Imágenes de páginas
PDF
EPUB

TIN,

[ocr errors]

qu'elle ne pourroit elle même fe flatConstan- ter d'un meilleur traitement : qu'en

fin ce feroit une démarche deshonoAn. 313. rante & sans exemple , qu’une fem

me de fon rang s'engageầt dans un second mariage. Cette réponse ferme & généreuse, portée à Maximin, le mit en fureur. Il profcrit Valérie s'empare de ses biens , lui ôte tous ses officiers , fait mourir ses eunuques dans les tourmens, la bannit avec sa mere, la promene d’exil en exil ; & pour ajoûter l'insulte à la persecution, il fait condamner à mort, sous une fausse accusation d'adultère , plusieurs dames de la cour, liées d'amitié avec Prisca & Valérie.

Il y en avoit une très distinguée erois dames par sa naissance & d'un âge avancé. innocentes. Valérie la respectoit comme une se

conde mere. C'étoit à ses conseils que Maximin attribuoit le refus qui le défespéroit. Il charge le président Eracinée , de lui faire subir une mort deshonorante. Il en joignit à celle-là deux autres , également nobles, dont l'une avoit sa fille à Rome entre les Vestales, l'autre étoit femme d'un

II.

TIN.

[ocr errors]

Sénateur. Ces deux dernieres avoient
eu le malheur de plaire à Maximin CONSTAN-
par leur beauté ; il les punissoit de
leur résistance. On les traîna toutes An. 3130
trois devant un tribunal, où leur con-
damnation étoit déja arrêtée. On n'a-
voit trouvé pour se prêter à cette
accusation qu’un Juif accusé lui-mê-
me d'autres crimes , & qui se laissa
suborner par la promesse de l'impu- .
nité. C'étoit à Nicée

que

se jouoit cette fanglante tragédie. Le juge qui craignoit l'indignation du peuple se transporta hors de la ville avec une nombreuse escorte de soldats, de peur d'être lapidé. On met l'accufateur à la torture ; il persiste comme il en étoit convenu. Les accusées vouloient répondre ; les bourreaux leur ferment la bouche à grands coups de poing ; la sentence est prononcée; on les conduit au supplice entre deux hayes d'archers : tout retentissoit de fanglots & de gémissemens ; & ce qui redoubloit la compassion & les larmes des affiftans , c'étoit la vûe du sénateur dont je viens de parler. Bien instruit de la fidélité de la femme

TIN.

[ocr errors]

qui en étoit la malheureuse victime, Constan- il eut la généreuse fermeté de l'aflif

ter au supplice , & de recueillir ses An. 313. derniers foupirs. Après qu'on leur

eût tranché la tête, on vouloit les laisser fans sépulture, mais leurs amis enleverent leurs corps pendant la nuit; on ne tint pas la parole donnée à ce misérable Juif, qui les avoit accusées; ayant été mis en croix, par une perfidie dont la sienne étoit digne, il révéla à haute voix tout ce mystere d'iniquité , & mourut en protestant de leur innocence.

Cependant Valérie releguée dans Dioclétien

les déserts de Syrie, trouva moyen d'instruire de ses malheurs Dioclétien son pere qui vivoit encore. Il envoye' aussi-tôt des exprès à Maximin pour le prier de lui rendre sa fille. On ne l'écoute pas : il redouble ses instances à plusieurs reprises , & toujours inutilement. Enfin il dépêche un de ses parens , officier considérable , pour rappeller à Maximin tout ce qu'il devoit à Dioclétien, & lui demander cette justice comme un effet de reconpoissance. Cet officier ne peut rien

LII.

obtenir,

rcdemande Valérie.

, CONSTAN

TIN.

LIII. Mort de

bbtenir. Ce fut alors que le malheureux pere succomba à sa douleur comme je l'ai déja raconté.

Maximin ne cessa point de persé- An. 313 cuter Valérie. Cependant, même après fa défaite , lorsqu'il voyoit sa perte

Caudidien, inévitable , & que sa rage n'épargnoit de Prifca, * pas jusqu'aux prêtres de fes Dieux, il de Valérica n'osa lui ôter la vie. Candidien s'étoit séparé d'elle pour quelque raison qu'on ignore: elle le crut mort penđant quelque tems. Mais ayant appris qu'il étoit vivant, & que Licinius étoit dans Nicomédie , elle vint avec sa mere rejoindre ce jeune Prince; & sans se faire connoître, les deux Princesses fous un habit déguisé se mê. lerent parmi les domestiques de Candidien

» pour attendre ce que la révolution nouvelle produiroit dans sa fortune. Candidien , alors âgé de feize ans, s'étant présenté devant Licinius à Nicomédie, donna de la jalousie à ce vieillard défiant , qui crut s'appercevoir

que

le fils de Galere s'attiroic trop de considération , & le fit sécrettement afsalliner. Valérie prit auffitôt la fuite ; le reste de sa vie ne fuc Tome I.

L

[ocr errors]
[ocr errors]

TIN.

An. 313

qu'une course continuelle. Errante Constan- pendant quinze mois en diverses pro

vinces , dans l'habillement le plus
propre

à cacher fa condition, elle
fut enfin reconnue à Thessalonique
vers le commencement de l'an 315,&
arrêtée avec sa mere. Ces deux int
fortanées Princesses , qui n'avoient
d'autre crime que leur condition & la
chasteté de Valérie , furent condam-
nées à mort par les ordres de l'injuste
& impitoyable Licinius; & conduites
au fupplice au milieu des larmes inu-
tiles de tout un peuple, elles eurent la
tête tranchée; leurs corps furent jectés
dans la mer. Quelques auteurs ont
prétendu qu'elles étoientChrétiennes,
& que Dioclétien les avoit contrain-
tes d'offrir de l'encens aux idoles:
fi cette opinion , qui n'a rien d'affu+
ré; est véritable , leur religion a été
pour elles la plus solide confolation
dans leurs malheurs , comme leurs
malheurs ont pu être le moyen le plus
efficace pour expier la foiblesse avec
laquelle elles avoient trahi leur relix

gion. Jeux fécup. La révolution des jeux séculaires

[ocr errors]
[ocr errors]

LIV.

« AnteriorContinuar »