Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Oh, oh, s'écria l'Ecolier, voici un autre spectacle ! tout le monde est encore sur pied dans cette grande maison à gauche. Les uns font bonne chere, les autres dansent , que signifie tout cela ? Ce font des noces, dit le Demon ; mais il n'y a pas trois jours qu'en ce même Hôtel où l'on se réjouit

prefent , on étoit dans une extreme affliction. C'est une histoire qu'il faut que je vous raconte , 'elle eft digne de vôtre attention. En même temps il la commença

de cette forte.

ز

CHAPITRE I V.

Hifloire du Comte de Belflor , o de

Leonor de Cespedes.

E Comte de Belflor, un des plus

L

>

étoit éperdûëment amoureux de la jeune Leonor de Cespedes. Il n'avoit pas dessein de l'épouser; la fille d'un fimple Gentilhomme ne luy paroisfoit pas un parti assez considerable pour lui , il ne fe proposoit que d'en faiTe une Maîtreffe. Dans cette vûë il la fuivoit par tout

& ne perdoit pas une occasion de luy faire connoître fon

amour

far

les regards; mais il ne pouvoit luy parler , ni lay écrire, parce qu'elle étoit inceslamment obfedée d'une Duegne severe & vigilante , appellée la Dame Marcelle. Il en étoit au defespoir , & fentant irriter ses desirs par les diffieultez , il ne cessoit de rêver aux moyens de tromper l'Argus qui gardoit son lo. D'un autre côté Leonor

[ocr errors]

qui s'étoit apperçûë de l'attention que . le Comte avoit pour elle, n'avoit pû se défendre d'en avoir pour lui; & il se forma insensiblement dans son coeur une passion qui devint enfin très-violente. Je ne la fortifiois pourtant pas, par mes tentations ordinaires , parce que le Magicien qui me tenoit alors prisonnier m'avoit interdit toutes mes fonctions ; mais il suffifoit que la nature s'en mêlat, elle n'est pas moins dangereuse que moy. Toute la difference qu'il y a entre nous, c'est qu'elle corrompt peu à peu les caurs ; au lieu que je les séduis brusquement.

Les choses étoient dans cette difpofition, lorsque Leonor & fon éternelle Gouvernante allant un matin à l'Eglise , rencontrerent une vieille femme qui tenoit à la main an des plus gros chapelets qu'ait jamais fabriqué l'hypocrisie. Elle les aborda d'un air doux & riant , & adressant la parole à la Duegne : Le bon Dieu vous conserve , lui dit-elle , la fainte paix soit avec vous ! Permettezmoi de vous demander si vous n'êtes pas la Dame Marcelle , fa chaste veuve du feu Seigneur Martin Ro

[ocr errors]
[ocr errors]

zette ? La Gouvernante ayant réportdu qu'oüi : je vous rencontre donc fort à propos , lui dit la vieille , pour vous avertir que j'ay au logis un vieux parent qui voudroit bien vous parler. Il est arrivé de Flandres de puis peu de jours ; it a connu particulièrement, mais très-particulierement votre mari, & il a des choses de la derniere conséquence à vous communiquer. Il auroit été vous les dire chez vous , s'il n'étoit pas tombé malade 5 mris le pauvre homme est * l'extremité. Je demeure à deux pas d'i ci, prenez , s'il vous plaît , la peine de me suivre.

La Gouvernante qui avoit de l'ef prit & de la prudence , craignant de faire quelque fausse démarche' , ne sçavoit à quoy se déterminer ; mais

à la vieille devina le sujet de fon embarras , & lui dit : Ma chere Madame Marcelle

y yous pouvez vous fier d' moy en toute allurance ; je me

à nomme la Chichona. Le Licencie Marcos de Figueroa & le Bachelier Mira de Mesqua vous répondront de moi comme de leurs grand-meres. Quand je vous propose de venir en

[ocr errors]
[ocr errors]

ma maison, ce n'est que pour vôtre bien. Mon parent veut vous restituer certaine fomme que votre mari lui a autrefois prestée. A ce mot de reftitution, la Dame Marcelle prit son parti , allons, ma fille, dit-elle à Leonor, allons voir le parent de cette bonne Dame ; c'est une action charitable que de visiter les malades.

Elles arriverent bien-tôt au logis de la Chichona, qui les fit entrer dans une fälle balle, où elles trouverent un homme alité qui avoit une barbe blanche, & qui , s'il n'étoit pas fort malade , paroissoit du moins l'être. Tenez, cousin, lui dit la veille en lui présentant la Gouvernante , voilà cette bonne Dame Marcelle à qui vous souhaitez de parler, la veuve du feu Seigneur Martin Rozerte votre ami. A ces paroles , le veillard soulevant un peu la tête , saliia la

, Duegne , lui fit signe de s'approcher, & lorsqu'elle fut prés de son lit., lui dit d'une voix foible : Je rends grace au Ciel , ma chere Madame Marcelle , de m'avoir laissé, vivre jusqu'à ce moment, c'étoit l'unique chofe que je délirois ; je craignois de mou

>

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »