Imágenes de páginas
PDF
EPUB

A V IS. L'Art des jardins , ou celui d'ajouter aux charmes de la nature champêtre, consiste uniquemert à exécuter des Tableaux sur le terrain

3 par les mêmes regles que sur la toile ; ces deux Arts d'imitation arrivent au même but , en suivant ks mémes principes , qui font de produire une composition agréable par la disposition des masses, des plans , & des fabriques , en obfervant de les lier au pays par leur forme, leur style , & leur caractère. Si le Lecteur veut réfléchir sur ce que je viens de dire, il ne fera point étonné de rencontrer fréquemment des termes techniques dans le cours de cet ouvrage ; il Sentira que je ne pouvois me dispenser d'employer les expresions de l'Art de la Peinture, pour en rendre Les effets.

On prie les personnes qui désireront se procurer les dellins de différentes vues des Jardins d'Ermenonville, foit en grand, soit en petit , ou des Exemplaires.coloriés de cet ouvrage, de s'adresser à M. Mérigot, Peintre

Graveur , the balle du Rempart 9. 13

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

ERMENONVILLE est à douze lieues de poste de Paris; on suit, pour s'y rendre, la route de Compiegne jusqu'à Louvres. A deux milles au delà de ce bourg, avant le 15€. mille, se présente sur la droite un cheminr pavé qu'il faut prendre; il conduit à More fontaine : il est difficile de ne pas s'y arrêter pour en voir les jardins, qui, depuis quelques années, sont bien changés à leur avantage.

Plus d'une lieue au deffus de Morfontaine, & pea

de

temps après que l'on est entré dans la forêt, on trouve à sa droite un potean ,

[ocr errors]

fur lequel est écrit Route d'Ermenonville (1).
Ce chemin de traverse, d'environ une demi-
lieue, eft fablonneux, mais praticable dans
toutes les saisons ; il paffe à côté d'une petite
baraque qui sert de rendez-vous de chasse.
Là, se trouve une route de Barrières, à l'en-
trée de laquelle on lit , Avenue du château
d'Ermenonville. Ce n'est point une de ces
longues & ennuyeuses allées droites', qui
n'infpirent dès le commencement que le défir
d'en voir la fin ; c'est une route fi agréable-
ment dessinée à travers la forêt , qu'on ne s'est
point encore aperçu de la longueur, quand
on arrive à l'entrée du parc , où se lisent
ces vers d'Horace :
Scriptorum chorus omnis. amat nemus & fugir urbes.
Les favoris des Mufis aiment les bois , & fuient les

cités.

(1) Quand on n'a pas la clef des barrières , il faut prendre par une autre route un peu moins agréable , mais plus courte, dont voici l'indication.

A une demi-lieue de Morfontaine, après une descente très rapide, on trouve un poteau, sur lequel est écrit chemin d'Ermenonville : suivez-le jusqu'à la vue de l'abbaye de Saint-Sulpice, qu'on doit laiffer fur la droite; & après avoir traversé une peloufe, en côtoyant les bois, on entre dans une route de la forêt, qui mène droit à Ermenonville.

[ocr errors]
[ocr errors]

L'on passe bientôt après dans une place spacieuse, du milieu de laquelle s'élève un arbre majestueux, & de là on descend å un pont fermé d'une barrière, où sont deux inscriptions qui annoncent le cara &ère des promenades d'Ermenonville ; l'une est tirée de Piron (1), & Pautre de Montaigne.

Disparoissez, lieux fuperbes ,
Où tout est victime de l'art,
Od le fable, au lieu des herbes,
Attriste par-tout le regard :
Ici l'aimable nature ,
Dans sa douce fimplicité x
Eft la touchante peinture
D'une tranquille liberté.

Pironta

Ce n'eft pas raison que l'art gaigne le point d'honseur kur notre grande & puissante mère nature. Nous avons tant rechargé la beauté intrinfeque & richesses: de ces ouvrages , par nos inventions, que nous l'avons du tout étouffée; fi est-ce que par-tout ou fa pureté reluit , elle fait une merveilleuse honte à nos vaines. & frivoles entreprises.

Mantaigne

Le château que vous découvrez en sortant

(1) Epître à Mademoiselle Chéré.

de la forêt , est composé d'un corps de logis considérable , auquel se joignent deux grandes ailes parallèles : il n'a ni le carađère chevaleresque des bâtimens gothiques, ni l'élégance des fabriques modernes. M. de Gérardiin l'a conservé tel qu'il l'a trouvé; il a seulement cherché, par les arbres qu'il a plantés dans la cour, à rompre l'uniformité de ses lignes , & à diminuer la lourdeur de la masse. S'il venoit à le reconstruire, il lui donneroit fürement le cara&ere noble, élégant, & pittoresque que doit avoir la fabrique principale des jardins d'Ermenonville. Il est placé dans l'espace le plus étroit d'une vallée qui s'étend du midi au nord , bornée à l'eft par les côtes argileuses d'une plaine fertile ; à l'ouest, par les côtes sablonneuses de la forêt.

Il ne faut point de permission du maître our voir le parc; la seule chose qu'il défire , est qu'on envoie son nom en faisant demander un conduceur; ce n'est point par an inotif de curiosité, mais pour qu'il ne passe pas, sans qu'il le fache, un Etranger célèbre, un Artiste habile, un Ecrivain diftingué, auquel il seroit bien aise de montrer lui-même ses jardins. Avant de les parcourir, il faut commencer par se rendre au château ,

« AnteriorContinuar »