Imágenes de páginas
PDF
EPUB

رو

do rieuses ont été nommées Chrétiens» nes (car ils en appellent deux, les » Turcs , & donnent aux deux autres » le nom de leur ennemi ) c'eft signe » que les Chrétiens vaincront:fi au» trement, c'est une

marque

du con» traire ... ... Ils ne vont jamais à la

guerre qu'ils ne faffent cette expévrience auparavant, qu'ils appellent » faire le Livre; & même ils ne font » aucun voyage, ni autre chose de

conséquence, comme j'ai déja dit, » qu'ils ne faffent le Livre, disans: » Si telles flèches sont victorieuses, je » le ferai : fi elles sont vaincues, je » ne le ferai pas. Depuis que je suis

de retour à Paris, ayant trouvé un

François qui avoit été de Loi Tur» que, & puis l'avoit laissée, & s'ési toit sauvé en Chrétienté ; comme » il me dit qu'il savoir faire le Livre,

je fus curieux de le voir. Il fit des » Alêches, qu'il donna à tenir à une » autre personne , & à moi; puis il » mit une épée nue sur la table où » étoient les Aeches , ensuite il nom» ma deux de ces Aèches , Chrétiens, » & les deux autres, Turcs; & me dit » qu'il vouloit savoir fi l'Empereur * auroir la guerre contre le Turc, cu

[ocr errors]

CC

non. Il prit un Alcoran , & lut tout « le chapitre qui est pour cela : mais « encore qu'il nous dit que les fêches se se battroient malgré nous quoique nous les en voululsions empêcher,el-les ne se branlerent jamais. Il s'en os prit à ce que nous en riions ; de sor-co te que nous tâchâmes de nous met-ce tre sur notre sérieux ; & il recom- .. mença trois ou quatre fois , sans « qu'il se fit de combat , dont il fut a fort surpris : car il nous jura qu'il l'avoit fait des milliers de fois , même pour rendre réponse à des Chrétiens, & qu'il avoit toujours réul- a fi. Je ne lai si ce fut à cause que a nous n'avions pas la foi, ou parce- « qu'il n'étoit plus Turc : mais nous cs nous en mocquâmes fort, a

On peut ajoûter au récit de Mr. de Thevenot, qu'en Orient la divination la plus commune s'appelloir faire le Livre ; parcequ'on enfonçoit dans un Livre fermé un petit morceau de bois qui indiquoit ce qu'on vouloir savoir. * Lorsque les Bulgares quitterent le

* Referiis quod Græcorum quibufdam codicem accipientibus in manibus clausum,unus ex eis accipiens parvissimam particulam ligni , hanc intra ipsum codicem condat ; & fi undecumque aliqua vertitur ám. biguitas, .per hoc affirment le scire posse quod eum

[merged small][ocr errors]

VI.

parmi les

deviner avec

Paganisme , pour embrasser la Foi Catholique, le Pape Nicolas premier fut confulté s'ils pouvoient conserver cet usage. Ce Saint Pape leur répondit qu'il n'y avoit pas à contester sur ce point ; parcequ'il est écrit : Bienheureux est celui qui met en Dieu toute son espérance, & qui méprise les pratiques fondées sur la vanité & le mensonge.

C'est-là ce que les Grecs ont apVariations

pellé Bélomantie. D'autres peuples peuples qui n'ont employé dans leurs divinations ont prétendu

qu’un morceau de bois; & c'est la Suun morceau lomantie dont plusieurs Auteurs ont

parlé. Gonzales de Mendora, ayant a Hilt. remarqué a avec soin des pratiques orGhin. I. 2. c. dinaires dont usent les Chinois dans

leurs divinations, dit que la plûpart les font par des morceaux de bois disposés en différente maniere.

Comme toutes ces pratiques se terminent à consulter du bois, elles sont toates renfermées dans la plainte du Prophete Oiée contre l'usage de consulter da bois, ou des Baguettes ; ce piunt. Vos vero confulitis , li fit hoc tenendum , an refpuendum. Utique respuendum : Scriptum est enim: Beatus vir cujus eft nomen Domini fpes ejus : & non respexit in vanitates & insanias falsas. Nicol Respo 77. ad Conf, Bulg. Conc. T. 8. p. 542.

de bois.

[ocr errors]
[ocr errors]

qui a varié en cent manieres différentes, selon les différentes rêveries des peuples ausquelles le Démon savoir s'accommoder.

Coinbien de variété dans le choix des Baguettes que l'on mettoit en ulage! Tout bois étoit bon pour quelques-uns ; & il en falloit d'un particulier pour les autres. Les uns laissoient l'écorce aux Baguettes ; les autres les dépouilloient entierement ou en partie. Les uns prenoient des bâtons droits ; les autres en prenoient de fourchus , ou de recourbés. Les uns se servoient du bâton qu'ils portoient à la main, sans aucune distinction; & les autres y gravoient des caracteres, ou y enchassoient quelque figure d'idole. Combien de variété encore dans les indices que l'on attendoit de ces Baguettes ! Il falloit pour quelques-uns que la Baguette se pliât en rond, en rond, enforte

que

les deux bouts se joignissent :c'étoit assez pour d'autres qu'elle tournât en leur main, vers un certain côté. Quelques uns, qui se contentoient de jetrer des Bans guettes en l'air , croyoient trouver la résolution de leurs doutes par quelques remarques sur leur chûte : d'auTome II.

S

ibid.

tres plaçoient les Baguettes dans un endroit, d'où les seuls enchantemens étoient capables de les faire tomber.

Telles étoient, selon Saint Cyrille , S. Cyril. in cap. 4. Ojea. les pratiques que reprend Osée. Thesphilad. Theophilace a suivi le même sens

dans son Commentaire sur ce Prophere. Quelques-uns ont pû expliquer cette pratique d'une autre inaniere, à cause de toutes ces différences que nous nous sommes contentés de nommer , pour ne pas charger ce Chapitre d'une érudition qui ne pourroit être qu'ennuyeuse & inutile. Il suffit que l'on aie pû remarquer que presque tous les peuples se sont exercés à deviner avec du bois ; soit

que ce fût une Baguette, un bâton, une flêche, ou qu'il eût quelque autre figure; & qu'une inflexion, une in-, clination, un tour, ou enfin un cer.. tain mouvement ,

étoit dice de ce qu'ils souhaitoient. Ce sont-là des préjugés qui sont de mauvais augure pour la Baguette. Il faut néanmoins instruire son procès plus à fond, avant que de la condamner.

pour eux l'in

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »