Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

cob de quelque mauvaise action qu'ils
avoient commise. Or Ifrael aimoit Jo- CH.XXVI.
feph plus que tous ses autres enfants
parce qu'il l'avoit eu dans la vieillesse;
& il lui avoit fait faire une robbe de
plusieurs couleurs. Mais ses fréres le
haïlloient à cause de cette préféren-
ce ; & ils ne pouvoient lui parler avec
douceur. Le longe qu'il leur raconra,
les aigrit encore davantage contre lui.
Ecoutez , leur dit-il, le longe que j'ai
eu. Il me sembloit que je liois avec
vous des gerbes dans un champ; & ma
gerbe se tenoit de bout ; & vos gerbes
étant autour de la mienne, se proster-

,
noient devant elle. Quoi donc, lui ré-
pondirunt-ils , est-ce que vous serez
notre roi, & que nous ferons soumis
à votre puissance ? Il eut encore un au-
tre longe, qu'il rapporta à ses fréres.
J'ai vû en fonge, leur dit-il , le soleil
& la lune, & onze étoilés qui m'ado-
roient. Son pére à qui il le raconta aussi,
lui en fit réprimende , & lui dit : Qu'est-
ce que cela veut dire : Est-ce qu'il fau-
dra que votre mére, vos fréres & moi.
nous vous adorions en nous proster-
nant en terre : Ses fréres donc étoient
transportez d'envie contre lui, mais le
pére considéroit toutes ces choses en
filence.

[ocr errors]
[ocr errors]

Les fréres de Joseph étant allé faire CH. XXV. paître les troupeaux de leur pére aux

environs de Sichem , Jacob dit à Joseph : Vos fréres sont à Sichem avec nos troupeaux : venez, que je vous envoie vers eux. Je suis tout prêt , répondit-il. Allez donc, lui dit Jacob; voyez fi vos fréres se portent bien , & fi nos troupeaux sont en bon état : & vous m'en rapporterez des nouvelles. Joseph étant parti de la vallée de Mambré ou d'Hebron , vint à Sichem ; & il alloit errant par les champs. Un homme qui le vit , lui demanda ce qu'il cherchoir. Il répondit : Je cherche mes fréres : dites-moi, je vous prie , où ils ont mené leurs troupeaux. Cet homme lui dit : Ils sont partis d'ici : car j'ai entendu qu'ils disoient , Alfons-nous-en à Dothain. Joseph alla donc les chercher à Dothain. Du plus loin qu'ils l'apperçûrent , ils formérent le dessein de le tuer. Voici, dirent-ils, notre songeur qui vient. Allons, tuons-le , & jerronsle dans cette citerne. Nous dirons qu'une bête farouche l'a dévoré: & nous verrons après cela ce q.se deviendront fes songes. Ruben les entendant parler ainsi , leur disoit : ne le tuons point : ne répandez point son sang : jettez le dans cette citerne ; mais ne lui ôrez

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

point la vie par violence. Il disoit cela dans le deslein de le tirer de leurs mains, CH.XXVI.

& de le rendre à son pére. Aussitôt E

donc que Joseph fut arrivé près d'eux , ils lui ôtérent sa robbe, & le jettérent dans cette citerne , qui étoit sans eau. Ensuite s'étant aflis pour manger , ils virent passer des marchands Isınaélites , qui venoient de Galaad avec des cha-. meaux chargez d'aromates , de résine , & de myrrhe , & alloient en Egypte. Juda dit alors à ses fréres. Que gagnerons-nous d'avoir tué notre frére, & d'avoir caché la mort ? Venez, vendons-le à ces Isinaélites, & ne fouillons pas nos mains de son lang: car il est notre frére & notre chair. Ses frères y consentirent : ils tirérent Joseph de la citerne , & le vendirent vingt piéces d'argent à ces marchands , qui l'emmenérent en Egypte. Ruben qui n'étoit point avec eux dans le moment qu'ils le vendirent , alla à son retour vers la citerne

, croyant y trouver Joseph : mais il n'y étoit plus. Alors pénétré de douleur, il déchira ses habits; & étant retourné vers ses fréres , il leur dit ; L'enfant ne se trouve point : où irai-je ? que deviendrai-je ? Après cela ils prirent la robbe de Joseph ; & l'ayant tempée dans le sang d'un cheyreau,

[ocr errors]

ils l'envoyérent à Jacob, & lui firene Cx.XXVI. dire : Voici une robbe que nous avons trouvée : voyez si ce n'est pas celle de

pås votre fils. Il la reconnur , & dir : C'est la robbe de mon fils. Une bête cruelle l'a dévoré : une bête a dévoré Joseph. Il déchira ses habits ; & s'étant couvere d'un cilice , il pleura son fils fort long-temps. Toute la famille s'assembla pour tâcher de le consoler : mais il ne voulut point recevoir de consolation ; & il leur disoit : Je pleurerai toujours, jusqu'à ce que j'aille rejoindre inon fils au fonds de la terre.

Avant que de conduire plus loin l'hiftoire de Joseph, l'Ecriture rapporte ici Le mariage de Fuda quatriéme fils de Jacob, les crimes de la mort de deux de ses enfants, son inceste avec Thamar, parce que la plupart de ces faits sont arrivez depuis que foseph eut été transporté ex Egypte.

Juda épousa une fille du pays de Chanaan , dont il eut trois fils, Her, Onan & Sela. Quand son aîné fut en âge d'être marié, il lui fit épouser une fille appellée Thamar. Mais ce fils.aîné de Juda fut un très-méchant homme aux yeux du Seigneur; & le Seigneur le frapa de mort. Juda donc ordonna à Onan son second fils d'épouser la

veuve, afin de faire reviyre le nom de son frére dans les enfants qui naîtroient CH.XXV I de ce mariage. Mais Onan qui sçavoit que les enfants ne seroient point à lui, ne voulut pas donner de postérité à son frére. C'est pourquoi le Seigneur le frappa de mort. Alors Juda dit à Thamar la belle-fille : Demeurez veuve dans la maison de votre pére, jusqu'à ce que mon fils Sela soit devenu grand, Ainsi Thamar s'en retourna demeurer chez son pére. Mais Juda ne se mit pas

peine de lui tenir parole. Il craignoit que Sela n'eût le même sort que ses deux fréres. Après un assez long-temps,

la femme de Juda mourut. Le temps + du deuil étant paslė , Thamar qui voyoit

que son beau-pére ne lui faisoit point
épouser Sela, quoiqu'il fût en âge d'être
marié, forma le dessein de le surpren-
dre lui-même , & d'avoir de lui des en-
fants. Elle y réuslit en se déguisant , &
se couvrant le visage d'un voile. Juda
qui la prit pour une Courtisane , s'ap-
procha d'elle sans la reconnoître. Elle
devint enceinte , & mit au monde deux
jumeaux, dont le premier fut appellé
Pharès, & le second Zara. Pharès fut
le chef des descendants de Juda.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »