Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

fut le recevoir & lui conta l'embaras où le mettoit la generofité de Dom Alvaré. Toutefois, Seigneur, continua-t-il, j'ai tout préparé pour affurer fá fuite; il n'eft perfonne dans le Fort qui ne me foit entierement dévoué, & je puis vous répondre du fuccès de notre entreprise, fi votre illuftre ami n'y met lui-même quelqu'obftacle.

Mais, lui dit Zéluma, pourquoi ne voulez-vous pas partir avec lui? Non, Seigneur, lui dit Olmin, je ne puis quitter Grenade, & le Roi, malgré fon pouvoir, ne pourroit m'en faire fortir. Puifqu'il eft ainsi, reprit Zéluma, allons montrer à votre prifonnier des ordres aufquels il ne pourra défobéïr : en effet ils. furent ensemble à fa chambre, ils le trouverent encore au lit avec autant de tranquillité, que s'il

pas été en danger de perdre. la vie le lendemain.

n'eût

Hé bien, lui dit le Prince de Grenade, on dit que vous aimez auffi peu notre vie que la vôtre, & que vous voulez plûtôt nous voir mourir que de vous fauver. Cependant, mon cher Dom Alvare, vous n'avez pas trop de tems pour nous raffurer, vous devez obeïr à la Reine qui vous ordonne de partir; & ma fœur en fait de même, lui dit-il, en lui donnant fa lettre. Joraé ne répondit rien; & prenant la lettre avec précipitation, il l'ouvrit & y lue ce peu de mots.

LETTRE.

Félime à Dom Alvare.

Partez

Artez cette nuit fans plus dif ferer, l'amitié le veut, l'amour Pardonne. Quand même votre vie

feroit en fureté à Grenade, fonge que fi vous y reftiez vous vous expoJeriez à perdre pour jamais le cœur de FELIME.

C'en eft trop, s'écria Dom Alvare, je ne puis resister à des ordres fi preffans. Oüi, cher Prince; oui, genereux Osmin, dit-il en les embraffant, je fuis prêt à faire tout ce que vous défirez de moi. A ces mots Ofmin leur dit qu'il alloit achever ce qu'il avoit commencé, & qu'il pouvoit compter que dès cette nuit il feroit en fûreté; & fe retira après avoir prié Zéluma de l'excufer s'il le quittoit fi promptement.

Ĉe Prince fe voyant feul avec Dom Alvare, le regarda un moment fans rien dire, puis rompant le filence: Enfin, lui dit-il, vous allez revoir la charmante Elvire; & peut-être que dans la

joye d'embraffer votre illuftre famille, vous oublîrez le malheureux Zéluma. Jugez mieux de mon amitié, lui répondit Dom Alvare, je vous l'ai promis & je le repete encore, je ne parlerai jamais à Dona Elvire que ce ne foit en faveur du Prince de Grenade, & j'emploirai tout mon pouvoir auprès du Duc de l'Infantade pour le difpofer à rendre le malheur general de cet Empire, favorable à votre amour. Et moi, lui répondit Zéluma, je vous > conferverai toûjours la Princeffe de Grenade, nous parlerons fans ceffe de vous, & nous ferons des Voeux ardens pour vous revoir bien-tôt. Après quelques autres difcours, le Prince ayant fait connoître à Dom Alvare qu'il falloit qu'il fe retirât, il le preffa de répondre à la Princeffe, ce qu'il fit ; & voulant que Zéluma vit

ce qu'il écrivoit, il lui lut ces pa

roles.

LETTRE.

A l'incomparable Princeffe de

Grenade.

'Obéis, Madame, puifque par Jobéi ma fuite je fuis affuré de vous plaire; mais, divine Princesse, ne Jouffrez pas que je parte fans aller à vos pieds vous jurer qu'en quittant les chaines d'un malheureux captif, je porterai jufqu'au tombeau celles dont vous avez honoré le fidele DOM ALVARE.

1

Après cette lecture, Zéluma promit à Dom Alvare de lui faciliter l'entrevûë qu'il défiroit, s'il étoit poffible; & ils fe féparerent dans l'efpoir de fe revoir cette même nuit.

Le Prince de Grenade fut ren

« AnteriorContinuar »