Imágenes de páginas
PDF
EPUB

jose me flater de l'approbation du Public. Que n'espererois-je donc pas de lui s'il voyoit mes motifs ?

Mais votre modestie, M ONSEIGNEUR , me contraint de les cacher, e) ne sçauroit souf frir que je fasse connoître ce que j'admire en votre personne. Vous ne me permettez de parler, ni de la noblesse de votre Maison, qui a donné tant de grands hommes à l'Eglise et à l'Etat; ni des aimables qualitez de votre esprit e de votre cæur , qui vous ont rendu si cher au plus judicieux des Princes. Je ne puis m'empécher de dire qu'il y a une forte d'injustice dans ce silence forcé, et le Public pourra s'étonner que ce qui engage

à la commettre

à soit une de vos plus grandes

[ocr errors]

و

ce m

pertus. Cependant si VOTRE GRANDEUR me défend de marquer ce que je respecte , peutétre ne sera-t-elle pas aussi rigide à m'obliger de taire ce que je sens. Cette bienveillance ; cette glorieufe protection dont elle m honore, méritent certainement une reconnoiffance proportionnée à tant de faveur. Que cet ouvrage n'est-il suffifant pour remplir un devoir si juste ! mais j'avouë qu'il est infiniment au-deßous de ce que je dois. Comme votre bonté seule, MONSEIGNEUR , peut fuppléer à ce défaut , je vous supplie de n'avoir égard qu'à mon zéle, et d'agréer que je pare en quelque façon la pe. titesse de mon offrande par la fincerité de mon dévouëment, es par

le profond respect avec lequel je serai toute ma vie,

MONSEIGNEUR,

Tuison
DE VOTRE GRANDEUR

Le trèshumble & trèsobeïllant serviteur.

LEZ E A U.

PR EF A C E.

it-on,

Eft une grande rémérité, me dira.

de travailler sur un sujet qui a été traité par tant d'habiles Auteurs; cela est vrai, je l'avouë. Mais la raison qui auroit dû m'en détourner , est précisément celle qui m'y a le plus porté. Il m'a paru que la plâpart de leurs Ouvrages étoient ou trop étendus ou trop abregés : que les uns n'instruisoient pas alsez,& ne fervoient qu'à entretenir l'ignorance, loin de la dissiper ; & que les autres étant trop chargés de faits & d'évenemens, ne causoient pas moins d'embarras que de dégoût.

J'ay donc cru que le Public ne seroit pas fâché de voir rassemblé dans un seul Volume tout ce que l'Empire Romain nous offre de plus remarquable dans sa naissance , dans ses progrès , dans son lustre, & dans sa décadence. Je me suis servi pour cela de l’Abregé qu'en a fait

l Eutrope ; cet Abregé, au stile près , qui est trop simple & trop bas , & qu'on doit lui pardonner si l'on a égard au siécle oui il vivoit , est un desplus concis, des plus

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

méthodiques , & des plus clairs que nous ayons. L'Auteur s'est assujetti fcrupuleusement aux circonstances des temas & des faits les plus mémorables ; il a rapporté par ordre ce qui a le plus éclaté dans les differens Etats de l'Empire ;

& il paroît qu'il n'a eu d'autre vůč, que de faire appercevoir d'un coup d'æil ce qui s'est passé de plus considérable depuis Romulus jusqu'à Valens , c'est-à-dire pendant près d'onze siécles. Mais comme il manque à cet Abregé

à une infinité de particularitez importantes , & qu'Eutrope en consultant les Au. teurs plus anciens que lui, s'est souvent trompé avec eux, soit dans les faits , soit dans la Chronologie , j'ay joint au bas du Texte des Notes critiques & hiftoriques pour suppléer à la brieveté de l'Awteur , & pour en corriger les fauçes.

J'ay lû avec la derniere attention prefque tous les Auteurs anciens., Grecs ou Latins, & même les Modernes, qui ont écrit sur cette matiere , j'ay tâché de les concilier dans leurs variations, & de démêler le vrai d'avec l'incertain ; heureux!

; li j'y ay réülli.

Ainsi le Lecteur sans recourir à un amas confus de Livres , dont plusieurs font remplis de contrarietez, pourra par ce seul Volume avoir une connoisfance entiere & jufte, mais courte & précise

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »