Les trois siècles de la littérature françoise ou Tableau de l'esprit de nos écrivains: depuis François I jusqu'en 1779, par ordre alphabétique, Volumen1

Portada

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 31 - L'abus règne , l'art tombe , et la raison s'enfuit ; Qui veut écrire avec décence, Avec art , avec goût , n'en recueille aucun fruit ; II vit dans le mépris et meurt dans l'indigence.
Página 199 - ... la plus profonde de la langue latine , mais encore l'imitation la plus heureufe du meilleur Hiftorien qu'aient eu les Romains. L'accueil unanime qu'elle a reçu de tous les Savans de...
Página 64 - Sous ce berceau qu'Amour exprès Fit pour toucher quelque inhumaine L'un de nous deux un jour au frais , Assis près de cette fontaine , Le cœur percé...
Página 92 - Le funeste effet qu'ils produisent sur leurs lecteurs , est d'en faire dans la jeunesse de mauvais citoyens , des criminels scandaleux , et des malheureux dans l'âge avancé ; car il y en a peu qui aient alors le triste avantage d'être assez pervertis pour être tranquilles.
Página 187 - L'anglomanie a passé de nos livres dans nos moeurs et ya causé les mêmes ravages, en sorte qu'on peut dire, que ceux qui ont cru nous enrichir par des productions étrangères, ne nous ont procuré que des maux étrangers.
Página 321 - Armand , qui pour six vers m'as donné six cents livres , Que ne puis-je à ce prix te vendre tous mes livres.
Página 17 - L'immortel Fénélon n'a pas eu befoin de s'aiTuj-ettiï aux regles de la mefure & de la rime pour être Poëte , & ce n'eft que parce qu'il eft Poëte , qu'il fe fait lire avec intérêt , & que tout ce qu'il dit, s'infinue profondément dans le cœur. S'il fe fut borné à accumuler des penfées & des vérités dans fon Télémaque , il n'auroit pas trouvé des Lecteurs , fur-tout s'il eût écrit en vers, M. d'Alembert , par un retour de réflexion , a fans doute rétracté intérieurement cette...
Página 37 - Jéfuites eft ce qui le fit connoître ; il eft vraifemblable que les circonftances dans lefquelles il fut fait , contribuerent beaucoup à le mettre en vogue chez les ennemis de la Société. Si on le lit aujourd'hui de fang-froid , on y remarquera plutôt ce ton de chaleur &: d'emportement qui naît de la prévention , que le caractère de cette véritable éloquence qui réunit la vérité des faits à îi force de l'expreffion.
Página 263 - Pucelle ne contiennent quelquefois des penfées juftes , ne renferment des fentimens raifonnables ; mais tout y eft mort , tout y annonce le pénible travail qui les a enfantés ; ils ont l'air d'avoir été arrachés par violence à la nature. Le moyen après cela de plaire...
Página 166 - Maîtres qui ne fc bornent pas à une inftruction de routine. Il a compofé pour fes Eleves plufieurs Ouvrages qui peuvent être lus avec plaifir & avec fruit par les hommes de tout âge. Son Difcours fur cette queftion , lequel de ces quatre fujets , le Commerçant , le Cultivateur , le Militaire & le Savant , fert le plus ejfentiellement l'Etat , eft plus d'un Homme de Lettres, que d'un Ri'o-ent de Collége.

Información bibliográfica