Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

point votre héritier : mais vous aurez CHAP. X. pour héritier celui qui naîtra de vous.

Alors Dieu le fit sortir de fa tente , & lui dir : Levez les yeux au ciel , & comptez les étoiles , fi vous pouvez. C'est ainsi que le multipliera votre race. Abraham crur à la parole de Dieu , & fa foi lui fut imputée à justice. Dieu lui dit encore : Je suis le Seigneur , qui vous ai tiré d'Ur en Chaldée , pour vous donner ce pays-ci , afin que vous le possédiez. Seigneur mon Dieu, ré. pondit Abraham comment puis-je connoître que je le posséderai : Le Seigneur lui répliqua : Prenez une genisse de trois ans, une chévre de trois ans, & un belier de trois ans, avec une tourterelle & une colombe. Abraham prenant tous ces animaux, les coupa chacun en deux moitiez, qu'il mit vis-à-vis l'une de l'autre : mais il

à ne coupa point en deux la tourterelle ni la colombe. Des oiseaux venoient fondre sur ces bêtes mortes, & Abraham les chaffoit. Vers le coucher du soleil, il se trouva surpris d'un profond sommeil: une frayeur le saisit, & il fut comme enveloppé de ténébres. Dieu lui dit alors : Sçachez dès maintenant que vos descendants demeureront dans un pays étranger , & qu'ils seront ré

duits

[ocr errors]

duits en servitude, & accablez de maux pendant quatre cents ans. Mais j'exer- Cham X. cerai ma justice sur le peuple donc ils auront été esclaves ; & après cela ils

i fortiront avec de grandes richesses. Pour vous , vous irez en paix avec vos péres; & vous mourrez dans une heureuse vieillesse : mais vos descendants ne viendront dans ce pays-ci qu'après la quatrieme génération, parce que la mefure des iniquitez des habitants n'est pas encore remplie.

Après que le soleil fut couché, il se forma une épaisse obscurité : & il parur une fournaise, d'où fortoit une grande fumée , & une flamme de feu qui palsa entre les bêtes coupées par la moitié. En ce jour-là le Seigneur fir alliance avec Abraham , & lui promit de donner à la postérité le pays qui s'étend depuis l'Egypte jusqu'au grand Aeuve d'Euphrate.

[ocr errors]
[ocr errors]

ECLAIRCISSEMENTS ET REFLEXIONS.

Ne craignez point i Abraham : je suis votre protecteur ; (selon l'Hebreu, votre bouclier) en votre récompense infininent grande. ] La victoire

] qu'Abraham venoit de remporter, éroit capa

, ble de donner de l'ombrage aux princes du pays ;

& les rois vaincus pouvoient reve. air avec une armée plus nombreuse. Dieu le Tome I.

H

failure, en lui donnant parole qu'il sera toxGHAP. X. jours son protecteur. Il avoit refule les présents .

du roi de Sodome ; parce qu'il ne vouloit point recevoir la récompense de la victoire d'une auçre main que de celle qui la dui avoit fait rem. porter : & lieu qui ne se laisse jamais vain

, le ere en générosité , lui promet une récompense infirie, qui n'est autre

que

lui-même. { Seigneur, mon Dieu, que me donnerez-vous ? car je n'ai point d'enfants, conc. La nouvelle promesse que Dieu venoit de faire à Abraham, lui rappelloit le souvenir de celle dont il étoit le plus occupé, & qui regardoit l'ayénement du Meffie. C'étoit par lui qu'Abraham' artendoit de Dieu la protection de sa grace pour la vie présente , & la récompense pour la vie fucure. Il ne doutoit pas que ce Sauveur ne dût naître de sa race, puisque Dieu le lui avoit révélé. Mais son âge & la stérilité de Sara commençoient à lui faire croire que cet honneur qu'il avoit espéré pour un de ses véritables fils, ne lui seroit accordé que pour un enfant né dans la maison, dont il deviendroit pére par adoption. C'étoit Eliezer fils de fon Intendant, Il pensoit alors à faire cet enfant son héritier. Il en parle néanmoins avec quelque sentiment de tristesse ; & son discours entrecoupé découvre le fond de son cæur. Mais Dieu le confo. le à l'instant, en lui déclarant qu'il aura pour héritier un fils qui naîtra de lui, & pour exercer de nouveau & affermir sa foi , il lui montre sous une nouvelle image l'innombrable poftérité dont il veut le rendre pére. Dans l'apparition précédente il avoit comparé la multitude de les descendants à la poussiére de la terte. Dans celle-ci il fait fortit Abraham de la sente pendant une belle nuit; & lui montrant

[ocr errors]
[ocr errors]

que

dans le ciel des millions d'étoiles brillantes qui n'ont couté à la toute-puissance qu'une pa- CHAP. X. role : C'est ainfi , lui dit-il, que se multipliera vôire race. Croyez seulement , & attendez avec persévérance l'effet de ma parole.

( Abraham crut à la parole de Dieu ; don sa foi lui fut imputée à justice.] Abraham n'avoit jamais douté des promesses de Dieu ; & ce que l'Ecriture dit ici de sa foi , & de la justice dont cette foi étoit le principe , doit être suppléé dans les trois occasions précédentes ou Dieu lui a parlé , quoique l'Ecriture n'en ait rien dit. Mais la justice étoit d'abord moins parfaite. Elle prit de nouveaux accroissements , à mesure sa foi vive exercée

par de nouvelles promesses , se fortifioit, & l'attachoit plus intimement & plus inviolablement à Dieu. Nous expliquerons ces paroles importantes dans le chapitre suivant:

Comment puis-je connoître que je le possédevai? ] Ces paroles ne sont pas l'effet d'un doute dans celui dont l'Ecriture vient de louer la foi. Elles marquent seulement le désir qu'il a d'apprendre en quel temps & de quelle ma niére Dieu accomplira sa promesse.

[Prenez une geniffe de trois ans, donc.] Ce qu'Abraham fait ici par l'ordre de Dieu, est one cérémonie très-ancienne, observée depuis par les Juifs, & par les payens mêmes , pour Jer. 34.18. la confirmation des traitez. On coupoit en &.19; deux un animal ; & les parties contractantes Tit. Liv. liv. passoient entre les deux moitiez, comme pour marquer qu'elles mériteroient d'être coupées en doux comme cet animal , fi elles venoient à violer le traité. Dieu dans l'alliance qu'il va faire avec Abraham, veut bien lui donner par Kette cérémonie une nouvelle - assurance de

[ocr errors]

40,0. 8.

.

:

l'immobilité de la parole. Toutes les espécas CHAP. X. d'animaux qu'on avoit coutume d'employer

pour les sacrifices sont réunies dans cette mystérieuse cérémonie. Les bêtes à quatre pieds sont coupées en deux : mais les oiseaux ne le font pas. Abraham les mit , l'un d'un côté, l'autre de l'autre.

[ Il se trouva surpris d'un profond sommeil doc. ) Ce sommeil fut une extale & un ravisse. ment d'esprit , où Abraham vit avec un sai. fissement plein d'horreur, la dure captivité que Les descendants devoient fouffriren Egypte.

[ Pendant quatre cents ans. ] Depuis la nail sance.d'Isaac

d'où l'on commence à compter l'accomplissement de la prédiction, il y a quatre cents cinq ans. Mais l'Ecriture se contente souvent de marquer les nombres parfaits, sans exprimer le plus ou le moins de quelques années. Pendant tout ce temps-là, les descen. dants d'Abraham furent étrangers dans la terre de Chanaan l'espace de cent quatre-vingts dix ans , & ensuite dans l'Egypte pendant deux cents quinze ans. Dieu dit qu'ils ne viendront dans la Terre promise, qu'après la quarriéme génération ; c'est-à-dire après quatre cents ans & par le mot de génération on entend un fić. cle. Mais fi on veut prendre ce mot à la lettre , on trouvera quatre générations , en commençant

à

compter depuis l'entrée de Jacob en Égypte, jusqu'à la sortie ; par exemple Levi l'un des fils de Jacob, Caath fils de Levi, Anram fils de Caath , Moise fils d'Amram.

La mesure des iniquitex des habu ants n'eft pas encore remplie. ] Leur perte

étoit résoluc: mais le temps n'en étoit pas encore venu ; & Dieu ne veut pas le prévenir, même in faveur d'Abraham. Les graces de Dieu ne palent d'un

« AnteriorContinuar »