manifesté son unité, la providence, & fa justice, n'avoient-ils pas retenu ces connoistances dans le secret par une ingrate & timide lâche. té ? Un seul d'entre-eux s'est-il élevé contre l'impiété qui avoit substitué au Dieu vivant & véritable des idoles muettes , & des figures non seulement d'hommes, mais de bêtes de reptiles? Un seul s'est-il abstenu

d'aller dans les temples, quoiqu'il Se ha n'approuvât pas dans son cæur le bebant price culte superstitieux qu'il autorisoit par conmania. s. Ta présence & par son exemple ? L’u

nique dont la religion fit mise à l'épreuve, ne traita-t-il pas de calomniateurs ceux qui l'accusoient de

n'adorer pas les dieux que les Athé. Xcnophon. niens adoroient ? Son Apologiste ;

qui étoit aussi son disciple & son ami,

[ocr errors]

Socrat.s.

« AnteriorContinuar »