Imágenes de páginas
PDF
EPUB

quelque qualité qu'elles soient, & nommément à tous autres Libraires & Imprimeurs, que celuy ou ceux que l'Academie aura choisis, d'imprimer, vendre ou debiter au. cuns desdits Ouvrages en tout ou en partie & sous quelque pretexte que ce puisse être, à peine contre les Con. trevenans de confiscation au profit dudit Libraire , de tous les Exemplaires contrefaits & de trois mil livres d'amende, applicable un tiers à Nous, l'autre tiers à l'Hôpital du lieu où la contravention aura été faite , & l'autre tiers au Dénonciateur, à condition qu'il sera mis deux Exemplaires desdits Ouvrages dans Nôtre Bibliotheque publique, un en celle du Cabinet de nos Livres en nôtre Maison du Louvre, & un en celle de nôtre trés-cher & feal Chevalier Commandeur de nos Ordres, le Sieur Boucherat, Chancelier de France, avant que de les exposer en vente, & à la charge aussi que lesdits Ouvrages seront imprimés sur de beau & bon papier & en beaux caracteres, suivant les derniers Reglemens de la Librairie & Imprimerie & de faire enregistrer ces Presentes sur le Registre de la Communauté des Libraires & Imprimeurs de Paris, le tout à peine de nullité des Presentes, du contenu desquelles, Vous mandons & enjoignons faire jouïr & user ladi. te Academie & ses Ayans causes pleinement & paisiblement, cellant , & faisant cesser tous troubles & empêchements contraires. Voulons qu'en mettant au commencement ou à la fin desdits Ouvrages, l'Extrait des Presen. tes, elles soient tenuës pour deuëment signifiées, & qu'aux Copies collationnées par l'un de nos Amez & fcaux Conseillers-Secretaires, foy soit ajoûtée comme à l’Original: Commandons au premier nôtre Huissier ou Sergent sur ce requis de faire pour l'execution des Presentes tous Exploits, failies & autres Actes necessaires sans autre provision: Car tel est nôtre plaisir. Donne' à Versailles le sixiéme jour d'Avril, l'an de Grace mil six cens quatre-vingt dix-neuf, & de nôtre Regne le cinquante-six. Signé, LOUIS. Et plus bas: Par le Roy, PHELYPEAUX.

Registré sur le Livre de la Communauté des Zibraires Imprimeurs , conformément aux Reglemens, à Paris lehuitième: Mars 1699. C. BALLARD, Syndic.

Collationné à l’Original, par Nous Conseiller

Secretaire du Roy, Muifoul Couronne de:

France , & de ses Finances. L'Academie a cedé le droit du present Privilege an Sieur JEAN. BOUDOT, Libraire à Paris, & fon Libraire ordinaire , pour en jouïr luy seul & à l'exclusion de tous autres, dans toute son erenduë, suivant les conditions du Traité fait entre ladite Academie & luy, le onzième Juil.

let 1699.

Je souffigné, Directeur de l'Imprimerie Royalė, Libraire-Imprimeur du Roy & de l'Academie des Sciences, reconnois avoir : cedé & cron(porté à la Veuve du Sieur JEAN BOUDOT, le drois du Privilege de ladite Academie, en date du pour la réimpression de l'Histoire & des Memoires des années 1699. & suivantes, jusqu'à l'année 1710, inclusivement, qu'elle a cy-de... vant imprimé. Fait à Paris ce quatre Ayril mil lept cens dix huit.

RIGAUD. Registré sur le Registre 4o de la Communauté des Libraires et Impria meurs de Paris, page 332. conformément an Reglement, nostammene à l'Arrêt du Conseil du 13 Août 1703, à Paris le deuziéme fuillet mit Sepi cens dix-huit. DE LAUL NE, Syndic. ,

Je reconnois avoir retrocedé la prefente Cession à Monsieur HOCHERE A V, pour en joüir dans toute son étenduë , en mom lieu & place ; suivant les conventions faites entre nous. Fait à Paris. ce seizième Octobre mil sept cens dix-huit.

M. T. MARTIN, Veuve BOUDOT.. Registré sur le Registre 4o de la Communauté des Libraires et Imprimeurs de Paris, page 423. conformément au Reglement , ó notamment à lArrêt du Conseil lu 11. fánvier 17:9. A Paris ce onzième Janvier: mil sept cens dix-neuf. DEL AULNE, Syndic..

FAUTE A CORRIGE R.. Page 61. Figure B Table 1. Il faut effacer le trait qui separe la Plantule de la

radicule & en faire un autre qui continuë la ligne de la Plantule du côté B, jusqu'à celle de la radicule du même côté, pour faire voir la continuité de la Plancule avec sa radicule..

HISTOIRE

>

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

OBSERVATIONS SUR LE BAROMETRE,
le Thermometre, les Pluyes de pendant l'Année 1699.

M

Onsieur de la Hire, qui s'est chargé d'ob. V.les M.
server fans interruption les changemens pag. 6.
du Barometre & du Thermometre , la
quantité d'Eau de pluye qui tombe , & les
variations de l’Eguille aimantée, rend

conte à l'Academie au commencement
de chaque année, des observations qu'il a faites pendant
l'année précedente.
1700

A

[ocr errors]

Il doit être alles agreable pour ceux qui aiment à contempler la nature d'avoir devant les yeux l'histoire Physique de chaque annue. Ils y voyent quels mois ont ere lecs ou pluvieux, comment a été distribuée dans ces differens mois toute la quantite d'eau qui est tombée du ciel, quel rapport ont eu ensemble la pesanteur de l'air , & sa conftitution qui fait le beau ou le mauvais temps, jusqu'à quels degrés ont ere le plus grand chaud, & le plus grand froid, s'ils ont eté égaux chacun en leur faison, ou de combien l'un a surpasse l'autre, &c.

Sur ces fondemens, on peut conjecturer avec beaucoup de vraisemblance ce qui a rendu l'année fertile, ou sterile, laine ou sujerre å de certaines maladies. Mais ce qui

fonde encore mieux ces conjectures, c'est la comparaifon de plusieurs années, parce qu'un plus grand nombre de faits fournit un plus grand nombre de rapports, & allù. re davantage les consequences.

On ne peut sçavoir que par une longue suite d'observa. tions, si dans un même lieu il tombe toûjours la même quantité de pluye, ou, en cas que cette quantité soit inegale, dans quelles bornes l'inégalité est renfermée, quelles sont aussi les limites des inégalités du chaud & du froid, quels effets peuvent produire leurs plus grands excés, si l'un suit ordinairement l'autre, &c.

Des Physiciens habiles ont crû que les pluyes & les néges

fonduës pouvoient fournir toute l'eau des Rivieres, & cette question, l'une des plus curieuses de la Physique, ne peut

être décidée sans l'exacte connoissance de la quanti, té d'eau qui tombe du ciel tous les ans.

On sçait que l'Eguille aimantée ne se tourne pas ordinairement droit au Nord, mais qu'elle varie un peu tana tôt vers l'Est, tantôt vers l'Ouest, tantôt plus, tantot moins , & que cette variation ne paroît pas entierement irreguliere. Quelles qu'en soient les regles, on ne les découvrira qu'en observant continuellement, & il seroit important de les découvrir pour rendre l'usage de la BousCole plus sur. On en cireroit aussi de nouvelles lumieres

[ocr errors][merged small]

pour le Systême de l'Aiman, & même pour le Systême general de nôtre Tourbillon, puisque toutes les experiences nous conduisent à croire que la Terre est un grand Aiman.

Enfin on peut dire en general que puisqu'il ne nous est permis que de remonter quelquefois & avec peine, des effecs aux causes, le travail des obseșvations continuës doic être fort necessaire , & qu'il est même d'autant plus digne de louange qu'il est moins brillant; & que ceux qui l'entreprennent se facrifient en quelque façon à la gloire de ceux qui feront les Systêmes.

SUR QUELQUES SINGULARITE'S

L.

DE LA PRANCE.. 'Academie continuant le dessein d'examiner toutes les viles M.

merveilles de l'Histoire naturelle de la France, on a p. 178. parlé de la Montagne de l'Aiguille en Dauphiné, autre. ment appellée la Montagne Inaccessible. Sa situation est renversée, & elle est plantée, pour ainsi dire, sur son sommet, & fur sa pointe, car elle n'a par le bas que 1000 pas de circuit, & elle en a 2000. par le haut. Dela vient son nom d'Inaccessible. Cependant quand Charles VIII. alla en Italie en 1492.

il
enyoya

des

gens qui furent allés hardis & allés adroits pour monter jusqu'au haut de cette Montagne. Ils n'y trouverent que des Chamois, encore n’est-il pas aisé de comprendre comment ces animaux, qui n'avoient employé nulle industrie, avoient pû y. aller. On n'y vit point d'arbres, mais seulement un pré. Il pouvoit y avoir demilieuë à monter par le chemin qu'on avoit pris. Il y a sur la platte-forme de cette Montagne une élevation pointuë qui luy a fait donner le nom de Montagne de l'Aiguille.

Une autre singularité du Dauphine, c'est la Grotte de Nôtre-Dame de la Balme auprés de Grenoble. Elle s'ouvre par une voûte asfés haute; & méne à un Lac renfermé sous la Montagne, & qui paroît large d'une lieuë. Fran.

« AnteriorContinuar »