Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

trem fuum Asdrubalem ad Italiam cum omnibus copiis evocavit. Is veniens eodem itinere quo etiam Annibal venerat à Consulibus Appio Claudio Nerone, & Marco Livio Salinatore , apud Senam Piceni civitatem , in insidias compositas incidit : ftrentè tamen pugnans occisus est : ingentes' ejus copiæ captæ aut interfectæ sunt, magnum pondus auri atque argenti Romam relatum. Poft hæc Annibal diffidere jam de belli cæpit eventu , & Romanis ingens' animus accessit. Itaque & ipsi evocaverunt ex Hispania Publium Corneliuin Scipionem. Is Romam cam ingenti gloria venit. Liguriens qui s'étoient attachés à lui par la haine du nom. Romain ; s'il eût pû joindre Annibal , Rome n'eût jamais reflé à dc fi grandes forces. Mais les, Consuls prévinrent cette jonation. Tandis que Claude Neron s'oppofoit à Annibal, Marcus Livius alla au-devant d'Aidrubal. Mais lur l'avis qu'eut Neron . de l'approche du dernier , il Jaifa le gros de son armée à Quintius fon Lieutenant ,

prit fix mille hommes d'infanterie & deux mific chevaux, &

autant de secret. que de diligence , Quinto Cæcilio, Lucio Valerio Confulibus, omnes civitates, quæ in Bruciis. ab Annibale tenebantur , Romanis se tradiderunt.

Anno decimo-quarto postquam in Ita. liam Annibal venerat, Scipio, qui multa bene in Hispania egerat , Consul est fa. étus, & in Africam miffus : cui viro divinum quoddam ineffe existimabatur :

1. Q. Cæcilius Metellus eut pour Collegue Lux

avec

alla

en Italie fon frere aldrubal avec toutes ses trou. Ans de pes, Asdrubal en venant en Italie par le même Rome. chemin que son frere avoit pris pour y entrer , tomba dans les embuches que les Consuls Appius Claudius Neron & M. Livius Salinator lui avoient dressées près de Sienne ville du Picentin ; il fut tué en combattant vigoureusement, toutes les troupes furent ou tuécs , ou faites prifonnieres , & on lui enleva une grande quantité d'or & d'argent qu'on envoya à Rome. Annibal après cette défaite commença à désesperer du succès de cette guerre. Les Romains au contraire reprirent courage, & rappellerent d'Espagne P. Cornelius Scipion , qui revint à Rome chargé de gloire.

[ocr errors]

joindre son Collegue. Ils livrerent bataille à Aldrubal auprès de la riviere de Metaurus , ( ou de Meira dans le Duché d'Urbin. ) Son armée fut entierement détaite. Il en demeura cinquante-cinq mille hommes sur la place , & il y eut cing mille cinq cent prisonniers. Neron regagna fon camp avec la même promptitude qu'il l'avoit quicté, & envoya aussitôt à Allnibal la tère de son frere avec plusieurs prisonniers; Annibal en la voyant ne douta plus de la perte & du malheur de Carthage.

Sous le Consulat de Quintus Cæcilius, & de 548. Lucius Valerius , toutes les villes des Brutiens qui étoient sous la puissance d'Annibal , se rendirent aux Romains.

Quatorze ans après l'entrée d'Annibal en Ita- 54%. lie, Scipion , qui s'étoit si bien distingué dans l'Espagne, fut faic Consul, & fut envoyé en Afrique : on avoir une si haute idée de ce grand homme , qu'on lui croyoit ? quelque chose de eius Valerius que d'autres nomment L. Veturius Philo.

2 Quelque chose de divin. 6. ) Aurelius Victor dit

[ocr errors]
[ocr errors]

adeo ut putaretur cum Nuininibus habere fermonem, Is in Africa contra Annonem ducem Afrorum pugnat. Secundo ,

. prælio caftra cepit , cum quatuor millibus & quingentis militibus : undecim millibus occisis. Syphacem Numidiæ regem, qui se Afris conjunxerat , capit , & caftra ejus invadit. Syphax cum nobilissimis Numidis , & infiņitis fpoliis , à Scipione Romam mittitur ; qua re audita, omnis qu'on le crut fils de Jupiter", soit parce qu'un jour étant allé vers le milieu de la nuit au Capitole, les chiens qui gardoient le Temple ne firent aucum bruit , loit parce qu'il n'entreprenoit rien qu'il ne fe fust aßis fort longtems auprès de la Statuë de Jupiter, comme s'il se fust entretenu avec ce Dieu. Aurel. Viitor de viris illustr. Scipion quitta la Sicile , & fc rendit en Affrique l'an de Rome 5si.

.3 Il livra bataille à Hannon , &c. ) Hannon eft un pom que les Généraux des Carthaginois portoient allez communément. Quoiqu’Eutrope ne faffe mention que d'un Général de ce nom , il y en avoit néanmoins deux pour lors qui furent défaits l'un après l'autre en differentes rencontres.

A l'arrivée de Scipion en Affrique , les habitans de Carthage effrayés de voir lur leurs côtes tant de Vaisleaux, envoyerent un certain Hannon avec cing cent chevaux , pour reconnoître quels ennemis ils avoient à combattre ; ce Capitaine s'étant un peu trop avancé, fut enveloppé par un gros de Cavalejie que Scipion avoit détaché pour le Turprendre , & fut tué avec toutes ses troupes sans avoir le tems de combattre.

Après ce premier succes, Scipion fit remonter Lelius lur ses Vailleaux, avec ordre d'aller assieger Utique par mer , & alla lui-même l'attaquer par terre avec son armée. Sitôt qu'il fut campé, Mafiniffa vint le joindre avec de la Cavalerie Numide.

Cependant les Carthaginois allarmés écrivi. rent à Asdrubal de venir promptement secourir la patrie , députerent vers Syphax pour le faire reflouvenir qu'il leur avoir promis son secours , & envoyeIcut encore chez d'autres Princes Numides leurs Al

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

divin, on étoit même comme persuadé qu'il avoit Ans de
commerce avec les Dieux. A fon arrivée 3 il livra Rome.
bataille à Annon chef des Carthaginois , & déficsso.
entierement son armée. Dans le lecond combat
qu'il lui livra , il prit

fon
camp,

lui tua onze mille hommes., & fit quatre mille cinq cent prifonniers. 4 Il prit Syphax Roy de Numidie qui ssi. s'étoit joint aux Carthaginois, s'empara de fon camp & le brula. Il envoya ensuite ce Prince à Rome avec les plus considerables des Numides, & de riches dépoüilles, Au bruit de cette défaite,

[ocr errors]

liés, pour les engager dans lcurs interêts. Mais pour n'être pas turpris avant que les secours qu'ils espetoient fussent arrivés, ils mirent sur pied une forte armée, presque toute de Cavalerie , & en donnerent la conduite à un autre Hannon, qui étoit, à ce qu'on croit, un des freres d'Annibal. Ce Capitaine qui avoit ordre d'observer les Romains, s'avança jusqu'à 3 : lieuës de leur camp ; mais Scipion qui l'avoit enyoyé reconnoitre, fçachant que son camp éteit mal gardé, forma le defein de s'en approcher , & de lè iurprendrc.

Pour le faire avec succès , il pofta fa meilleure Cavalerie avec quelques troupes d'infanterie derricre des côteaux qui les cachoient aux ennemis & fit avancer Maffiniffa avec douze cent chevaux feulement. LesCarthaginois voyant ce dernier près de leur camp avec un fi petit nombre de. soldats , n'hesiterent pas à le venir attaquer. Máffinisfa leur fit tère d'abord; mais comme il cherchoit à les attirer où Scipion les attendoit , il éluda leurs efforts en reculant toujours ; de forte que les ennemis prenant la fuite pour un effet de la crainte , le poursuivirent, & tomberent dans les embûches qu'on leur avoir drefiées. Scipion lorrit aussitôt à la tére de sa cavalerie & de son infanterie, & les chargea avec tant de vigucur, qu'il en demeura prés de douze mille sur la place, outre quatre a cinq mille qui furent faits prisonniers. Hannon fut tué des premiers.

4. Il prit Syphax , &c. ) Eutrope confond ici plusiours actions. Les Carthaginois consternés par

la dé. faite de Hannon le consolerent quand ils virent arriver Asdrubal , & bientôt après Syphax , ayans chacun une armée fort nombreuse. Scipion après avoir Icmporté sur eux plusieurs avantages , envoya ob

[ocr errors]
[ocr errors]

fere Italia Annibalem deferit ; ipse à
Carthaginenlības in Africam redire ju-
berur, quam Scipio'vastabat.
Terver leurs camps. On lui rapporta que les tentes de
l'un & de, l'autre étoient faites de bois , & cou-
vertes de paille ou de joncs avec cette diffe-
rence que les tentes des Numides n'étoient point
enfermées dans les tranchées des Carthaginois.
Scipion renvoya auflicôt la Aote devant Utique, dé-
tacha quelques mille homines avec ordre de se poster
sur une émincnce qui c. mmandoit cette ville, afin de
persuader aux ennemis qu'il ne tendoit uniquemcuit
qu'à vouloir s'en rendre maitre , envoya cependant
Iclius & Mafiniffa pour mettre le feu dans le camp
de Syphax , & lui-même avec le reste de ses trou-
pes alla en faire autant à celui d'Aldrubal. En un in-
Rant les deux Camps furent en feu, l'allarme s'y répan-
dit, & c'étoit à qui s'échaperoit plûtôt des fames, des
Numides ou des Carthaginois. Les Romains profitans
de ce désordre , firent un li grand carnage des ennemis,
qu'il en fut tué pres de quarante mille , outre 6 à 7
mille qui furent faits prisonniers. Le butin fut très-
considerable , & l'on prit entr'autres choses 17$
Enteignes. Aldrubal & Syphax se sauverent néan-
inoins avec le reste de leurs troupes; & après avoir
rétabli lcurs armées, ils furent encore battus uncle-
conde' fois, & enfisi une troisiéme où Syphax fut fait
prisonnier.

Ita anno decimo-feptimo ab Annibale
Italia liberata est

, quam fens dicitur reliquisse. Legati Carthaginensium pacem à Scipione perierunt : ab eo ad Senatum Romam milli funt : XLV. dies his induciæ datæ sunt , quousque Ro- . mam ire & regredi possent : XXX. millia pondo argenti ab his accepta sunt. Senatus ex arbitrio Scipionis pacem juf

1

1. Ainsi après 17 ans. ) Annibal abandonna l'Italie l'an de Ronie 551. & par consequent le feiciénie de

presque

« AnteriorContinuar »