Imágenes de páginas
PDF
EPUB

TIN,

LXVII.
Restes de

bla le premier plusieurs disciples. Constan- Saint Pacôme fondoit le monastere

de Tabenne dans le tems que ConfAn. 328. tantin bâtissoit Conftantinople. En

peu de tems ces premiers plants de la vie cænobitique se multiplierent à l'ombre d'un gouvernement qui les protégeoit ; & l'on vit s'élever dans toutes les parties de l'empire ces monasteres , si précieux à l'église tant qu'ils conservent la ferveur du premier institut ou de la réforme.

Recueillons en peu de mots ce que l'idolatrie.fit Constantin pour la religion ChréEuf. vit. 1.1. tienne, & l'état où il la laiffa. Di

sons , pour n'y plus revenir , qu'il la

consulta fur les mesures qu'il prit pour Idem. l. 4. C. la favoriser,& qu'il n'employa que les Soc. l. 1. c. moyens qu'elle approuve elle-même.

Il distingua par des faveurs ceux qui

la profelloientzil s'efforça de faire méSoielyn. c.: priser & oublier le Paganisme en ferSymm. mant, deshonorant , démolissant les

Oroso lo 7• temples, en les dépouillant de leurs Cod. Th.lib. possessions, en manifestant les artifi12. tit. s.

ces des prêtres idolâtres , en interdifant les facrifices , autant qu'il put y Téussir , sans violence & fans cam

C. 8.

Idem. l. 3. C.

1. 16.

28. Theod. l.

5. C. 20.

Prud. in

C. 28.

de tous

promettre la qualité de

pere Fes sujets , même de ceux qui étoient Constandans l'erreur. Où il ne put abolir la TIN. superstition, il étouffa du moins les An. 328. désordres qui en étoient la suite. Il fit des loix feveres pour arrêter le cours de ces horribles déréglemens que la nature désavoue. Il prêcha luimême Jesus-Christ par fa piété , par son exemple, par ses entretiens avec les députés des nations infidéles , & par les lettres qu'il écrivit aux barbares. Loin de faire aux dieux des payens l'honneur de placer sa statue dans leurs temples , comme le dit faussement Socrate , il défendit cet abus par une loi expreffe , selon Eusebe. Il honora les évêques ; il en établit en beaucoup de lieux. Il rendit le culte extérieur augufte & magnifique. Il fit planter partout le signe falutaire de la Croix; ses palais présentoient cette image sur toutes les portes, sur toutes les

murailles. On vit disparoître de dessus ses monnoies les inscriptions qui retraçoient la superftition : on P'y représenta le visage levé vers le Ciel, & les mains éten

TIN.

dues en posture de suppliant. Mais il Constan- ne se livra point à un zele précipité: il

voulut attendre du tems, des circonsAn. 328. tances,&furtout de la grace divine, la

consommation de l'ouvrage de Dieu.
Les temples fubfifterent à Rome , à
Alexandrie, à Antioche, à Gaza, à
Apamée, en plusieurs autres lieux ,
où leur destruction auroit entraîné
des fuites funestes. Nous avons une
loi affichée à Carthage la veille de fa
mort, par laquelle il confirme les pri-
viléges des prêtres payens en Afri-
que. Il étoit réservé à Théodofe de
porter les derniers coups. L'humani-
& la religion elle-même savent gré
à Constantin de n'avoir pas donné de
martyrs à l'idolatrie.
Ces événemens si intéressans

pour An: 3:29. la religion, n'ont point de date assuDate de la rée. Plusieurs peuvent être antérieurs

même au concile de Nicée ; d'autres Teoph. p. 17. postérieurs à la fondation de ConfCod. orig. Co tantinople. Ils firent une partie conPagi, dis. p. fidérable des foins de Conftantin de

puis qu'il fut seul Empereur jusqu'à fa temp.l. 11.6. mort. Nous les avons réunis sous les yeux du lecteur,pour n'être plus occi!

fondation de C. P.

pés

145•

Bitau doct.

43.

TIN.

An. 329

pés que de l'établissement de la nouvelle Rome. On fait certainement en CONSTANquel tems Constantinople fut achevée & dédiée : mais on ne convient pas du tems où elle fut commencée. Se - Till. not. 5o.

sur Constan, lon quelques auteurs, ce fut dès l'an tin, trois cens vingt-cinq; selon d'autres , seulement à la fin de trois cens vingt-neuf. Ce qui nous paroît plus probable , c'est que Constantin étant forti de Rome en trois cens vingt-six avec le projet formé de donner une rivale à cette ville , il fut occupé l'année suivante à chercher un lieu propre

à l'exécution de fon dessein ; & qu'après un premier effai bientôt abandonné, il se fixa au terrein de Byzance; où ayant commencé à bâtir en trois cens vingt-huit , il continua avec ardeur , & acheva presque l'ouvrage l'année suivante ; enforte que la ville fut en état d'être dédiée au mois de Mai trois cens trente. Cette conjecture nous détermine à

ranger

fous l'an trois cens vingt-neuf tout ce qui regarde la fondation de Constantinople, l'Empereur étant consul pour la huitiéme fois , & fon fils aîné pour la Tome 1.

X

TIN.

LXIX. Morifs de

pour bâtir une nouvelle

yille,

P. 383

quatriéme. Il passa la plus grande CONSTAN- partie de ces deux années dans le voi

sinage de son nouvel établiffement , An: 329: afin de pouvoir plus aisément se trans

porter souvent fur le lieu même, pour diriger & animer les travaux.

Si l'on consulte les régles d'une faConstantin ge politique, on ne peut s'empêcher

de blâmer Constantin d'avoir entre

pris de bâtir une nouvelle capitale, & M. l'Abbé de diviser les forces de l'Empire , de la Blette dans un tems où ce grand corps faJovien, t.1. tigué de la longueur des guerres ci

viles , épuisé par la tyrannie & le luxe de tant de princes qui l'avoient en même-teras accablé, avoit besoin de réunir & de concentrer fes esprits, pour

leur donner un nouveau reffort: cette distraction ne pouvoit que disfiper un reste de chaleur. Constantinople formée & nourrie aux dépens de Rome , fans pouvoir jamais l'égaler en vigueur & en puissance, ne fervit qu'à l'affoiblir. Mais les raifons d'état céderent aux goûts particuliers du prince, à Péloignement qu'il avoit conçu pour Rome & pour ses fuperftitions, & peut-être aussi à l'ambi,

« AnteriorContinuar »