Imágenes de páginas
PDF
EPUB

rallié ses troupes ;

[ocr errors]

654

[ocr errors]

.

2. il demeura 'vainqueur ; le Ans do fils aîné de Pompée fut tué, & l'autre prit la Rome. fuite.

710.

Le jour des Iles

de Mars. Son premier Triomphe fut celui des Gaules , ensuite celui de l’Egypre, pais celui de Pont & de fonet Roy Pharnace, le quatriéme d’Affrique & de la dé- agé de

. faite du Roy Juba, & le dernier celui d'Espagne. 56 ans,

il étoit Tous ces Triomphes furent differens les uns des

l'an de autres pour la pompe & pour la magnificence. Celui des Gaules fut le plus superbe : Célar monta au Ca

Rome pitole aux Aambeaux, quarante élephans portoient sous le des Lampes à droit & à gauche.

2. Il demeura vainqueur. &c.) César prit peu de cinquié. tems après cette victoire Munde & Cordouë, & é me Core tant de retour à Rome il triompha de l'Espagne,

sulat de & fut créé Dictateur perpetuel.

Marius. Cæsar aprés avoir mis fin à toutes les guerres civiles , revint à Rome, où il agit avec plus de

71% hauteur que jamais , & contre la coutume de la liberté Romaine. Ainsi comme l'on vit qu'il distribuoit à son gré les dignitez qui ne se donnoient auparavant que par les suffrages du peuple ; qu'il ne daignoit pas même se lever lorsque le Sénas venoit lui présenter quelque décret , & qu'en plusieurs autres choses il se comportoit en Roy & presque en Tiran , plus de soixante cant Sé. nateurs que Chevaliers Romains i conspirerent

1 titre , & se retira néanmoins tout chagrin de ce que le peuple ne l'avoit pas contredit , lorsqu'il rejetta la salutation de ses fayoris. Ceux-ci ne se rebuterent point, car pendant la fête des Lupercales", Marc Antoine qui étoit Conful s'approcha de César , & lui voulut mettre le diadême. Un petit nombre de gens apostés applaudirent, mais le peuple ne les imita point. Célar repoussa Marc Antoine , & alors les applaudiffemens du peuple firent retentir le lieu. Cet: te tentative de Marc Antoine fut réiteréc un peu après , mais avec la même fortune. Ce qu'on n'avoit pû faire sur l'original , on le fit sur les copies : on mit des diadêmes à la tête des statuës de Célar: deux Tribuns du peuple les firent ôter, informerent contre ceux qui avoient les premiers donné à César le

[ocr errors]

fuerunt inter conjuratos , duo Bruti, ex eo genere Bruti qui primus Romæ Consul est factus , & reges expulerat ; C. Carfius , & Servilus Casca. Ergo Cæfar, cùm Senatus die quadam inter cæteros venisser ad Curiam , tribus & viginti vulncribus confossus est.

[ocr errors]
[ocr errors]

reur.

titre de Roy, & les menerent en prifon : le peuple les en benit, & les luivit avec de grands applaudisfemens. César au contraire les déposa de leur charge, à ce que dit Plutarque dans la vie de cer Empe

Ainsi tous ceux qui sentoient encore dans leurs veines une goute de sang Romain , crurent qu'il n'y avoit pas de tems à perdre , & folliciterent. Brutus à se souvenir qu'il portoit le nom de celui qui chafla Tarquin.

2. S'étant rendu au Sénat , &c. ) César le jour de sa mort balança quelque tems s’il fortiroit ou s'il ne sortiroit pas, quoiqu'il fçut que ce jour-là avoit été destiné pour discuter dans le Sénat plusieurs affaires de la dernière importance. La cause de son irréfolution vint particulierement d'un mauvais longe de la femme. Il en fut ébranlé, mais non pas jusqu'à ne vouloir pas sortir ; il fallut pour lui faire perdre la résolution de rester , qu'il apprit que les victimes qu'il avoit fait immoler', n'annonçoient rien de favorable. Il ne seroit point allé au Sénat , si l'un des conjurés n'avoit eu l'addresle de le prendre par son

foible, en lui disant entr'autres choses : Que diront a César vos ennemis , s'ils apprennent que vous atrendez à venir regler Pappeloit les plus imp:rtantes affaires de la République , que votre femfon fils.com me falle de beaux fonges ? Il forrit donc sur les cinq croyoit heures pour aller au Sénat ; en chemin un homme méme és lui donna un billet qui lui découvrit la conspiration, tre fon

mais il le mêla parmi quelques autres papiers qu'il pere , à tenoit en la main gauche, sans l'avoir lû, & entra caufe de

au Sénat où il ne fut pas plûtôt assis que les ConSesgalan- jurés l'environnerent & le percerent de 23 coups. t:ries a- Cimber Tullius porta le premier coup.. On dit que vec Ser

que quand Brutus fc jetta sur lui , César lui dit , Et quoy vilie me- à mon fils , tu en es aussi ? Voyez Plutarque dans la

vie de César. Brutur. Suctone dit que César voyant qu'on lui présentoit

sa

re de

fa mort. Les chefs des Conjurés furent les deux Ans de Brutus , Caius Cassius & Servilius Casca , les Romae. deux premiers descendoient de ce fameux Brutus qui fut le premier Consul à Ronie , après er avoir fait chasser les Rois. . César 2 s'étant donc rendu au Sénat un certain jour , fut percé de vingt-trois coups de poignard,

le poignard de tous côtez , le couvrit la tête de la robe , & reçut les 2 3. coups sans avoir jetté qu'un foupir à la premiere blessure.

Il ne faut pas oublier que l'an de Rome 708. Céfar réforma les désordres que les Pontifes avoient introduits dans le Kalendrier & dans les Fastes. Il disposa l'année selon le cours du soleil en lui donnant 365 jours , & ayant ôté le mois intercalaire, il intercala seulement un jour de quatre en quatre années. Et afin qu'à l'avenir en commençant l'année par le premier jour de Janvier , l'ordre des saisons fût bien reglé , il interposa deux mois entre Novembre de Décembre , de telle sorte que cette année là fut de quinze mois

avec le bisextil qui étoit échu dans cette année, selon la coutume. Ainsi la premiere année Julienne fut la 709. de la fondation de Rome. César mourut la seconde année Julienne, l'an de Rome 710.& 44 ans devant la naissance de J. C.

[ocr errors]

266

ఆహ్యంపు కావ్యం E U TROPII

LIBER SEPTIMUS.

A

NNO Urbis DCC. fere ac nono,

interfecto Cæsare , bella civilia reparata -sune , percussoribus enim Cæsaris Senatus favebat. Antonius Consul, partium Cæiaris , civili bello opprimere eos conabatur. Ergo turbatâ Republicâ multa Antonius scelera committens à Senatu hostis judicatus eft ; missi ad eum persequendum duo Consules Pansa &

[ocr errors]

I. Les guerres civiles , &c. ) La premiere cause de la guerre civile fut l'ouverture du Testament de Cé. far. Antoine voyant que cet Empereur avoit fait Octavien son premier heritier , & l'avoit adopté,

conçut tant de haine & de mépris contre ce jeune Prince, qu'il résolut de profiter de la jeunerie pour ulurper la domination à laquelle il aspiroit. Cette guerre Te diviíc en cinq ; celle de Modenes , celle de Philippes, celle de Perouse, celle de Sicile , & enfin celle d' Alium.

2. Le Consiel M. Antrine , &c. ) Il étoit Collegue de Jules César ; Dolabella fut Consul à la place de ce dernier. ... Antoine étoie petit fils de Marc Antoine l'Orateur, & fils de Marc Antoine Turnommé le Crétique. Il épouła plusieurs femmes : la premiere s'appelloit Fadie , elle étoit fille de Bambalion homme ausi méprisable par les défauts de la personne que par la baffcffc de ion éxtraction, mais elle étoit fort riche. La seconde se nommoic Antonie ; elle étoit la coufine germaine , & fille de C. Antoine collegue de Ciceron dans le Consulat , mais il la répudia bientôt sous prétexte qu'elle entretenoit un commerce de galanterie avec Dolabella. La 3. s'appelloit Fulvie, c'étoit la veuve de Clodius assassiné par Milon, Il

267

E U T R O P E

LIVRE SEPTIE'ME.

AR

i les guerres

2

Pre's la mort de César , environ l'an de

Ans de Rome sept cent neuf,

civiles

Rome. se rallumerent, parce que le Sénat favorisoit les 710. meurtriers de César, 2 Le Consul M. Antoine qui é toit du parti de cet Empereur, faisoit tous ses efforts

les perdre par une guerre civile ; ainsi comme il avoit mis la République en désordre, & qu'il commettoit toutes sortes de crimes, le Sénar le déclara ennemi de la patrie. On envoya pour lui faire la guerre les deux Consuls Hirtius

711

3 pour

épousa cette derniere l'an de Rome 704. à ce que dit Plutarque dans la vie de ce Consul. Après la mort de Fulvie , il épousa Octavie & ensuite Cléopatre.

3. Pour les perdre , &c.) Antoine cacha fon resentiment d'abord. Les affaflins de César s'étoient sailis du Capitole pour éviter les violences du peuple. Antoine fit assembler le Sénat , & envoya dire aux Conjurés qu'ils pouvoient descendre en toute sureté. Pour leur ôter tout lieu de crainte , il leur envoya en ôtage a un fils qu'il avoit de Fadic la premiere a Cicerox femme Ils descendirent donc au nombre de six , & Philippe ce Cónsul feignant d'approuver leur crime , les re- 2. çut avec toutes les marques d'amitié qu'ils pouvoient attendre. Le Sénat même pour leur ôter toute défiance , approuva par un décret l'oubli de tout ce qui s'étoit paffé. Mais ce bon traitement changea bien· tôt. M. Antoine ordonna qu'on feroit de superbes funerailles à César , il ne trouva point d'obstacle à ces ordres , & le corps de l'Empereur fut porté au Champ de Mars pour y être brûlé selon la coutume.

Après avoir fait lire son Testament en présence de tout le peuple , il fit son oraison funebre & ex

posa aux yeux du public la robe de ce grand homme toute dégoutante de sang. Le peuple ému de ce

« AnteriorContinuar »