Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Te de Comedies , parce que son Comique feroit, dit-il, trop fin pour affecter le Parterre. S'il disoit trop

je me garderois bien de mettre parmi les fous un homme fi raisonnable.

Je ne finirois point, Seigneur Ecolier, continua le Demon, si j'entreprenois de vous montrer tous les hom mes qui mériteroient d'être enfermez. Ainsi, pour varier le plaisir que je veux vous donner, je vais vous porter ailleurs & vous faire observer d'autres objets.

CHAPITRE. XII.

Des Tombeaux,

A Smodée voulant faire voir de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

nouvelles à fas , l'emporta dans un autre quartier de la Ville. Ils se poserent fur une haute Eglife remplie de Maufolées. Continuons d'ici nos obfervations, dit le Diable; mais avant que de poursuivre l'examen des vivans troublons pour quelques momens le repos des morts de cette Eglise. Parcourons tous ces tombeaux. Dévoilons ce qu'ils recelent. Voyons ce qui les a fait élever.

Le premier de ces huit tombeaux que vous appercevez à main droite renferme le corps d'un jeune Amant mort de chagrin de n'avoir pas remporté le prix d'une course de bague. Dans le fecond , est un avare qui s'est laiffé mourir de faim ; & dans le troifiéme, fon heritier mort deux ans après lui pour avoir fait

trop

bonne chere.

[ocr errors]

Il y a dans le quatriéme un pere qui n'a pû furvivre à l'enlevement de sa fille unique. Dans le suivant, est un jeune homme emporté par une plurefie pour avoir pris des remedes rafraîchillans.

Celui qui fuit contient les tristes restes d'un Officier , qui aprés avoir utilement fervi l'Etat, a , comme un autre Agamemnon, trouvé à fon retour de l'armée un Egilte dans sa maifon. Le septiéme cache une vieille fille de qualité laide & peu riche, que la triftelte & l'ennui ont consumée ; & dans le dernier repose la femme d'un Treforier , morte de dépit d'avoir été obligée

dans une ruë étroite de faire Teculer

laitto celui d'une Ducheffe.

Eh qu'y a-t'il , dit l'Ecolier, dans ces cinq tombeaux à main gauche ? Je vais vous, le dire , répondit le Demon : L'un referinê te bizarre assemblage d'un vieux mari & d'une jeune femme. Le mari,quand il l'époufa, avoit des enfans d'un premier lit. Il étoit prêt à signer leur ruine , lorsqu'une appoplexie l'a emporté. La belle-inere est morte vingt

[ocr errors]
[ocr errors]

ne soit

cher son legs.

quatre heures aprés lui de regret qu'il

pas mort deux jours plus tard. Il y a dans l'autre un vieux Chanoine forti de ce monde allez bruf quement pour avoir fait son teftament en pleine fanté, & l'avoir lù devant fes domestiques, à qui, comme un bon maître , il leguoit quelque chose, Son Cuisinier fut impatient de tou

Auprés de cet imprudent Chanoine cft une belle Dame immolée aux foupçons de fon mari jaloux. Dans le quatriéme est un Devot qui a perdu la vie pour s'être promené dans son jardin une demy heure fans parasol ; & dans le dernier, une Devote pour s'être fait saigner trop fouvent par précaution.

Parmi tous ces tombeaux, continua le Diable, font enterrez fort fim. plement dans cette Eglise plusieurs personnes, & entr'autres

unAllemand, pour avoir bû dans une débauche trois fantez avec du tabac en son vin , un François pour avoir , suivant la politesse de la Nation, présenté en fortant d'une Eglise de l'eau-benite à une belle Dame qui y entroit.

у Icy git un Comedien que le dé

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

au

plaisir d'aller à pied, pendant qu'il voyoit la pluspart de fes camarades en équipage, a consumé peu à peu. Là est une jeune Comedienne , qui venant de s'échauffer à jouer le rôle d'une Vestale, mourur d'une fausse couche derriere le theatre ; & près d'elle repose un Auteur drammatique qui mourut fubitement d'envie

bruit des applaudissemens du Parterre , à la premiere representation d'une Piece d'un de ses amis.

Seigneur Asmodee , s'écria l'Ecolier en cet endroit , pardonnez si je vous interromps pour vous demander le sujet de ces cris perçans qui frappent mon oreille. Ces cris, dit le

. Demon , partent de ce bel Hôtel à main gauche, où il se passe en ce mament la plus triste scene que l'on puisfe voir sur le theatre du monde. Arrêtez vos yeux sur ce déplorable speétacle. Et pourquoy , reprit Dom Cleofas , cette Dame qui s'arrache les cheveux & fe débat entre les bras de les femmes , paroît-elle si aftligée ? Regardez dans l'appartement qui est vis-à-vis de celui-là , repartit Asmodée, vous en verrez la cause. Re

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »