Imágenes de páginas
PDF
EPUB

vi ; & l'autre de joye , en apprenant la mort d'un riche Treforier dont elle est unique héritiere.

Aprés vous avoir montré les foux qui font enfermez, pourfuivit le Diable , il faut que je vous en fasse vois qui ineriteroient de l'être.

[ocr errors]
[ocr errors]

CHAPITRE. XI.

Qui devroit être plus long que le

Precedent.

que je décou

>

Tournons nous du côté de la Vil

mefure vriray des sujets dignes d'être mis au nombre de ceux qui sont icy, je vous en diray le caractere. J'en vois déja un que je ne veux pas laisser échapper. C'est un nouveau marié. Il y a huit jours que sur le rapport qu'on luy fit des Coquetteries d'une Avanturiere qu'il aimoit , il alla chez ellé tout en fureur, brila une partie de fes meubles , jetta l'autre par les fenestres , & le lendemain , il l'épousa. Un homme de la forte, dit Dom Cleofas, merite assurément la premiere place vacante en cette maison.

Il a un voisin , reprit le Demon, que je ne trouve pas plus fage que luy. C'est un garçon de quarante cing *ans , qui a dequoi vivre , & qui veus se mettre au service d'un Grand.

>

>

[ocr errors]

J’apperçois la veuve d'un Jurisconfutte. Elle a soixante ans paffet', la bonne Dame. Son mari vient de mourik Elle s'est retirée dans un Convent afin que sa réputation soit.,

fa dit-elle , à l'abri de la médisance.

Je decouvre auffi deux pucellés , deux filles , dis-je , de cinquante ans; qui font des võux au Ciel pour qu'71 leur enleve leur pere qui les tient enfermées comme des mineures. Elles esperent qu'aprés fa mort elles trouveront de jolis hommes qui les épouseront par inclination. Pourquoy non, dit l'Ecolier? Il y a des hom mes d'un goût si bizarre ! J'en der meure d'accord , repartit le Diable; elles peuvent trouver des épouseurs) mais elles ne doivent pas s'en flatter.

. C'eft eni cela

que

consiste leur: folie.Il n'y a point de pais ou les fem mes se rendent justice sur leur âge. Il y a un mois qu'à Paris une fille de quarante-huit ans & une femme de foixante-neuf allerent en témoigna; chez un Commisfaire pour une Veuxve de leurs amies dout on attaquoit la vertu. Le Commillaire interroge d'abord la femme & lui demande lan

âger

[ocr errors]

age. Qunique son extrait baptistare fut écrit sur fon front, elle ne lailla pas de dire hardiment qu'elle n'avoit que quarante ans.

Aprés qu'il l'eut interrogée, il s'addrella à la Fille ; Et vous, Mademoiselle , luy dit-il, quel âge avez-vous ? Passons aux autres questions , Monfreur le Commissaire , répondit-elle, on ne doit point nous demander cela. Vous n'y pensez pas. Mademoiselle, reprit-il ; ignorez vous qu'en Justice il faut confesser la verité ? Oh il n'y

Justice qui tienne , repliqua brulquement la Fille ! Eh qu'importe à la Justice de sçavoir quel âgej'ay ? Mais je ne puis , dit-il, recevoir votre déposition fi vôtre âge n'y est

pas.

C'est une circonstance requise. Si cela eft absolument necessaire , repartit-elle, regardez-inoy donc avec attention & mettez mon âge en.conscience.

Le Commissaire la regarda , & fue assez poly pour ne marquer que vingthuit ans. Il lui demanda ensuite fielle connoisfoit la Veuve depuis longtemps ? Avant son mariage, réponditelle. J'ay donc mal cotté vôtre âge, reprit-il'; car je ne vous ay donné que

[ocr errors]
[ocr errors]

que

[ocr errors]

vingt-huit ans , & il y en a vingt-neuf

la Veuve est mariée.

Hé bien , Monsieur le Commissaire , repartit la Fille, écrivez donc

que j'en ay trente ; j'ay pû à un an connoître la Veuve. Cela ne feroit

pas régulier , repliqua-t'il, ajoûtons en une douzaine. Non pas , s'il vous plaît interrompit-elle ; tout ce que je puis faire pour contenter la Justice, c'est d'y mettre encore un an; mais je n'y mettrois pas un mois avec , quand il s'agiroit de mon bonheur.

Quand elles furent sorties de chez le Commillaire, la Femme dit à la Fille : Admirez un peu ce nigaud qui nous croit affez fottes pour lui aller dire nôtre âge au juste. Ce n'est pas Registrement qu il soit marqué sur les

, core l’écrire sur ses fapiers, afin que tout le monde en foit instruit. Pour moy, je me mocque de cela. J'ay suppriine vingt années à bon compte:vous, avez fort bien fait d'en faire autant.

Qu'appellez-vous autant , répondit la Fille d'unçon brusque ? vous vous mocquez de moy, j'ay tout au plus trente cinq ans. Hé, ma petite , re

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »