Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

L

OUIS LE GRAND
nia
pas

été de ces Prin ces qui de la valeur & de la gloire des ar.

mes , se font un droit d'ignorer ou de négliger tout le reste. On l'a vû au contraire tou. jours appliqué, & toujours Heros.

VERSAILLES, ce superbe Palais que je vais décrire, l'admi. Tome 1.

A

A

ration des siecles à venir , & la merveille du nôtre, fera connoître à la postérité la plus reculée , que les Arts protegez, les Montagnes rasées, les Fleuves détournez ou conduits par de longs canaux, ont été les amusemens de LOUIS, & que ce grand Roi ne s'est délassé qu'à embellir la nacure , ou à la surpasser.

Quand Versailles devint l'objec des soins de Louis XIV. ce n'é. poit qu'un petit Château où Louis XII I. avoit tenu ses équipages de Chasse , au lieu que c'est aujourd'hui un Palais digne de loger le grand Roi qui l'habite , & la Cour du monde la plus brillante & la plus auguste.

Au dessous de Viroflée on enetę dans la grande Avenue bordée de quatre rangs d'Ormes qui forment trois allées ; celle du milieu & vingt-cinq toises de large , & les deux qui sont aux côtez,en ont dix chacune,

Avant que cette belle Avenue aille se terminer devant le Châ. teau, on rencontre à main droite le Chény où le grand Veneura un Apartement, où logent les prin. cipaux Officiers de la Venerie,& où sont tous les Equipages de Chasse.

Vis-à-vis on voit un Hôtel dans le même goût d'Architecture que le Chény avec lequel il fait symé. trie , & qui a autrefois

appartenu à Madame la Princesse de Conty fille du Roi Louis XIV.

La grande & la petite Ecuries viennent ensuite , & sont separées par cette même Avenue. La gran. de est du côté du Chény, & la petite du côté de l'Hôtel de Conty. C'est précisément en cet endroit que la grande Avenue se perd dans la Place d'Armes ou Place Royale qui a cent quatre-vingt toises de face. L'avenue de Saint-Cloud & celle de Sceaux viennent aussi s'y terminer , & forment une patte d’oye.

A ij

LA GRANDE ECURI E. - Les Ecuries font da dessein de feu M. Manfart , de même que tout ce qu'on a bâti à Versailles depuis 40 ans : & l'on peut dire que Michel-Ange n'a jamais rien imaginé de plus heureux ni de plus grand , & qu'il n'a jamais rien pra. tiqué où il y ait tant de sagesle & tant de régularité. La décoration extérieure des deux Ecuries est la même. Elles furent commencées l'une & l'autre en 1679 , &ache. vées en 168 · La grande eft fermée par une grille de fer qui a trente-deux toi. les de long , dont les ornemens comme les moncans à jour , qui font d'espace en espace pour entretenir les travées ; les fers de pi. ques, &c. fone dorez & d'un beau travail.

Elle est encore fermée par deux Pavillons de neuf toises chacun

[ocr errors]

couronnež par deux frontoris dans lesquels l'on voit des enfans assis sur des trophées : ils ont été sculptés par Martin. . Ces Pavillons. Aanquent deux aîles de trente-sepe coises de long, qui en se joignant au principal Avantcorps, cerminent la Cour en demi-lune.

Cet Avantcorps est pareillement coutonné d'un grand fronton où sont les Armes du Roi posées sur des Trophées d'armes , & tenues par deux Renommées. La sculp: ture de ce fronton est de Granier & d'un beau travail. L'on voit au dessous un Groupe de trois chevaux de pierre : & sur les maffifs qui le foậtiennent, quatre Trophées d'armes à la Françoise , parmi lesquelles on en a mêlé de celles qui servent pour les Joûtes & les Tournois. Ces Ouvrages ont été sculptez par Raon, Maziere & Granier,

« AnteriorContinuar »