Le recueil du Parnasse,: ou nouveau choix de piéces fugitives en prose & en vers, Volumen1,Parte1

Portada
Chez Briasson, ruë S. Jacques, à la Science., 1743
0 Opiniones
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 12 - ... commençoit tous les jours fes occupations. Vous n'oublierez point fes aumônes, fouvent exceffives, prefque toujours ignorées de ceux mêmes qui les recevoient, & que nous ignorerions auffi, fi vous ne vous étiez difpenfé du fecret qu'elle avoit exigé de vous.
Página 111 - Son efprit étonna les plus rares efprits » Sur les plus éclatans il emporta le prix , Et ne démentit point l'origine premiere D'où fortit fa lumiere. Le Ciel ne fut jamais en fes plus grands...
Página 111 - D'où fortit fa lumiere. Le Ciel ne fut jamais , en fes plus grands efforts , Si prodigue à verfer fes plus riches tréfors , Que quand de fa plus pure & plus brillante flamme II forma fa belle ame.
Página 118 - Bergère , en exprimoit les charmes » Et voulant acquérir le titre de vainqueur , Appuyoit de fa voix le parti de fon cœur. Tant de rares beautez naïvement dépeintes, Donnèrent à Daphnis de mortelles atteintes , &c.
Página 115 - Les plaifirs y font purs & doux Comme l'air que l'on y refpire ; L'innocence y tient fon empire , Et chacun , fans être jaloux , Y poflede ce qu'il défire. La folle paffion d'amour En eft entierement bannie , Et l'ambitieufe manie, En cét agréable féjour , N'exerce point fa tyrannie. . La plus éclatante grandeur Pour qui le courtifan s'immole , Nous eft moins qu'une vaine idole, Et nous méprifons la fplendeur De tous les tréfors du Pactole.
Página 117 - Attendriffoit le cœur des Nymphes de ces bois ; Quand frappé tout d'un coup & ravi par l'oreille D'une douce mufique à nulle autre pareille » II fe traîna fans bruit au travers des bui flous , Pour oiiir de plus près de fi douces chanfons.
Página 118 - RemplifToit tous les cœurs ou d'amour ou d'envie, Je fus le feul choifi pour être aimé de toi , Et feul je méritai les gages de ta foi. Mais pardon fi je dis que je t'ai méritée ; De ce terme infolent ne fois point irritée : Si j'eus quelque mérite , Amour notre vainqueur , Le verfa dans mon ame en régnant dans mon cœur. Je...
Página 185 - Aime-t-on des ombres de glace? Quel feu tient contre leur froideur? Faites-moi quelque autre menace, Si vous voulez me faire peur. Pour appuyer la prophétie, Me défendis-je avec effort De tant d'honnêtes gens en vie Pour m'entêter d'un vilain mort? Quoi ! me méprendre de la sorte ! Je suis plus sage, je le sens; S'il fallait aimer vive ou morte, Je saurais bien prendre mon...
Página 123 - Qui ne dit que vos foins , vos confeils , & vos veilles Sont les meilleurs foldats , & les plus forts...
Página 8 - Elle ne pouvoit, en façon du monde, être de fon fentiment; mais elle avoit fi bonne opinion de lui, qu'elle fe flattoit de le ramener au vrai, & elle le croyoit fi propre à féduire, qu'elle n'a jamais voulu fuivre le confeil que quelques-uns de fes amis lui...

Información bibliográfica