Imágenes de páginas
PDF
EPUB

را

ASTCT,F,CY AND TIDO F.

promenade agréable vous conduit à l'endroit où la vallée s'élargit un peu.

Sur une éminence escarpée qui se présente en face, on a construit au milieu des bois un hermitage : jamais situation ne fut plus favorable & mieux choisie pour un lieu confacré à la retraite & à la solitude.

Laissez sur la droite le sentier qui monte à l'hermitage; celui qui traverse le pont vous mène sur le bord du lac, en face de l'île des peupliers;, mais c'est un peu plus loin, au banc des mères de famille, qu'il faut s'arrêter g. pour saisir ce tableau dans tout son ensemble.

On ne peut fe défendre d'un fentiment de vénération , en apercevant le tombeau de J. J. au milieu des peupliers.. Ce monument: imprime un grand carađère à tout le passage. Quel est le coeur sensible qui refuseroit quelques larmes à la mémoire d'un homme dont les Ecrits lui ont fait passer d'aussi délicieus instans? Ceux qui, comme moi, ont eu le bonheur de connoître J. J. Rousseau, lui endoivent bien davantage. Il étoit impossible de n'être

pas

tendrement attaché à cet homme fi bon, si aimant, & sur-tout fi sensible. Mais je sens qu'il faut m'arrêter : j'ai promis au Public un Itinéraire d'Ermenonville, & non point l'expression des sentimens d'attachement & d'enthousiasme que renouvelle dans mon cour tout ce qui me rappelle le souvenir d'un homme que j'ai pleuré fi souvent.

La fraîcheur, la variété du coloris, les rayans animés du soleil, le ramage des oiseaux donnent à la nature, pendant le jour , un air de gaîté, qui ne convient point à ce tableau : on aime à la voir en deuil après la perte de son amant. Si vous voulez jouir de tous les charmes de ce lieu , venez le contempler dans le filence d'une belle nuit. Regardez la lune qui s'élève derrière l'amphithéatre des bois; fa lumière pâle & argentée éclaire le monument, & se reflète dans les eaux tranquilles & transparentes du lac ; cette clarté si douce, jointe au calme de toute la nature, vous dispose à une méditation profonde. C'est à vous, amis de Rousseau; c'est à vous que je m'adresse; vous seuls pouvez sentir le charme attendrissant d'une pareille Gtuation. Dans ces lieux. solitaires rien ne peut vous distraire de l'objet de votre amour: vous le voyez; il est là. Laissez, laissez couler yos larmes, jamais vous n'en aurez versé de plus délicieuses & de mieux méritées.

Ces quatre vers sont grayés sur le banc des mières de famille. De la mère à l'enfant il rendit les tendresses,

1

De l'enfant à la mère il rendit les caresses;
De l'homme, à la naissance, il fut le bienfaiteur,
Et le rendit plus libre , afin qu'il fût meilleur.

Sur une grande pierre couchée au pied d'un saule voisin, vous trouvez l'inscription suivante :

Là, fous ces peupliers, dans ce simple tombeau

Qu'entourent ces ondes paisibles ,
Sont les restes mortels de Jean-Jacques Rousseau.

Mais c'est dans tous les cours sensibles
Que cet homme fi bon, qui fut tout sentiment,
De son ame a fondé l'éternel monument.

Je vais donner une description d'autant plus exa&e du monument, qu'on ne permet plus à personne d'en approcher (1).

(1) M. de Gérardin laissoit autrefois à tout le monde la liberté d'aller à l'Ile des Peupliers. Bientôt on en abusa, pour écrire des horreurs sur le tombeau; on essaya même d'en mutiler les sculptures ; ce fut là l'époque où il fit défendre aux conducteurs de mener sur l'Ile. Il n'y a point de feiraines où l'on ne soit obligé de raccommoder des grilles forcées, & ou l'on ne surprenne des gens qui s'amusent à détruire , pour le seul plaisir de faire le mal : ce qui pourroit forcer M. de Gérardin d'interdire l'entrée de ses jardins au Public, qui ne respecte pas. des lieux livrés à la bonne foi.

L'estampe (1) en offrira une idée bien nette; on a conservé dans la forme toute la pureté de l'antique ; c'est à M. Robert qu'on en doit le dessin; les sculptutes en ont été exécutées. par le Sueur, & font beaucoup d'honneur à ce jeune Artiste; on y découvre cependant quelques légers défauts, qu'il corrigera sans doute. Le

voyage d'Italie , qu'il a fait depuis que cet ouvrage a été achevé, aura contribué sûrement à perfe&ionner son goût & son talent par la contemplation des chef-d'oeuvres de l'antiquité & l'étude des grands Maîtres.

Sur la face qui regarde le midi, on voit un bas-relief , représentant une femme assise au pied d'un palmier , symbole de la fécondité : elle soutient d'une main son fils qu'elle allaite, & de l'autre tient le Livre de l’Emileo Derrière elle est un groupe de femmes qui font une offrande de fleurs & de fruits sur un

(1) Elle est copiée d'après celle de Godefroy dellinée par Gandat ; c'est prouver à cet Artiste qu'on ne pouvoit faire mieux. Ce jeune homme a véritablement l'amour de la Peinture , & se consacre entièrement à l'étude de son art; aussi nous pouvons prédire avec assurance , qu’à son retour d’Italie il fera un de nos meilleurs Paysagistes.

« AnteriorContinuar »