Imágenes de páginas
PDF
EPUB

meritant par-là l'efprit de retraite, de pénitence, & d'oraifon. Répandez fur nous l'esprit de grase & de prière."

XIX.

Je vous adore, ô divin Solitaire, étant tenté par le démon, le confondant, le chaffant, & remportant la victoire fur cet efprit de tenebres : Apprenez-moi à vôtre exemple à éluder fes rufes & fes artifices, par les armes de la parole de Dieu, par la pénitence, & par la priere. Beni-foit le Seigneur mon Dieu, qui inftruit mes mains au combat, & mes doig's à la guerre. •

XX.

Je vous adore dans votre premier miracle, par lequel vos Difciples crurent en vous. Daignez, Seigneur, par l'interceffion de vôtre fainte Mere me donner le vin nouveau de vôtre grace, & de changer ma foibleffe en une force qui foit capable de me faire vaincre toutes mes paffions.

,

n Zachar.c.12. v,10j
• Pfal. 143. V2 La

XX I.

Je vous adore étant reconnu par faint Jean pour le vrai Agneau de Dieu qui effacez les péchez du monde ; c'eft ma confolation, & mon efperance dans l'abîme de ma mifere; Cette efperance me confole dans mon humiliation, parceque vôtre parole m'a donné la vie. P

XXII.

Je vous adore, mon Seigneur, attírant à vous vos deux premiers Difciples, paffant la nuit à les inftruire, & vous faifant connoître à eux pour le Meffie Faites connoître à mon ame que vous êtes fon Dieu, fon Sauveur, &fon Souverain. Je fuis environné de ténebres; mais j'efpere de vôtre grace, que je pourrai dire comme David, la nuit même est devenuë ma lumiere & mes délices. 9

XXIII.

Je vous adore faifant vôtre premiere

p Pfal. ri. v. sou 9 Pfal. 138, V. 11g

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Pâque avec vos Apôtres, & chaffant du Temple ceux qui le profanoient; parceque le zele de la maifon de vôtre Pere Vous dévoroit. Communiquez - m'en quelque éteincelle, ô divin Prêtre de la loi Nouvelle; afin que rien d'impur, ni de profane n'entre dans mon ame qui eft devenue vôtre temple par mon Baptême: Chaffez-en vous-même tout ce qui bleffe la pureté de vos yeux. Qui peut connoître toutes fes fautes ? Purifiezmoi, Seigneur, de celles qui me font cachées.

XXIV.

J'adore, mon divin Maître, l'entretien que Vous avez eu avec Nicodême, & les Inftructions divines que vous lui avez données pendant la nuit qu'il vous vint trouver. Enfeignezmoi, Seigneur, pendant la nuit de mon ignorance: Eclairez mes yeux, afin que je ne m'endorme pas d'un fommeil de mort. Enfeignez-moi à faire vôtre volonté, parceque vous êtes mon Dieu.*.

S

r Pfal. 18. v. 13. f Pfal 12. v. 4i Pfal. 142. U, IL;

XXV.

Je vous adore, ô Souverain Pafteur des ames, laffé & fatigué auprès du puits de Jacob, où vous attendiez la femme de Sammarie: Je vous adore lui découvrant les plus hautes veritez de vôtre Religion; lui promettant de l'eau de la vie éternelle; lui enfeignant à adorer vôtre Pere en efprit & en verité; & vous faifant connoître à elle pour le vrai Meffic. Souffrez, Seigneur, que je vous dise avec elle : Donnez-moi, Seigneur, de cette Eau, " & me rendez un veritable adorateur de Dieu vôtre Pere en efprit & en verité.

XXVI.

Je vous adore guériffant le fils d'un Officier de Capharnaum; & je vous dis comme lui, Defcendez, Seigneur, avant que mon ame meure.

X

XXVII.

Je vous adore, guériffant de la fié

ch

4 v.55.

u Evang. de S. Fean:
x Evang.de S. Fean ch, 4. v.

42,

[ocr errors]

vre la belle mere de faint Pierre, & une infinité d'autres malades travaillez de diverfes fortes de maladies. Je vous fupplie, mon Sauveur, d'operer les mêmes miracles fur mon ame; la guériffant de la fiévre de fes paffions, de la langueur, de la pareffe, & de fes maladies les plus inveterées. Guériffez-moi, Seigneur, & je ferai guéri; fauvez-moi,

je feras fauvé. Appliquez, je vous fupplie, fur mon cœur cette vertu divine qui fortoit de vôtre fainte humanité, & qui guériffoit tous ceux qui avoient la grace de vous toucher, comme faint Luc nous l'apprend par ces paroles Il fortoit de lui une vertu & il les guérißoit tous.

Z

XXVIII.

Je vous adore, ô mon Souverain, appaifant la tempête. Je vous prie de dire à mon ame dans fes plus grands troubles & fes plus violentes agitations cette parole qui rendit le calme à la mer: Tai-toi, calme-tei; Car vôtre parole efficace, Seigneur, n'eft jamais fans effet.

[merged small][ocr errors]
« AnteriorContinuar »