Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de même que celle qui fut faite aux Tuileries devant le Roi dans son appartement; aussi doit-on la louange aux acteurs d'avoir représenté cette tragédie d'une manière parfaite & avec tout l'art du théâtre. Il auroit seulement été à souhaiter que les cheurs n'en eussent pas été retranchés; on eût vu cette pièce dans toute sa beauté.

ARTICLE VI.

Il y a depuis longtems une contestation de cérémonial entre les Pairs de France & les Présidens à mortier, ceux-là prétendant que lorsqu'ils donnent leur avis, ils doivent être salués de la même manière que le sont les derniers (1). Elle se renouvela à la mort du Roi à l'occasion des séances folennelles qui devoient fe tenir au Parlement, jusque-là que les Pairs firent à celle du 2 de septembre leurs protestations contre tout ce qui avoit été fait & se pourroit faire au préjudice de leur

[ocr errors]

faisoit naître le sort du petit Joas, seul survivant d'une famille royale.

(1) Sur ces débats interminables & dénués aujourd'hui de tout intérêt, il suffira de renvoyer le lecteur aux moires de Saint-Simon, éd. Chéruel & Regnier fils (in-12), tomes X à XV, passim. L'excellente table analytique de M. Paul Guérin eft, dans cette occurrence comme pour toute autre recherche, du plus précieux secours.

dignité. Ils préfentèrent dans la fuite plufieurs requêtes & mémoires au Roi & à Monfeigneur le duc d'Orléans régent, fur les diftinctions & les marques d'honneur qu'ils prétendent avoir au Parlement, pour fupplier Sa Majesté d'y pourvoir par fon autorité, & en particulier (le bruit s'étant répandu d'un combat entre le duc de Richelieu (1) & le comte de Gaffé) de ftatuer fur le droit de juger cette affaire dont le Parlement s'étoit faifi fur quoi le Roi donna le 10 de mai une déclaration par « laquelle S. M. suspend le règlement demandé par les Pairs de

66

France, & ordonne que toutes chofes en "ce qui concerne leurs prétentions demeurent par provifion dans le même état où elles étoient le premier jour de septembre 1715; voulant en conféquence que ni tout ce qui s'eft fait depuis, qu'Elle regarde “ comme non fait & non avenu, ni la posses"fion qui fera continuée dans le même état "où elle étoit alors, ne puiffent être tirés à "conféquence directement ni indirectement “par rapport au règlement qui pourra être

(1) Un duel avoit eu lieu en effet le 5 mars 1716, entre le duc de Richelieu & Louis-Jean-Baptifte de Matignon, comte de Gacé & de Montmartin, né à Paris le 29 janvier 1682, mort dans la même ville le 29 août 1747. Richelieu fut enfermé à la Baftille & n'en fortit que le 21 août fuivant.

66

fait dans la fuite, fans que le Parlement puiffe y être confidéré comme partie, & "qu'attendu que S. M. a réfolu de fuivre le “ dernier état tel qu'il étoit au jour de la mort du feu Roi, pour tout ce qui re

66

garde les ufages pratiqués à l'usage des "Pairs de France, jufqu'à ce qu'il y ait été autrement pourvu, le procès commencé "par le Parlement, à la requête du procureur général, contre le duc de Richelieu & le "comte de Gaffé foit continué, & a eux fait

66

& parfait toute la Grand'Chambre affem"blée, fe réservant d'y convoquer les Pairs "pour le jugement définitif en la manière "accoutumée. „

En s'expliquant de cette manière, le Roi déclare que c'est afin qu'il paroiffe clairement, que fon intention eft de ne faire “ aucun préjudice à perfonne, & de mettre feulement dans cette affaire un intervalle qui pourra être favorable à l'union & à la "parfaite intelligence que S. M. fouhaite « de voir régner entre tous ceux qui doivent concourir à fon fervice & au bien pu"blic. "

66

ARTICLE VII.

1

Le dimanche 24 de mai, le baron Spaar, ambassadeur extraordinaire du roi de Suède (1), fit son entrée.

Les carrofles du Roi l'allèrent prendre à Rambouillet (2) (quand ce font des ambassa

(1) Le baron de Sparre a joué un rôle assez actif dans les dernières années du règne de Charles XII. En 1712 il étoit venu solliciter sans succès l'appui de la France contre la Russie. (Voltaire, Histoire de Russie, partie II, chap. iv.)

(2) Le sieur de Rambouillet, beau-père de Gédéon Tallemant des Réaux, qui ne l'a pas plus épargné que les autres, avoit fait construire en 1676, rue de Reuilly, une maison avec jardin auquel on avoit donné le nom de Jardin de Reuilly ou des Quatre Pavillons; signalée dès 1713 par Germain Brice coinme mal entretenue, elle fut démolie en 1720. Quelques vestiges en subsistent encore aux numéros 172-176 de la rue de Charenton. C'est sur eet emplacement que l'on perça la rue de Rambouillet & que s'étendent les ateliers du chemin de fer de Lyon. Ifraël Silvestre a dessiné & gravé une Vue de Rambouillet; c'est la 13° pièce de la 56e série de son œuvre décrit & claffé par M. Faucheux (1857, in-8°). La maison de Piquepuce, proche du couvent des Pénitens du tiers ordre de Saint-François, étoit la première étape des envoyés des pays étrangers. Ils étoient conduits enfuite à l'hôtel des Ambassadeurs extraordinaires, rue de Tournon (devenu l'une des casernes de la garde de Paris). Le couvent de Piquepuce est converti depuis longtems en un pensionnat.

deurs catholiques, c'eft aux Piquepus). Sa livrée & fes carroffes étoient en deuil.

Comme le peuple avoit vu plufieurs fois le Roi dans un carroffe drapé de violet, il fut furpris que celui où étoit cet ambassadeur le fût de noir; c'eft qu'il n'y a que les carroffes du corps qui foient violets, parce que cette couleur eft affectée dans le deuil à ce qui fert à la feule perfonne du Roi.

ARTICLE VIII.

Les fpectacles fiéent bien dans les grandes villes; auffi y en a-t-il toujours à Paris, & durant plusieurs années la comédie italienne n'avoit pas été un des moins amufans; des raifons que l'on n'a jamais bien fues (1) la firent

(1) La Correspondance administrative fous Louis XIV, publiée par M. Depping, nous en fait connoître le véritable motif : le 9 octobre 1695, les comédiens italiens étoient fignalés par un commiffaire du nom de Le François, à La Reynie, comme mettant en fcène un de fes confrères du Chatelet dans le Retour de la foire de Bezons (de Gherardi & Bruguière de Barante) & l'y qualifiant de fauffaire & de voleur. La Reynie en référa à Pontchartrain, qui l'invita à rappeler les comédiens à la décence; mais, l'année suivante, ils ne craignirent pas de jouer une pièce de Fatouville, la Finta Matugna (la Fausse Prude), où les allufions à Mme de Maintenon étoient tellement transparentes que Pontchartrain ordonna Reynie de faire fermer leur théatre pour toujours ».

La

« AnteriorContinuar »