Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors]

se transportent facilement ; les autres, porées fur des roues, Rubriquis sont traînées par un grand nombre de beufs. En-dedans

celles des riches sont ornées de peintures & de broderies ;
en-dehors le feutre est enduit d'huile ou de lait de brebis,
afin que la pluie ne puisse pénétrer. Le maître est assis au
milieu, vêtu de quelque piece de bougran, ou de drap rou-
ge ; des chiens ; des loups, des renards, des chevaux, &
même dans un besoin, la chair humaine , des poux, des rats
& des souris sont sa nourriture. Ces Mogols n'ont point com-
munément de linge dans leurs festins. Chez la plûpart les
bottes leur servent à essuyer leurs mains , d'autres ont quel-
ques petits mouchoirs. Lorsqu'ils sont à table, l’un tranche
la viande , & l'autre la distribue en la prenant avec un cou-
teau. Ils ne lavent leurs plats qu'avec le bouillon même,
qu'ils conservent. Le lait de jument, de brebis, de chevre,

de vache, ou de chameau, eft leur boisson ordinaire; celle Rubruquis de lait de jument fermenté s'appelle Cosmos (a). Les Grands

boivent du cara-cosmos , qui est plus clarifié. Rubruquis dit
que c'eft une boisson fort agréable, & qui a de grandes ver-
tus. Dans l’hyver il n'y a que les riches qui fassent usage de
la premiere , les autres boivent de l'eau, dans laquelle ils
ont fait bouillir du millet. Ils en prennent un verre ou deux
le matin, & cela leur suffit pour le reste de la journée ;
le soir ils ont un peu de viande avec du bouillon. Ils man-
gent moins de viande pendant l'été à cause du lait qu'ils ont
en abondance. Dans tous leurs repas ils sont très-sales, &
se font un mérite de s'enyvrer ; ils sont avares , & en-
vieux de tout ce qui appartient aux étrangers. Par-tout où

ils sont suivis de leurs maisons ; ils sont riches en
bæufs, en chameaux, en brebis, en chevres & en chevaux,
mais ils n'ont point de porcs.

Ils reconnoissent un Dieu , créateur de toutes choses,
Plan Car-
pin. qu'ils appellent Natagaï , mais ils ne lui rendent aucun culte.
Ils adressent leurs prieres & leurs sacrifices à des idoles

par-
ticulieres , qui sont couvertes de feutre ou de quelque étoffe
de soie ; ils les placent dans leurs tentes, & souvent sur des

ils vont,

Haiton.
M. Paulo

(a). C'eft ce que M. Paul appelle par corruption Chuinis, ou Chemius,

chariots plus ornés que les autres , & les regardent comme les protectrices de leurs troupeaux. C'est parmi eux un crime digne de mort, que de voler quelques-unes de ces divinités. Les chefs de mille hommes & de cent hommes en ont toujours une au milieu de leur tente , à laquelle ils offrent les prémices du lait de leurs jumens , & en général de tout ce qu'ils mangent ou boivent pour la premiere fois. Lorsqu'ils égorgent une bête , ils portent le cæur devant l'idole , & le laissent jusqu'au lendemain. Il y a toujours une de ces idoles richement ornée devant la tente du grand Khan , ils lui font des présens , & lui offrent principalement des chevaux, qui sont alors regardés comme sacrés , & qui ne servent plus à aucun usage dans la suite. Ils ont une vénération singuliere pour le côté du midi, probablement parce que Fo , qui est leur divinité, a pris naissance dans les pays méridionaux. Ils adorent le soleil , le feu, l'eau & la terre , mais ils ne sont point jaloux de faire embrasser leur religion aux étrangers. Ils laissent une entiere liberté à cet égard. Ils ne rompent jamais les os, ils les brûlent , & les éclats causés par l'impression du feu, leur servent de présages. C'est un crime chez eux de mettre un couteau, ou une coignée, dans le feu, ou de s'en servir proche le feu , de s'appuyer sur un fouet, de toucher des Aéches avec cet inftrument, de prendre ou de tuer, de jeunes oiseaux, de battre un cheval avec la bride, ou de le laisser paître avec son frein, de rompre un oš avec un autre, de répandre du lait, ou de laisser tomber à terre de la viande ,& de faire ses nécessités dans l'enclos de son logement. Celui qui fait ces sortes de fautes de propos délibéré, eft puni de mort , autrement il en est quitte pour une amende , qu'il est obligé de payer au Devin , qui vient purifier ce qui a été souillé, en le faisant passer entre deux feux ; ayant cette cérémonie personne n'y peut toucher. Ils punissent encore de mort ceux qui ne pouvant avaler un morceau de viande , sont obligés de le rejetter à terre, & ceux qui marchent sur le seuil de la porte de la tente Impériale. Ils ont une grande confiance dans les prédictions de leurs sorciers , & dans les présages tirés du yol des oiseaux, & ils ne font aucune entreprise

ܪ

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

HISTOIRE

GÉNÉRALE
DES HUNS,

DES TURCS, DES MOGOLS,

ET DES AUTRES

TARTARES OCCIDENTAUX, &c.

AVANT ET DEPUIS JESUS-CHRIST JUSQU'A PRESENT;
Précédée d'une INTRODUCTION contenant des Tables Chronol.

& Hiftor. des Princes qui ont régné dans l'Asie.
OUVRAGE TIRÉ DES LIVRES CHINOIS,

& des Manuscrits Orientaux de la Bibliotheque du Roi.
Par M. De GUIGNES, de l'Académie Royale des Inscriptions &go

Belles-Lettres, Professeur au Collége Royal de France en Langue
Syriaque, Censeur Royal , Interprête du Roi pour les Langues

Orientales, & Membre de la Société Royale de Londres.
SUITE DES MÉMOIRES DE L'ACADÉMIE ROYALE

DES INSCRIPTIONS ET Belles-LETTRES.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

1,5-Y0;l
A PA RI S,
Chez DESAINT & SAILLANT, rue S. Jean-de-Beauvais.

M. D C C. L VI I.
Avec Approbation ( Privilege du Roi.

[merged small][ocr errors][merged small]
« AnteriorContinuar »