Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AN. 531.

[ocr errors]

Martyt. R. 11. Fanu.

Y XIX. Si Sabas à C.P. 01 710

l'empereur une remise des impositions, pour la premiere & la seconde Palestine, à cause des ravages des Samaritains. Saint Sabas fic donc une seconde fois le voïage de C. P: au mois d'Avril de la neuviéme indičtion : c'est-à-dire, l'an 531. étant âgé de quatre-vingt-treize ans. Deux ans auparavant il avoit perdu son ami l'abbé faint Theodose, qui mourut l'onziéme de Janvier, jour auquel l'église honore encore fa memoire.,

Le patriarche Pierre avoit écrit par avance à l'empereur, le voïage de saint Sabas; & l'empereur ravi de cette nouvelle, envoia- au devant de lui ses galeres, avec lesquelles sortirent le patriarche Epiphane, Hypace évêque d'Ephese, & un autre évêque nom: mé Eusebe. Ils prirent le faint vieillard, & le presenterent à l'empereur : qui l'aïant reçû avec eux audedans du voile, crut voir sur sa tête une couronne de lumiere : il courut se profterner devant lui , lui baisa. la tête, & reçût sa benediction. Puis il le fit entrer chez l'imperatrice Theodora, qui se prosterna aussi, & lui dit: Mon pere, priez pour moi, afin que Dieu me donne un fils. Saint Sabas répondit : Le Dieu de gloire conserve vôtre empire, dans la pieté & la victoire. L'imperatrice fut affligée qu'il ne lui eût pas accordé la demande ;, & quand il fur forti', les peres qui l'accompagnoient lui en demanderent la raison. 'Il leur dit :: Croïez-moi, mes peres , il ne sortira point de fruit de ce ventre: de peur qu'il ne soit nourri de la doctrine de Severe , & ne trou. ble l'église plus qu'Anastase..

Les saints. abbez furent logez dans le palais, & Saint Sabas aïant rendu à l'empereur les requêtes des

églises

:

:

:

églises de Palestine , fa colere se tourna contre les An. 531. Samaritains, & il fir une constitution, par laquelle il 1.17. C. de har. leur défendit d'avoir des fynagogues, d'exercer aucune charge publique , de succeder les uns aux autres ni se faire des donations. Il ordonna aulli d'en faire mourir plusieurs., principalement les chefs & les feditieux. Arsene étoit du nombre : mais il fe ca.

cha quelque tems, puis il eut recours à faint Sabas qui étoit encore à C. P. & se fit baptiser avec tous les fiens,

Quelques jours aprés, l'empereur envoïa querir faint Sabas , & lui dit: Mon pere, j'ai oui dire que vous avez fondé plusieurs monasteres dans le desert : demandez tel revenu que vous voudrez pour la subsistance des moines, afin qu'ils prient pour nous & pour notre empire. Saint Sabas répondit : Ils n'ont pas besoin d'un tel revenu ,

leur
partage

est le Sei.
gneur , qui dans le desert a fait pleuvoir le pain du
ciel sur le peuple rebelle. Nous vous demandons
seulement pour les fideles de Palestine, la décharge
des impositions, & le rétablissement des églises brû-
lées
par les Samaritains : un secours

pour

les chré tiens, qui ont été pillez & réduits à un petit nombre : d'établir un hôpital à Jerusalem , pour les malades étrangers : d'achever le bâtiment de l'église de la mere de Dieu , commencé par le patriarche Elie; enfin, à cause des incursions des Sarrasins, de faire bâ_ tir un château dans le desert, au-dessous des monaf reres que j'ai fondez. Je croi qu'en récompenfe de ces cinq ouvres, Dieu ajoûtera à vos états", l'Afrique, Rome & le reste de l'empire d'Honorius, que yos predecesseurs ont perdu. A la charge encore que Tome VII.

Tt

[ocr errors]
[ocr errors]

AN

[ocr errors]

enten

6.73

, portant

1

A N. 531. vous delivrerez les églises de trois heresies , d'Arius,

de Nestorius & d'Origene. Par les Ariens , il
doit les Goths & les Vandales : par les Nestoriens,
les défenseurs de Theodore de Nopluieste. Car il y
en avoit entre les moines de sa suite. Il s'en trouva
aussi un , sçavoir , Leonce de C. P. qui sous pretexte
de défendre le concile de Calcedoine , solltenoit la
doctrine d'Origene: mais faint Sabas le retrancha de
sa compagnie.

L'empereur lui accorda tout ce qu'il avoit demandé. Il envoïa des ordres à Pierre patriarche de Jerusalem , & aux magistrats de Palestine qu'Antoine évêque d’Ascalon , & Zacarie évêque de Pella visiteroient les villages de la premiere & de la seconde Palestine brûlez par les Samaritains ; & qu'on les déchargeroit de treize cens livres d'or, sur les impositions de la neuviéme & de la dixiéme indiction : c'est-à-dire , des années

531.
&
532. a pro-

à
portion du dommage que chacun avoit fouffert. Ils
devoient aussi visiter les églises brûlées
qui seroit necessaire pour les reparer, devoit être
fourni du trésor public , ou des biens des Samari-
tains, par le comte Estiene , qui devoit en tout ai-
der les évêques. L'empereur ordonna encore de bâ-
tir un hôpital au milieu de Jerusalem , auquel il ac-
tribua d'abord un revenu de 1850. sous d'or pour
cent lirs, puis il en ajoûta encore autant pour cent
autres. Il fit aussi bâtir à Jerusalem l'église neuve de
la sainte Vierge, par les soins du patriarche & de

Barach évêque de Bacathe , qui eut l'intendance de Procop. s. adif.c.6.. l'ouvrage. Theodore en fut l'architecte : on fuc

douze ans à l'achever, & on l'orna magnifiquement.

:

[ocr errors]

& tout ce

[ocr errors]
[ocr errors]

0.74

Enfin l'empereur fit bâtir le château pour les mo- An. 531. nasteres de faint Sabas, & y mit une garnison entretenuë. Ainsi il accomplir les cinq demandes. Un jour comme il étoit occupé à donner les ordres avec le questeur Tribonien, saint Sabas se retira à l'écart pour dire Tierce. Jeremie diacre de la grande laure , un de ses disciples, lui dit : Mon pere , puisque l'empereur témoigne tant d'affection à accomplir vos demandes, pourquoi le quittez-vous ? Le faint vieillard répondit : Mon fils, ils font leur devoir , faisons le nôtre.

Aiant reçû les ordres de l'empereur, il s'en re- Mort de S. Sabas. tourna, & arriva en Palestine au mois de Septembre de la neuviéme indiction, la même année 531. Il vint à Jerufalem , publia les ordres de l'empereur, & distribua à ses monasteres l'argent qu'il avoit apporté de C. P. Puis à la priere du patriarche & des évêques, il alla publier les mêmes ordres à Cesarée & à Scythopolis , & les faire executer. Il revint à Jerusalem visiter les saints lieux, comme pour leur dire adieu , & se rendit enfin à sa grande laure, où peu de tems aprés il tomba malade. Le patriarche Pierre l'aïant appris l'alla voir , & ne lui trouvant pour tout rafraîchissement dans sa cellule , que des cofles & de vieilles dattes, il le fit mettre dans une liviere , & porter à l'évêché, où il prit soin de lui , le servant de ses propres mains. Le saint eut revelation qu'il mourroit dans peu de jours, & l'aïant dit au patriarche , le pria de le renvoier. Le patriarche voulant le contenter en tout, le renvoïa à sa laure avec le service necessaire. Lè saint homme étant couché dans la petite tour au commencement de

6. 75.

[ocr errors]
[ocr errors]

a

na pour

[ocr errors]
[ocr errors]

Martyr. R. 5. Dec.

[ocr errors]

XXXI. Schisme à Alexandrie.

:

A N. 531. Decembre, appella les peres de la laure , & leur don.

abbé Melitas de Beryte, l'exhortant à conserver les traditions de ses monasteres, qu'il lui donna par écrit. Il demeura quatre jours sans rien prendre & sans voir personne ; & le samedi au soir aïant demandé & reçû la communion, il mourut. C'étoit le cinquiéme de Decembre , indiction dixiéme, la fixiéme année de Justinien : c'est-à-dire , l'an

$31.

11 étoie dans la quatre-vingt-quatorziéme année. Les Grecs pretendent encore aujourd'hui suivre dans les offices divins, l'ordre établi dans la laure de S. Sabas.

L'église d'Alexandrie écoic dans une étrange confusion. Les Eutyquiens y dominoient : mais divisez en deux sectes : dont voici l'origine. Severe le faux patriarche d'Antioche, étant refugié à Alexandrie,

un moine lui demanda , si on devoit dire que le Liber. brev. ii 19. corps de Jesus-Christ fût corruptible, ou incorrupti

ble. Severe répondit, que les peres l'avoient reconnu corruptible. Autrement ce seroit nier la verité de la paflion, & lui donner un corps fantastique, & imaginaire , comme les Manichéens. On proposa la même question à Julien d'Halicarnasse, refugié en un autre lieu d'Egypte ; & lui , suivant les principes d'Eurychés, dit : Le corps de Jesus-Christ a toûjours

, été incorruptible. Car si nous disons qu'il étoit corruptible , nous admettons de la distinction entre le corps de Jesus-Christ & le verbe de Dieu , & par consequent deux natures en Jesus-Christ : & pourquoi donc combattons-nous le concile de Calcedoine ? Chacun voulant soûtenir son opinion, Severe & Julien écrivirent l'un contre l'autre , & leurs écrits diviserent le peuple d'Alexandrie. On

1

nom

« AnteriorContinuar »