Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Si les Rois d'Angleterre ont le privilege
de guérir les écrouelles, 121. VII. Les
Rois d'Angleterre béniffent des Anneaux
pour guérir da mal caduc & de la crampe,

130.

LIVRE CINQUIEME.
Hiftoire critique de diverfes pratiques,
pour connoître l'avenir, & pour discer-
ner les innocens d'avec les coupables,
où l'on marque l'origine & le progrès
des épreuves de l'eau bouillante & du
fer chaud.

CHAP. I.

E la

coutume de con

fulter les livres faints,
pour deviner l'avenir. On étoit en
peine fi c'étoit une fuperftition ou

un miracle. Abus à retrancher fur
ce point.

I. Les Payens confultent les Oracles, les
vers des Poëtes & des Sibylles, 134. II.
Les Chrétiens recourent aux livres facrés.
S. Auguftin confulté fur cette pratique,
136. III. L'ufage étoit fuperftitieux. Les
Conciles le condamnent, 137. Les Clercs
de Dijon & de Tours, & les Princes font
publiquement ces épreuves, 138. V.
Quartier d'hiver cherché dins l'Ecriture,
140. VI. L'ufage condamné de nouveau
& aboli. Juftification de ceux qui ne con-
fultent les livres faints que pour s'édifier,
140. VII. Abus de l'oraison des trente
jours, 142.

D

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

Fin, avec les difputes qu'elles ont
excitées.

I. Combien ces épreuves ont été communes,
160. II. Origine de ces épreuves parmi
⚫les Chrétiens. Demetrius, S. Simplicius,
& S. Brice fe juftifien: par le feu, 161. III.
Un Evêque fe jette dans le feu, pour
convaincre un Arien, 164. IV. Un Moi-
ne Sévérien veut eetrer dans le feu avec
un Evêque, 164. V. Sage réponse de
l'Evêque. Sa tunique eft préfervée du feu,
165. VI. Des Catholiques mettent la
main dans le feu, & dans des chaudieres
d'eau bouillante , pour convaincre les
Hérétiques, 167. VII. Reliques éprou
vées par le feu, 168. VIII. Les épreuves
du fer chaud, pour difcerner les inno-
cens des coupables, admifes dans les loix
des François, 169. IX. Agobard écrit
contre ces loix & ces ufages, 171. X.
Célebre expérience de l'eau chaude, pour
juftifier la Reine Thietberge. Traité
d'Hincmar fur ce point, 173. Gottescalc
veut prouver les fentimens par le feu. Ju-
gement des Savans fur fa confiance, 175.
XII. Triple expérience de Louis de Ger-
manie contre Charles le Chauve, 178.
XIII. Ces épreuves deviennent plus com-
munes au X. fiecle. Comment elles fe fai-
foient, 179. XIV. Une Comteffe & l'Im-
pératrice Cunegonde prennent du fer rou-
ge fans fe brûler, 182. XV. Deux Prê-
tres entrent dans un grand feu, pour
prouver que deux Evêques étoient fimo-
niaques, 183. XVI. Pierre Barthelemy
paffe dans le feu,pour prouver qu'on avoit

4

découvert la vraie lance dont le côté de J. C. avoit été percé, 187. XVII. Epreuves du fer chaud & de l'eau bouillante interdites en Occident, 195. XVIII. Epreuves du feu communes en Orient, 196. XIX. Sage défaite d'un homme d'efprit, 198. XX. Difputes théologiques examinées par le feu. On s'en détrompe, 198. CHAP. IV. Difputes fur les épreuves

par le feu renouvellées à Florence. Hiftoire de Savonarole, & du feu dans lequel un Dominicain & un Cordelier devoient entrer. CHAP. V. Réfolution des difficultés aufquelles toutes les épreuves du feu, de l'eau bouillante, & du fer chaud ont donné lieu.

I. Sujet de douter des faits, 208. II. Qu'il y a des faits très conftans & furnaturels, 209.III Précautions contre les préfervatifs du feu, 213. IV. Quelques-uns se brûloient malgré eux, 215. V. Ces épreuves trompoient auffi quelquefois, 217. VI. Des enchantemens, des directions d'intention, & la confeffion faifoient varier l'expérience, 218. VII. que ces épreuves étoient fuperftitieufes, 221. VIII. Que ces ufages tenoient des Payens, 222. IX. Qu'il le faifoit pourtant de vrais miracles, 223. X. Mélange des opérations de Dicu & du Démon,226. XI. Divination par les morts diabolique. Dieu fait paroître Samuël, 227. XII. Dieu prédit & fait réuffir les fuperftitions de Nabuchodonofor, 229. XIII. Conclufion: que ces

[ocr errors][ocr errors]

ufages étoient fuperftitieux, 230. XIV. L'Eglife a fouffert ces épreuves, comme elle fouffre plufieurs maux,2 3 1. XV. Utilité qu'on a tirée de ces épreuves, 232. XVI. Les Papes & les Conciles ont condamné ces épreuves devenues vulgaires, 234. XVII. Tolérance du Concile de Tribur. Néceffité de fouff ir quelquefois des preuves douteuses, 23.6. LIVRE SIXIEME.

De l'origine & du progrès de l'épreuve de
l'eau froide,renouvellée en nos jours,
pour découvrir les forciers.
CHAP. I. E la difficulté que
D plufieurs Savans ont

trouvée, durant quelques fiecles, à
juger de l'épreuve de l'eau froide,
par laquelle on puniffoit comme
coupables ceux qui jettés dans
l'eau ne pouvoient y enfoncer.
I Comment fe faifoit l'épreuve de l'eau
froide, 240. II. L'effet ne pouvoit être
naturel, 242. III. La difpofition du corps
ne faifoit pas demeurer fur l'eau, 246.IV.
L'usage introduit au neuvieme fiecle,
tribué au Pape Eugene II. 247. V. Jufti-
fication du PapeEugene. Preuve qu'il n'en
eft pas l'auteur, 248. VI. Louis le Pieux
condamne cette épreuve après quatre
Conciles,249, VII.Difputes fur ce point.
Hincmar enrreprend de juftifier l'épreu
ye 250. VIII. Erreur d'Hincmar fur
l'origine de l'épreuve, 253. IX. Exemples

at

?

« AnteriorContinuar »