Imágenes de páginas
PDF
EPUB

TIN.

An. 323.

de

[ocr errors]

vin & de viandes. Tandis que ceuxci ne fongent qu'à faire bonne chere Constan& à s'enivrer, Hormisdas avec la lime qui lui avoit été apportée , vient à bout de couper ses chaînes , prend l'habit de l’eunuque & fort de sa prifon. Accompagné d'un seul domestique ,

il se fauve d'abord chez le roi d'Arménie son ami; & ayant reçu ce Prince une escorte pour la sureté, il va se jetter entre les bras de Conftantin. L'Empereur lui fit un accueil honorable , & lui assigna un entretien convenable à la naissance. Sapor fut bien aise d'être délivré de la nécessité de faire un crime , ou de l'embarras de garder un prisonnier aussi dangereux: loin de le redemander , il lui renvoya

fa femme avec honneur. Ce prince vécut environ quarante ans à la cour de Constantin & de fes fuccesseurs, qu'il servit utilement dans les guerres contre les Perses. La Religion Chrétienne qu'il embrassa, adoucit fes moeurs; & il donna sous Julien des marques de fon zéle pour la -foi. On dit qu'il étoit très-vigoureux & fi adroit à lancer le javelot , qu'il

[ocr errors]
[ocr errors]

TIN.

-An. 323•

III,

nare.

[ocr errors]

annonçoit en quelle partie du corps CONSTAN

il alloit frapper l'ennemi : j'aurai occasion de parler de lui dans la suite.

D'autres auteurs rapportent cette

histoire avec quelque différence. SeRécit de zo- lon eux , Narsès laiffa quatre fils. Il Zon. t. 2. avoit eu Sapor d'une femme de baffe

. P: 12. condition. Adanarse, Hormifdas &

un troisieme dont le nom n'est pas connu , étoient nés de la reine. Adanarse étant l'aîné devoit succéder à son pere. Mais il s'étoit rendu odieux aux Perses par un penchant décidé à la eruauté. On raconte qu'un jour qu'on avoit apporté à son pere une tente de peaux de diverses couleurs, travaillée dans la célébre manufacture de Babyfone, Narsès l'ayant fait dresser & demandant à ce fils encore fort jeune go s'il la trouvoit à son gré, cet enfant répondit : Quand je serai roi, j'en ferai faire une bien plus belle avec des peaux humaines. Des inclinations fi monstrueuses firent peur aux Perses. Après la mort de Narsès , ils se défirent d’Adanarfe , & prévenus contre les enfans de la reine, ils mirent sur le trône Sapor , qui fit enfermer Hor

TIN

IV.

[ocr errors]
[ocr errors]

misdas , & crever les yeux à fon autre frere. Le reste du récit s'accorde avec CONSTANG ce que nous avons raconté.

La puiffance impériale se trouvoit An. 324. réunie toute entiere en la personne de

Conftantin Constantin , qui donna le titre de seul maître César , le huitieme de Novembre, à de tout l'em

pire. Constance son troisieme fils âgé de

Euf. Hij.l. fix ans. Il conféra le consulat de l'an- 10.6.9. née suivante 324 à ses deux autres

Idem vis, l.za fils Crispe & Constantin. Ils possé- Idace. doient cette dignité pour la troisiéme Chron. Alexa fois. L'Empereur refta cinq mois à Nicomédie , occupé à mettre ordre

. . aux affaires de l'Orient, que Licinius avoit épuisé par son avarice. Vainqueur de tous ses rivaux il prit le nom de victorieux qui se voit fur fes médailles , aussi bien qu'à la tête de ses lettres , & qui paffa comme un titre héréditaire à plusieurs de ses fucceffeurs. Cet heureux changement fembloit donner une vie nouvelle à tous les peuples de la domination Romaine. Les membres de ce vaste empire , divisés depuis long-tems par les intérêts , souvent déchirés par les guerres, & devenus comme étran

[ocr errors]

V.

le Chriftia nisme.

Cod. Th. iib.

Bet gers les uns aux autres, reprenoient Constan-avec joie leur ancienne liaison ; &

les provinces orientales , jalouses juf. An. 3-4. qu'alors du bonheur de l'occident, 3

se promettoient des jours plus sereins sous un gouvernement plus équitable.

Les Chrétiens sur-tout crurent voir 11 profite de sa vi&oire dans le triomphe du prince celui de pour étendre leur Religion. Le principal usage que

fit Constantin de l'étendue de sa puifEuf. vir.l. z. fance, fut d'affermir & d'étendre le 24.G. Christianisme. Après avoir terraffé 15. tit. 14.

dans les batailles les images de ces dieux chimériques , il les attaqua julque

sur leurs autels. Mais en détruifant les idoles , il épargna les idolâtres ; il n'oublia pas qu'ils étoient ses

; fujets, & que s'il ne pouvoit les guérir, il devoit du moins les conserver. Il fit à l'égard de l'Orient, ce qu'il avoit fait pour l'Italie après la défaite de Maxence. Il cafla les décrets de Licinius , qui se trouvoient contraires aux anciennes loix & à la justice. Reconnoissant que c'étoit à Dieu seul qu'il devoit tant de succès, il en voulut faire une protestation publique à

[ocr errors]

TIN,

An. 324.

VI. Lettre de

la face de tout l'Empire; ce fut dans ce dessein qu'il écrivit deux lettres Constancirculaires , l'une aux églises, l'autre à toutes les villes de l'Orient. Eusebe nous a conservé la derniere,copiée sur l'original signé de la main de l'Empereur, & déposé dans les archives de Césarée. Elle est trop longue pour être rapportée ici en entier.

Le prince y montre d'un côté les avantages qu'il vient de remporter Constantin fur les ennemis du Christianisme, de aux peuples

d'Orient, l'autre la fin funeste des persécuteurs, comme une double preuve de la toutepuissance de Dieu : il se représente sous la main du souverain Etre, qui l'ayant choisi pour établir fon culte dans tout l'empire, l'avoit conduit des bords de l'océan Britannique jufqu'en Asie , fortifiant son bras & faisant tomber devant lui les plus fermes barrieres : il annonce la reconnoiffance par le dessein où il est de protéger de tout son pouvoir les serviteurs fidéles de celui par qui il a été protégé lui-même; en conséquence,il rappelle ceux que la persécution avoit bannis; il rend aux Chrétiens leur liberté,

a

« AnteriorContinuar »