Imágenes de páginas
PDF
EPUB

SERENISSIM E des marques publiques de mon attachement inviolable et de mon profond refpeét , pouvois-je choisir un sujet qui lui füt plus agréable que la Description du Palais du plus grand Roy du monde ?

Dès votre plus tendre enfance, MONSEIGNEUR, vous avez eu une admiration particuliere pour tout ce qui venoit de potre augufte Pere. Vous tachâtes d'imiter ses grandes actions , deflors que vous futes en état de les connoître ; & dans un âge qui ne Jemble destiné qu'aux jeux aux amusemens, V OTRÉ AL;

SERENISSIME avoit déja également signalé sa prudence fon courage.

ر

TESSE

[ocr errors]

و

Ce seroit ici l'endroit je des vrois parler de ce jour* mémorable vous syutes si bien vous servir de l'une de l'autre , que la supériorité des Ennemis ne

servit qu'à rendre votre victoire plus glorieuse. Je devrois encore rappeller tant d'actions de valeur @ d'intrépidité, qui ont répandu fi glorieusement votre réputation dans toute l'Europe. Je les passerai néanmoins sous silence , MONSEIGNEUR, pour ne parler que des principes qui les ont produites. Toutes éclatantes qu'elles font, elles ne feroient voir que ce que vous avez fait, au lieu que les principes feront encore connoî.

* Combat de Malaga gagné par son S. A. Si malgré l'avantage du vent, & de treize y aisleaux que les Ennemis avoient de plus.

[ocr errors]

tre ce que vous pouvez faire.

L'on comprendra aisement MONSEIGNEUR , que je veux parler ici de cet assema i lage heureux de grandes qualitez qui font les Heros , qui ont été dans tous les tems inséparables du Sang auguste dont vous fortez; & que je n'en veux pas moins à ce courage, grandeur d'ame , & à cet amour pour la Justice , qui vous ont acquis l'estime des hommes , qu’d cette politesse de maurs, et à cette inclination bienfaisante qui vous en ont gagné les cæurs.

jusques à quel point MONSEIGNEUR l'avez-vous pas portée cette inclination bienfaisante ! Devenus

à cette

[ocr errors]

ne

[ocr errors]

m

jaloux de Titus, vous l'avez effacé. Cet Empereur fut un jour sans faire du bien , & il n'y en a pas un dans la Vie de VOTRE ALTESSE SERENISSIME, qui ne soit marqué par quelque grace.

Vous n'étes pas de ces Grands, MONSEIG N EUR,

qui ne le font qu'aux yeux du public, & qui lasez de paroître ce qu'ils ne sont pas ,

réduits à eux-. mes, cessent enfin de se contrefaire , & paroissent ce qu'ils font. Toujours Prince , toujours le més me , vous êtes dans votre domes. tique ce que vous paroissez à la Cour & au Public. Ceux qui ont l'honneur d'être à vous

vous, ne s'apperçoivent que vous êtes

.

[ocr errors]

que vo

leur 'Maître , que par le bien

vous leur faites; @ VOTRE ALT ESSE SERENISSIME donne toujours aux services , auxa besoins &gau mérite., ce qu'on ne donne ordinairement ailleurs qu'aux Courtisans les plus empressez, fouvent aux plus indignes.

En vain voudrois - je ici ; MONSEIGNEUR, dous donner des éloges que vous ritez si bien , & que la Renom

, me'e publie de toutes parts ; quelque

secours que je düs'e attendre de la fecondité & de la noblesse du sujet , il sera toujours fi mal aisé de vous représenter tout entier, que je l'entreprendrois atec plus de temérité que de succès :

« AnteriorContinuar »