Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ز

pore chercher les étrangers ; de qui ne sçait qu'en 1665 des gratifications considérables furent distribuées par les ordres aux Gens de Lettres les plus distingués , répandus dans les différentes parties de l'Europe, do que dans le même tems . ce grand Roi alligna des fonds particuliers pour les récompen-, Ses annuelles qu'il destinoit au progrès des Sciences ? Et come. ment fera-t'on après cela surpris que sous le regne de ce Prinqe les Sciences de les Arts soient parvenus à ce haut dégré de perfection ils ont été portés ?

Combien de dépenses, de travaux n'en couta-t'il pas pour achever la fameuse méridienne commencée par les ordres de: ce Prince ? L'Observatoire fut bâti pour faciliter les recherches

Astronomiques ; des hommes intelligens furent envoyés dans toutes les parties du monde pour y faire des observations correspondantes à celles du nouvel Observatoire ; les longitudes, & les latitudes furent mieux connues; la Géometrie & la navigation furent perfectionnées ; nos sçavans envoyés dans, Les pays éloignés y étudierent avec soin les fingularités de la nature , & en rapporterent les industries particuliéres des

, Arts qui y sont le plus en réputation. Les travaux immenfes des Sçavans employés aux nivellemens des eaux , enrichirent l'hydraulique de nouvelles découvertes ; le goût presque igno, des expériences se répandit de proche en proche , & pour satisfaire ce goût en inventa plufieurs machines (f) très ingénieuses., & qui font devenues absolument nécessaires aux Phyficiens dévoués à la recherche des choses de la nature , ou à l'avancement des Arts : tout cela conduit par les vues lumineufes du grand Colbert O tourné à l'avantage du public, fit naître l'Académie Royale des Sciences , dont le but est de cultiver toutes les parties de la Physique, de d'employer les unes à l’éclaircissement des autres. Les travaux de cette illuf tre Compagnie sont assez connus par les Mémoires qu'elle a

(f) Les Barométres, les Thermométres, les Hygrométes , & les autres instrumens destinés à mesurer des variations physiques, rendus plus utiles & plus commodes ; divers instrumens & divers modéles pour quantité de Manufactures & pour différentes Machines ; celle du système de Galilée pour les corps pesans & les combinaisons des carreaux mi-partis ; une infinité d'autres admirables ing ventions dont on trouvera le détail dans les Méinoires de l'Académie.

[ocr errors]

fait imprimer , & se trouvent tant d'expériences nouvelles, e tant de nouveaux principes , qui, si j'ose ainsi parler 5 fervent à développer l'art même ma l'intelligence du souverain Auteur de la nature. Quelle plus digne occupation pour un Philosophe ! Qu'il doit étre flatté de s'élever ainsi jusqu'à la Divinité.

C'est en parcourant les sçavans Mémoires dont nous' venons de parler que l'on pourra s'infiruire des rapides progrès que firent , sous le regne de Louis XIV, généralement toutes les parties que renferme la Philosophie ; do en est-il aucune qui m'ait été cultivée avec autant de zéle que de succès. Ces progrès , qui feront le sujet de l'étonnement de tous les fiécles nous aurions peut-être les détailler ici ; mais nous ofons nous flater que le Lecteur les trouvera affez bien développés dans les éloges historiques que nous lui offrons.

Nous devons ajouter , avant que de finir ce discours , une chose particuliere qui, peut-être plus que tout ce que nous avons dit ia contribué à l'avancement des Sciences , c'est que les écoles auparavant fi décriées par la barbarie de l'ignorance qui y, regnoient , prirent sous Louis XIV un air plus décent a plus sensé ; on en écarta mille frivolités de mille bassesses ; on parla pour se faire entendre, og dès qu'on s'entendit mutuellement , on s'avança d'un pied ferme ; on hésita plus rarement dans une carriére l'on n'avoit si longtems marché qu'à tâtons.

[ocr errors]

ز

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

a Parie chez Odiawren'destampes quay de l'Ecole vir uz vi la Samaritane alab.llelm.que.

A.P.D.R

[blocks in formation]

P.D.C

HISTOIRE LITTERAIRE

D U REGNE

DE

LOUIS X I V.

參參參參參參參參 ELOGES HISTORIQUES Des Philosophes célébres , des Physiciens , des Mathématiciens , des Géométres , des Astronomes , des

Ingénieurs, des Méchaniciens , &c.

LIVRE CINQUI EME: MAR I N M ERS EN N E.

ARIN MERSENNE , l'homme du célebre Descartes , le plus ancien de ses amis, & le plus zélé de ses Sectateurs ; illustre par la gloire qu'il

a elle d'avoir contribué plus qu'aucun Sçavant de son siécle, à l'avancement des Sciences, naquit au bourg de l'Oysé dans le Maine, le 8 Septembre 1588 , de Tome II.

A

M

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »