Imágenes de páginas
PDF
EPUB

conquête d’Astrakhan par les Rules; origine des Khans de Crimée.

358 II. Histoire des Khans de Crimée depuis l'an 1506 jusqu'en

1713. Mæurs des Tartares de Crimée, de Kuban de Budziak ; leurs guerres avec la Rusie ,, la Pologne & les Turcs. Exprelsion des Génois ; Tartares de - Crimée devenus sujets des Turcs Ottomans.

390

III. Histoire des Khans de Kafan ; leurs guerres contre les

Russes. Conquête de Kafan par le Czar ; mæurs des Tartares Baschkirs & d'Uffa.

418

ز

IV. Histoire des Mogols du Touran, autrement appellés Uz

beks ; leur pasage dans la grande. Bukharie ; établissement de Scheibani vers le Jaïck ; grandes conquêres de Schaibek khan ; expulsion de la famille de Tamerlan qui passe aux Indes. Khans Uzbeks de Bokhara, de Samarcande do de Balkh ; descriprion de ces pays, el mæurs des habitans. Les Sartes en les Bukhares.

431

Khans de Taschkunt , ou les Tartares de la Casarchia-orda , e des Carakalpaks ; mæurs de ces Tartares.

443

446

Khans de Sibérie ; conquête de ce pays par les Russes.

LIVRE DIX-NEUVIE ME.

Histoire des Khans Uzbeks du Kharizme ; leurs

guerres avec les Rois de Perse e avec les Khans de la grande Bukharie.

449

Origine de mæurs des peuples du Kaptchac , connus en Europe

sous le nom de Cofaques, de chassés de la Tartarie par les Mogols ; leurs divisions en différentes bandes,

519

Cofaques Saporovi.

520

licit

538

Cofaques Donski.
Cofaques Jaïckzie

539

[merged small][graphic][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors][ocr errors]

HISTOIRE

Ġ Ě N É R A L E
DES HUNS

L I V RE

QUIN ZIE M E.

L E S

MOGO L S.

Epuis que les Hoei-ke & les Tu Cha-
to avoient été détruits en Tartarie , l'Em-
pire de cette vaste contrée avoit été possé-

par

des Tartares Orientaux, c'est-à-dire , d'abord

par
les Khitans, & ensuite

par

les Niu-tché , nations différentes de celle des Turcs. Dans le douzieme siécle il étoit encore entre les mains des Niu-tché, qui s'étoient ensuite emparés des vinces septentrionales de la Chine , pendant que la partie méridionale de cet Empire étoit gouvernée par un Prince Chinois d'origine. Les Rois de Hia , ou de Tangout , étoient maîtres du Tibet , de quelques provinces Chinoises , & de Tome III.

A

pro

plusieurs pays voisins , situés dans la Tartarie. Les Sulthans du Kharizme, après avoir détruit les Ghourides & les Seljoucides, regnoient dans le Maouarennahar , dans la Perse, & dans une partie de l'Inde ; les Khalifs étoient souverains dans Bagdad; la famille de Saladin, dans l'Egypte & dans la Syrie ; les Sulthans d'Iconium , dans l'Asie mineure. Genghizkhan parut alors dans le fond de la Tartarie , enleva P’Empire aux Tartares Orientaux , le rendit à la nation Turque, entra dans la Chine , & porta la guerre dans le Kharizme. Après lui ses enfans poufferent plus loin leurs conquêtes, détruisirent tous les Empires qui étoient dans l'Asie, & changerent entierement la face de cette partie du mon

de. (a)

La nation qui occasionna cette grande révolution, & qui fonda ensuite l’Empire le plus étendu que nous ayons connu, n'étoit point une nation civilisée , ni jalouse de faire connoître au loin la sagesse de ses loix ; c'étoit une nation barbare , qui ne se portoit dans les pays les plus éloignés que pour en enlever toutes les richesses, réduire les peuples en esclavage, les replonger dans la barbarie , & rendre son nom formidable. Les Mogols étoient une horde particuliere de la Tartarie : ils descendoient des anciens Turcs , dont on a vû l'histoire dans les Livres précédens ; & ils formoient, avec quelques autres hordes, une nation assez considérable.

La premiere de ces hordes étoit appellée Ika-mogol , c'estPlan Car- à-dire , les grands Mogols. La seconde étoit nommée Soupin. mogol, ou les Mogols d'eau, à cause d'un Aeuve Hift. géné.

prodes Tatars. che lequel elle habitoit. La horde des Merkat (6) étoit la

troisieme ; les autres sont les Kunkurats (c), les Anka

(a) J'ai fait particuliérement usage, re de Genghizkhan de M. de la Croix dans ce Livre & le suivant, de l'Hif- m’a paru remplie de détails trop fabutoire des Mongous, publiée par le Pere leux pour être employée ici. Je ne l'ai Gaubil, un des plus habiles Miffionnai- pas cependant toujours rejettée. res Jésuites que nous ayons à la Chine. (6) On les appelle encore Markats , Comme il a dépouille tous les Histo- ou Merkits. riens Chinois, j'ai cru pouvoir m'e- (c) Ceux-ci descendent de Kağan que xempter de ce travail ; d'ailleurs je n'au. l'on dit fils de Tatar khan. Kağan eut rois pû rien ajouter à celui dont il s'a- trois fils ; 1. Zurluk mergan ; 2. Cagit. I'y ai joint l'Histoire généalogique baischira ; 3. Busjudai. Le premier qui des Tatars , qui s'accorde presque par- étoit très-habile à tirer de l'arc , eut une tout avec l'Histoire Chinoile. L'Hiftoi, querelle avec le second , & ils conving

rahs (a), les Allaknuts (6), les Caranuts (c), les Curlas (d), les Ilzigans (e), les Ummauts (f), les Cunnachmars , les Arlats, les Calkies , les Kischliks (8), les Uischuns , les Sulduz, les Durmans (h), les Bariens, les Sukuts, les Kurla-uts, les Burkuts, &c.

Tous ces Barbares , qui sont des restes des anciens Turcs, Plan Cardifferent des autres hommes pour la figure ; leurs joues s'é- modni levent fort en-dehors; ils sont grêles, menus de ceinture ; pour la plûpart d'une stature médiocre ,

& ils ont peu de barbe. Les mæurs de ces conquérans de l’Asie font encore plus grossieres que leur figure n'est rebutante. Ils habitent sous des tentes , sur le sommet desquelles ils laissent un trou qui tient lieu de fenêtre & de cheminée. Ces tentes sont garnies de feutre , plusieurs se démontent par piéces , &

Haiton.

ر

rent de se battre à coups de Aéches à étant parvenu au trône , quoiqu'il fût cheval. La peut que Cabaischira eut, le plus jeune , les quatre autres freres l'obligea à le pancher sur un côté du qui furent mécontens de la préférencheval pour éviter la féche; l'ainé qui ce, se retirerent. Ils devinrent chefs le laissa toucher , ne voulut point tuer d'une Horde qui s'appella Durman , son frere, & se contenta de lui empor- c'eft-à-dire , des quatre. Durman en ter avec sa fléche son pendant d'oreil- Turc signifie quatre. Un homme de cetle , ce qu'il fit fort adroitement. Dans te Tribu eut un fils appellé Barien , qui la suite il eut un fils nommé Kunkurat, fut chef des Bariens. Le frere de celuiqui fut fondateur & chef d'une Horde. ci eut d'une de ses esclaves un fils; cet

(a) Ils descendent d'Ankarah, fils do te esclave , pour éviter la colere des Cabaischira.

femmes de son maitre, alla cacher son (6) Ils descendent d'Allaknut, fils de enfant dans des arbrisseaux nommés suCabaischira.

kut. Le pere le reconnut ensuite , & cet (c) Ils descendent de Caranut , fils ai- enfant devint chef des Sukuts. né de Busjudai.

On nomme encore les Kankrats, les (d) Ils descendent de Curlast, fils de Oklians , les Droigerats, les Adserats ; Meifir ili, fils de Conachlot, fils de Bus- ces deux dernieres Hordes descendent judai.

des Allaknuts.Les Bajauts font divisés en (e) Ils descendent d'Ilzigann , frere plusieurs branches, dont les plus conside Curlafl.

dérables font les Sadagin bajauts , & () On les appelloit anciennement les Makrim bajauts , ainfi nommés des Urmauts. Un homme de cette Tribu rivieres auprès desquelles ils habitent ; eut un fils nommé Cunnachmar, de qui les Takrins , les Kergis, ou Circasses, descend la Tribu du même nom. Men- les Camcamzuts ; les Urmankats ; les glik-iska , c'eft-à-dire , Menglik le dé- Ouirats qui sont les ancêtres des Torvot, qui vivoit du tems de Genghiz- gouts , des Kurill, des Utulafl, des khan,'étoit de cette derniere Horde. Il Tumats, des Boigazins , des Hirmueut un fils appellé Arlat , & un autre zins, des Telongouts, des Orafuts & nommé Calkit; l'un & l'autre chefs de des Kuffumaits ; les Naimans , les KeHorde.

raits, les Unguts & les Turkaks , & les (g) Ceux-ci descendent de Kifchlik, Dgelairs

. Toutes ces Hordes sont de ra. qui étoit de la Horde des Calkits. ce Turque, (h) Kipzi mergan , fils de Bizin kağan,

« AnteriorContinuar »