Imágenes de páginas
PDF
EPUB

7

b. lat. Exfartam, ou Sartum. Isso ; Poule, cire : cri des

ISSARBA , ou êilfarba ; Émon- manæuvriers qui poussent ou der un arbre.

qui traînent un grand fardeau, ISSARTA, ou iferta; Greffer, pour s'animer & agir à la enter un arbre sauvageon avec fois , du v. l. & du b. br. isla ; des rameaux de franc. On greffe pousser; & en termes de marine les mûriers à l'ail poussant, à biller , ou élever. -la premiere séve ; & certains

ISSORBA. v. 1. Aveugler ; arbres fruitiers, à l'ail dormant. fupplice du X. & du XI. liecle. On greffe en fûte , à l'écusson, alcun hom al qual la Cort d'Aen couronne, en approche, eu left aia tout mëmbrë, (mutilé) fente, &c. en espgl. enxertar. o'isorbat , d'aiffi ënant non ëftia

ISSARTA un dëbas ; Empié. ën la villa d'Aleft. Cost. d'Al. ter, ou rempiéter un bas, une ISSOUPËT; Petit boffu. paire de bas.

ISSOURDA. Voy. Asourda. ISSARTA un råoumas : C'est

ISSOUT , ou ëscout. Voy. ajouter un nouveau rhume à un Ëscoutâdos. aucre dont on est à peine guéri. ISSUGAR. v. 1. Sécher. A ifsarta foun ráoumas ; il a ISTA ; Être séant, convenir. rattrapé un nouveau rhume , il Aqëlo côifo vous isto ; cette s'est enrhumé de nouveau, ou coiffe vous fied bien. Aco sur nouveaux fraix. Aco's un listo pa ; cela ne lui va pas, raoumas isaria ; c'est un nou- il ne fait pas celle chose avec veau, ou un second shume à la grace : on le dit de celui qui suire d'un autre.

force son talent contre le préISSER , ou iffar ; Une ente, cepte du célebre fabuliste. une greffe. On prend le terme ente pour le morceau, ou pour Ne forçons point notre talent la virole d'écorce de franc qui Nous ne ferons rien avec grace ; porte un æil, & pour le sujec Jamais un lourdaud quoiqu'il qui a poussé de cet æil, on dit

false, dans le premier sens. Il faut Ne sauroit passer pour galant. que l'ente soit intimement appliquée lur le sujet ; & dans le ISTA , ou ësta; Tarder. Isara second. Voilà une ente bieu pa; il ne tardera pas. = Ifta; vigoureuse.

rester , demeurer. On écrit une greffe, comme ISTIGÂNSO; Sollicitation un greffe : lieu où se gardent les infinuation , persualion. =Vue', Registres d'une Cour de Justice. intention. Din l'istiganso; dans

ISSËRMËN. Voy. Gavel. la vue de....

ISSETS. v. 1. Excepté. Issets ISTRÔPI (Sënt); St. Eutrope. dës Apostols ; à l'exception des IUẾI, uêi, bêi , abêi, ouči, Apôtres ; (præter Apoftolos.) aouêi , iỏi. en v. fr. hui, dou

ISSID. v. l. issue, fin. All jhour d'iuei ; aujourd'hui ; & iffid Mag; vers la fin de Mai. au jour d'aujourd'hui. Tuli

ISSIR. v. 1. Sortir , s'en aller, fåi iué jhour; il y a aujourd'hui partir. Dël cor éiffo li mal cofa- huit jours , ou c'est aujourd'hui rers , avouteris , lâironicis. ifit le huitieme jour ; & non , u puits orar ; il Corrit pour prier jourd'hui fait huit jours. Passat sur une montagne. Aco eis iuêi ; aujourd'hui passé. D'iuei de la boca laisa l'ome ; ce qui ën fôro ; dorénavant ; & non, fort de la bouche souille l'hom. d'hors en avant ni d'aujourme. Issues ës jo sën ; il a d'hui en hors : l'un & l'autre perdu l'esprit.

purs garconismes. Lon coumo tout

non ,

au

Cour.

juli ; long comme un jour sans Les premiers carreaux de verre pain. Voy. Oei.

n'étoient que d'especes de bou. IVÉL iol , ou él ; L'æil. dines , ou petites bouteilles de an pluriel ; les yeux. Tira vous verte applaties en forme leniiaco blan das iuels ; ôcez-vous culaires , à travers lesquelles le cela de la fantaisie Rëgarda jour passe ; mais qui ne perEntri laus dous iuels ; regarder mettent pas de distinguer les entre deux yeux. Aco fái sanna objets : on peut le conje&urec lous iuels ; cela fait saigner le d'après l'ancien vitrage des gale

ries de Florence qui est tout C'est dans un sens différent de cette forme. de celui de la compassion, qu'on

IUÉTÂNTO; Quatre-vingrs ; dit. Lous iuéls li sânnou ; il ne

& non, huitante. voic qu'avec dépit

, qu'avec

IUIAR. v. I. Juger. No vulhats chagrin.... Un mãou d'iuel ; iuiar, no fiars iuiars ; quar yo mal aux yeux.

ër qual iudisi qe vos iuiets, sërës On appelle , yeux vairons, iuiat ; ( nolite judicare, ut non ceux dont l'un a l'iris d'une judicemini ; in quo enim judicio couleur ; & l'autre d'une couleur judicaveritis, judicabimini. différente.

IUIAMËN. v. l. (judicium. ) L'iris eft cette partie colorée IULS, iulh; v. l. Ivoire. de l'ail qui se referre , ou qui IUR ; Serment. Lo iur qe s'élargic , selon qu'on est au iurec a-z. Abram ; ( jusjurandum grand jour, ou dans l'obscurité. quod juravit ad Abraham. ) L'iris des oiseaux de nuit & des IURAR. v. 1. Gâi a vos gui. chats fe dilate extrêinement & zadors cex, liqual difers; quals dans un instant. Celui des chats iurara për lo témple , niënt se retrécit di fort au soleil qu'il ës; mais quël quë iupara ël aur ne laisse à la prunelle qu'un filet dël tëmpë, ës dëouréirë ; mal. de deux lignes de longueur: cette heur à vous guides aveugles , partie est différemment colorée qui dites , celui qui jurera par dans les différens animaux. le temple, n'est tenu à rien ;

Tous les oiseaux ont une cor- mais celui qui jurera par l'or née mobile & demi-transparen- du temple est redevable. te , qui leur couvre enciérement IURËNT, garëns , o guirën ; l'eil : c'est avec cette membrane v. I. témoin. qu'ils clignotenç aussi fréquem- IURIA. v. I. Injure , insulte. ment que l'homme ; caudis que IUSEUS , Iufius ; v. I. Les leur paupiere extérieure est im: Juifs. Euas los lufeus ; chez les mobile ; ils ne la feriment même Juifs. guère que pour dormir : le liévre

IUSISI ; v. I. Jugement. la tient ouverte en dormant : il IUSTICIA. v. L Les épices eft pourvu de même

que

le les honoraires des Juges. Si chat de ces deux fortes de pau: alcuns hom es condempnars d'anco pieres.

sas. ai tan don à la Cort për On écrit cil, & l'on prononce iuftifia, qën' dara për sëncënsia, cuil ; il en est de même de o për adobamën ad aquel avia æillade , æillet, oeilleton , qu'on facha l'anda. prononce Quillade , cuillet , IUZIVI Deu; v. 1. Jugeeuilleton.

ment de Dieu qui se faisoit par IUÉL DË BIÔOU : Terme de l'eau ou par le fer chaud. Kë. vitrier; une boudine , ou næud pënra lo mon iuzivi; (corrid'un plat de verre qui en occupe piet mundum de judicio.) lusivi le centre.

'maldigi (judicium blafphemia.)

Cetre

J 1-consonne.

[ocr errors]

CEtre consonne , inconnue aux omonyme de geai ; oiseau , & Hébreux & aux Grecs , est trèse de jet d'arbre & du verbe , i'ai. rare dans l'ancien languedocien pour éviter l'équivoque bien de même que dans l'italien, où des personnes écrivent & prol'on ne l'a retenue que dans l'i noucent , jaiet. inicial de quelques mots. Ces Il y a une mine & une fabrique langues suivent en cela l'usage de ce folle birumineux à Buldes latins chez qui , selon de garache , au pied des pyrennées. savans Grammairiens, elle étoit JHÂIRË ; Coucher. S'ana inconnue.

jháirë ; s'aller coucher , aller Ce qui confirme leur opinion, au lit, du lat. jacere. c'est que les Icaliens , qui ont JHÂISSO, ou jhêiffo ; la gesse: dû conserver mieux que tout plante légumineuse , rampante, aurre nation la prononciation dont la rige eft relevée dans la du lacin, font sonner un i longueur par des arêtes. Sou voyelle par•tout où nous met- jhâisjo, noun las vôou , las rons un j confonae. Ils disent, :10 ; qui refuse muse. = Thaif ioustous cious, leroufalem , Sos. Voy., Bilious. ieronimous , &c. & non, juftus, JHAKËTO, jhacouri , couffi. cjus, Jerusalem , &c.

liou , ou jhaco ; corps de jupe , JHA; Dia : terme de charre- habillement de paysanne. en b. tiet' & de mulerier , qui signifie , br. jakëdon. à gauche : tout comme irrot , JHAL, ou gãou. Voy. Gal; ou húrhau

à droite ; & les coq. mulets entendent très-bien ce JHAL , ou jal, qui étoit au• langage qu'ils ont appris de trefois françois , elt devenu n. bonne heure à coups de fouet. pr. , & pour illustrer ce nom

JHACAS (fa); Faire le chien d'un oiseau de balle-cour, on couchant , Aatter. = Mollir, en a fait un saint ; St. Jal, difbiaiser.

férent de celui dont une ville JHACIA , ou jhacia-aisso ; de Suisse porte le nom , ou St. v. l. encore que; quoique. en Gal. v. fr. jaçoit.

JHALA. On gêle auprès d'un Pairë é máirë quel qe vueilla mauvais feu ,

on se por laissar à son ëfan ; ¢ jhacia gêle. aislo paou lur laissën, non JHALARÊIO, ou jhalarié ; dëvon complâinar : é totas oras de la gelée : extrait des viandes,

tengon për pagars lur laisa, ou ce qu'elles ont de nourris ni puefcon demandar faucidia. sant , figé par le froid. Les voCoft. d'Al.

latilles , les poissons donnent plus JHACOU; Jacques , & con ou moins de cer extrait. Le moudiminutif ; jhacoupet ; imbécille. ton en particulier en donne plus

JHACOULINO'; Graillons , que le bæuf, & par conséquent ou restes ramallés d'un repas. est plus nourrissant.

JHACOULINO. Voy. Than- Il n'y a point de partie d'anigoulino.

maux qu'on ne puisse réduire en JHAIËT ; Du jais qui eft gelée par la cuision , pour G durcs Tome II.

B

[ocr errors]

& non ,

ou

[ocr errors]

qu'ellessoie nt: témoin celles qu'on tournés avec art, & découpés tire de la corne de cerf, pour très-réguliérement. faire du blanc manger & des JHAMBAR; Bancroche, bouillons aux malades , & celles bancal : qui a les jambes tortues. des os ramollis dans la machine de JHÂMBRÉ. Voy. Ëscarabisë. Papion. Toutes les matieres ani. en ital. gambero. males ont été gélatineuses dans JHANÂDO; Feu de la St. Jean. leur origine : on les réduit par en v. fr. Joannée. le feu, ou par d'autres diftol- Ce feu a été accompagné devans à leur premiere forme. puis long teinps de superstitions :

Frë coumo la jhalarèio ; froid celle entr'autres, qui est trèscomme glace. Trâmblo coumo ancienne , de faire passer les enla jhalarêio; il tremble comme fans par ce feu : ulage qui subla feuille.

fifte , dit-on, encore dans quelJHALE. n. pr. en v. fr. jalet ; ques cantons du haut Languecaillou rond qu’on lançoit avec doc, où les peres & les meres l'arbalète.

prennent leurs petits enfans pac JHALIBRA, jhibra ; faire du le bras, & les font paller trois verglas. Il a tombé du verglas. fois par la famme du feu de la Bos jhalibra; du bois roulé, ou St. Jean. Ce qui ressemble à la dont les couches circulaires sont consécration par le feu , que des peu adhérentes entr'elles , & fe Juifs faisoient de leurs enfans à séparent aisément l'une de l'au. Moloch, idole des Aminonites : tre : défaut qu'on attribue à la consécration qui fut abolie par gclée.

le pieux Roi Jolias. JHALIBRA. Voy. Barbasta. On retire ailleurs les charbons - JHAJÎBRË, ou jhibrë; du de ce même feu, qu'on regarde verglas, du givre.

un préservatif contre Le verglas est une glace unie toute sorte de maléfices; objet qui s'étend sur le pavé gelé, & de ceux aussi qui font passer leurs qui se forme de la pluie qui enfans par le feu. gele à mesure qu'elle y tombe ; JHANË ; Jeannot. = Jhanë ; & l'on dir alors, qu'il tombe du un imbécille, un mari commode. verglas. Le givre est de même une JHANEN, jhanënco ; de la croûce de glace qui couyre, dans St. Jean. Poumo jharënco ; pomles pays humides, les branches me de la St. Jean, ou qui mûrit des arbres : il est formé par des à la St. Jean. brouillards épais, ou par de la JHAN-FËNNO, coucounié, ou bruine qui tombe , & qu'une salo-toupi ; un câte poule, & forte gelée surprend.

populairement, un jocrisse qui On applique aufli ce nom aux mene les poules pisser ; homme chandelles, ou Kala&tires de glace qui le niêle des plus bas soins qui pendent des branches des du ménage. arbres, ou aux gouttieres des JHANGLA ; Crier , & propre. toits.

ment , glapir, qui est le cri d'un On le donne encore à ces lé- chien qu'on frappe. geres croûtes qui s'attachent aux JHANGLA frë; Grelotter, vitres d'un appartement, où l'af- ou tremblorer de froid. semblée a été nombreuse. Cette JHANGLADÎSSO , Glapisfc. espece de givre dont la matiere ment d'un chien. est la vapeur de la cranspiration JHANGOULA, ou roufla ; de ces artemiblées prend les gémir , le lamenter. = Geindrei formes les plus belles & les plus ou se plaindre sans sujet; lanvariées des fleurs, & sur tout guillement, & tout bas, à dide riniceaux qu'on diroit con. verses reprises & comme par ré

comme

ou bada.

flexion : ce qu'ont coutume de aboyeur qui aboie souvent, un faire les enfans gâtés. Fâi pa clabaydeur. jhangoula ; il ne fait que JHAOUS. Voy. Jhôou. geindre.

JHÂOUVER , jhãouber , jhowa JHANGOULA. Voy. Idoula, ber, jhouver , jholver, ou jhim

ber; le persil : plante potagere JHANGOULÂIRË ; Pleureur, du genre de l'ache, du celeri óc qui pleure facilement. On a re- de l’anis. Ses feuilles ont une proché à Énée d'être un grand odeur forte, mais aromatique. pleureur. On dit aussi, pleurard. C'est par là principalement qu'on Fi! le vilain pleurard. le distingue de la ciguë, décou

JHANGOULINO, jhangoulin, pée à-peu-près de mème. ou jhacoulino; du ripopé, ou Les semences du persil conit de fort mauvais vin. Du vin appéritives ; ses feuilles pilées ginguet , ou qui a peu de force. sont un bon vulnéraire aîtrinJHANICOT ; Faim, misere,

gent. Cette plante n'a pas plus pauvreté.

de vertu pour faire caller les JHANSÔNO ; La gentiane : verres qu’on rince après l'avoir plante des montagnes froides. La maniée , que n'en a la plante grande gentiane à fleurs jaunes appelée , sfera-cavallo , pour dé& verticilées ; elle a des racines ferrer les chevaux qui la foulent longues, charnues, d'une amer

aux pieds. tume qui surpalle celle de toutes les autres plantes. Cette racine le premier de ces préjugés, c'est

Ce qui peut avoir fait naître prise en substance ou en décoction elt , selon le célebre Linné, écrasé entre les doigts, est un

que le jus de perfil qu'on aura le meilleur remede contre la déterlif qui enleve une certaine goutte.

onduolité répandue sur la peau , JHÂOU, ou gãou ; plaisir, qui sert à l'adoucir : les doigts joie. De là le n. pr. Thâoussãou. glislent alors difficilement fuc en b. l. gãousãoudus ; gai, ré. le verre qu'on rince ; & l'on joui. De là dérive encore le n.

ne manque guere de le caffer, pr. Jhãouseran , en v. I. réjouis- si l'on y va aulli rudement, 8ć fani. JHÂOUBERTỈNO, féminin dinaire.

qu'on se dépêche comme à l'orde Jhâoubertin. Voy. Charfiel.

JHÂOUVERTÂSSO ; la grandérivé, de jâouber ; persil. de ciguë, qu'on distingue du

JHẬOUME, ou jhammë ; ; perlil & de quelques autres plan1. & n. pr. Jacques. Jhãoumë &

à - peu près le même feuillage, Jhãouméro, sont pris quelque. à une odeur désagréable & à des fois pour, Guillaume & Guil

taches noirâtres dont la tige de laumette. 'On dit dans quelques la ciguë est parsemée. en lar. endroits, Sënto Jhammë ; &

conium maculatum. l'on entend par là, St. Diégo, C'est celle dont on faisoit ava. le même que, Sc. Didace.

ler à Athenes à ceux que l'AréoJHÂOUNËJHA ; Paroître, ou

page

avoir condamnés à la mort; devenir jaune.

c'est ainsi que mourut Socrare : JHÂOUPA ; Aboyer , japper. la ciguë de ce pays-ci n'est pas Les gros chiens aboient , les à beaucoup près aufli mal-faiperirsjappent.

sante que celle de Grece. JHÂOUPADIS, jhâoupadiso; JHAPARIĖ. Voy. Thaouparić. aboi. Aboyement des chiens JHAQËTA; Babiller, déo dans un chenil:

goiser. JHẤOUPÂIRË ou jhãouparel;

JHARATIÉ ; Cagneux, qui a

tes

« AnteriorContinuar »