Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Quelques personnes auroient voulu que les deux parties ensemble , l'Histoire &-les extraits des livres sapientiaux.: & prophériques , n’allasfent point audelà de crois volumes. Mais je les prie : de faire attention qu'un ouvrage de la • nature de celui-ci, ne doit

pas

seule. ment indiquer les réflexions & les véri. tez, mais les développer & les rendre fensibles : ce qui n'est pas praticable dans une matiére aussi vaste que celle de l'Ancien Testament, Gi l'on se renferme dans des bornes si étroites. Il ine semble

que: dans la composition d'un livre ; comme : dans celle d'un discours, lorsqu'on n'est : point maître de la matiére ; la grande? régle n'est pas de se prescrire une certaine mesure , au-delà de laquelle il ne foie pas permis de s'étendre ; mais de suivre la nature du sujet'; de le traiter solidement sans faire d'écarts; & de ne perdre jamais de vûz ni la fin qu'on fe

pro... posé, ni les personnes pour lesquelles on écrit. Un plaidoyé qui occupe plufreurs audiences n'est pas long, fi l'A-vocat ne dir rien que de nécellaire à la cause. Unouvrage qui a plusieurs volumes ne l'est pas non plus, s'il ne s'y trouve rien de superflu. C'est au public à en juger ; & je souscris dès-à-présent à ce.. qu'il prononceca...

[ocr errors]

Je finis en conjurant mes lecteurs de demander à Dieu pour moi que la lumiére de la vérité éclaire mes ténébres dans tout le cours de cet ouvrage, atia qu'il ne s'y glisse rien de faux, ni d'indigne de la majesté & de la sainteté de la parole. Mais j'ai encore plus de besoin qu'ils le prient de rendre par l'onction de la grace mon cour docile à la Vérité; de

peur que je n'aie le malheur , après l'avoir annoncée aux autres, d'entendre à son jugement ce reproche accablant

qu'il fait au pécheur par son Propháte : PT. 49. 19. Pourquoi racontes-tu mes ordonnances,

pourquoi as-tu mon alliance dans la bouche, toi qui hais l'instruction, & qui rejettes mes paroles avec mépris ? De mon côté je

ne cesserai de demander à Jesus-Christ Lac. 24. 45. qu'il leur ouvre l'esprit pour l'intelligence Col. 1. 10. des Ecritures ; qu'en filant ils croisent

dans la connoissance de Dieu ; & que Eph. 3. 16. fortifiez dans l'homme intérieur par son Efn prit, ils pratiquent la vérité par

la charité Amen.

[ocr errors]

ABBREGE

ABBRÉGÉ

[ocr errors]

DE L'HISTOIRE

DE
L'ANCIEN TESTAMENT,

Où l'on a conservé, autant qu'il a été
poflible , les propres paroles de l’E.
criture Sainte ; avec des éclaircille-

ments & des réflexions.
***:6*7*3636830636**9604

LIVRE PREMIER.
Depuis la Création jusqu'à la mort de Joseph.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

CHAPITRE PREMIER.

Création du monde , dos de l'homme en particu."

lier. Commandement de Dieu à Adam. Fora
mation de la femme. Repos du Septiéme jour.
Gen. 1. & 2.

U COMMENCEMENT Dieu
créa le Ciel & la Terre. La
Terre étoit d'abord une
nafseinforme& brute,tou-

re environnée d'eaux : les
ténébres couvroient la face de l'abîme ;
Tome I.

A

1

& l’Esprit de Dieu étoit porté sur les CHAP. I. eaux. Dieu dit : Que la luniére soit,

Et la lumiére fut. Dieu vit que la lumiere étoit bonne : il sépara la lumière d'avec les cénébres ; & donna à la lumiére le nom de Jour, &aux ténébres le nom de Nuit. Et du soir & du matin se fit le premier jour.

Dieu dit ensuite : Qu'il y ait entre les eaux un Firmament, qui sépare les eaux d'avec les ealix. Et Dieu fit le Firmament ; & il sépara les eaux qui étoient au-dessous du Firmament, de celles qui étoient au-dessus. Cela se fit ainsi ; & Dieu donna au Firmament le

i
nom de Ciel. Ce fut le second jour.

Dieu dit : Que les eaux qui sont sous
le Ciel se rassemblent en un même lieu,
& que l'élément aride paroisse. Et cela
&
se fit ainsi, Et Dieu donna à l'élément
aride le nom de Terre, & ces caux qu'il
avoit rassemblées, il les appella Mers.
Er Dieu vit que cela éroit bon. Il dit
alors : Que la terre produise de l'herbe
verte, qui porte de la graine; & des ar-
bres fruitiers qui portent du fruit, cha-
cun selon son espéce , & qui renfer-

ment leur lemence en eux-mêmes, pour 6.1. 2. s. se reproduire sur la terre. Et cela le fit

ainsi. Or Dieu n'avoit point encore fait pleuvoir sur la terre; il n'y avoit point.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ز

d'homme pour labourer ; & il ne s'élovoit de la terre aucune vapeur , qui en Chap. I, arrosât la surface. Cependant la terre produisit de l'herbe verte, qui portoit de la graine selon ses différentes espéces ; & des arbres fruitiers qui renfermoient leur femence en eux-mêmes, chacun selon son espéce. Et Dieu vit que cela étoit bon. Ce fut le troisiéme jour.

Dieu dit : Qu'il y ait dans le Ciel des corps de lumiére qui éclairent la terre; qui séparent le jour d'avec la nuit ; 8 qui servent à marquer la distinction des temps & des saisons, des jours & des années. Et cela se fit ainsi. Dieu fit deux grands corps lumineux, qu'il plaça dans le Ciel ; l'un plus grand, pour présider au jour ; & l'autre moindre, pour présider à la nuit. Il fit auff les éroiles, & les plaça dans le ciel pour luire sur la terre. Er Dieu vit que cela étoit bon. Ce fur là le quatriéme jour.

Dieu dit ensuite: Que les eaux produisent des animaux vivants qui nagent dans l'eau , & des oiseaux qui volent au-dessus de la terre dans l'étendue du ciel. Dieu créa donc les grands poissons, & tous les animaux qui vivent & se meuvent dans les &

que produisirent,chacun selon son espéce. Il créa aulli tous les oiseaux selon leur dis.

eaux

les

[ocr errors]

eaux

« AnteriorContinuar »