Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Tacite

[ocr errors]

Suetone ibid.

b Dion: ibid.

gnée de l'embrasement de toute la terre ; il s'écria , Puille-je plutôt voir ce désaftre pendant ma vie ! Ce Prince qui n'avoit rien d'humain que la figure , pouvoit-il marquer plus ouvertement fon mépris & la haine furieuse pour tous les hommes ? Ausfi en donna-c-il de cruelles marques par l'embrasement de la Capitale ; & il fit a Dior mettre le feu à tous les coins de Rome , & cet lib. 628 incendie qui dura fix jours & fix ou sepe nuits, Annal. de quatorze Régions dont la ville étoit compo- I si capa sée, en consuma trois , & ne laissa de sept au- 37.40. tres que quelques restes de maisons. Toutes les 41. antiquitez & les plus belles raretez de Rome furent réduites en cendres , avec le Temple de Vesta & les Dieux Pénates.

Il ne faut pas croire que Neton fût touché de ce funeste spectacle. C'étoit un divertissement qu'il s'étoit voulu donner,: Tandis que Rome étoit toute en feu , & qué ses habitans étoient dans la derniere désolation, ce cruel Empereur b en Tacite ils habit de Théatre contemploit du haut de la cour cap. 3 9. de Mécénas će vaste incendie. Il admiroit l'a

Sueton.

ibid. beauté de la flame, & chantoie la destruction de

C Dior Troye. Cetre destruction l'avoit toujours char- lib. 620. mé, & on lui avoit entendu dire plus d'une fois Sueton. que Priam avoit été le plus heureux de tous les ibid. cap.

8. Princes, d'avoit vû brûler la Capitale en perdant facite fon Royaume.

Annal. Quelques c Historiens assurent comme une 15. cap. chose certaine que ce qui porta Neron à bruler 39: téRome , ce fut pour avoir l'honneur de faire re-moigne en bâtir cette ville , & de la rendre plus belle. Quoi- fort pext. qu'il en soit, Neron n'ola s'avouer l'auteur de d Tacito eet embrasement , & il en rejeccă la faute d sur ibid. cap. tes Chrétiens, Le Christianisme sortoit alors de 44.

e Lactanfa premiere obscurité , & commençoit à faite ce depers de grands progrès , sur-tout dans Rome, e où les c. 2.. prédicarions & les miracles de S. Pierre faisoient Tert. An

polo cap chaque jour une infinité de conversions. Le bruit

douter

e

a ibid.

b In

[ocr errors]

de cette nouvelle Religion vint jusqu'aux oreil les de l'Empereur : il sçut que dans Rome , &. par tout ailleurs, un grand nombre de personnes abandonnoient le culce. des Idoles, & condamnoient leurs anciennes superstitions. Ce cruel: Tiran ne le

put

souffrir , & résolut d'éxterminer tous les Chrétiens.

Voici le témoignage de a Tacite, qui, comme b.

Suetone , regardoit le Christianisme comme une ron, cap: nouvelle fuperftition mêlée de magie.,, Neron, 16.

dit-il , rejetta la cause de l'incendie. sur ceux » que le peuple appelloit Chrétiens , & il leur

fit fouffrir les plus horribles fupplices, avec d'autant plus de liberté, qu'ils étoient en hor

reur à tout le monde comme coupables des: » plus détestables crimes. Ils tirent leur nom continuë cet Historien, d'un Christ que

Ponce Pilate Lieutenant en Judée, avoit fait éxécuter fous Tibere : & certe fuperftition pernicieuse, qui avoir été réprimée pour un tems, paroissoit alors avec une vigueur nouvelle, non seu. lement en Judée, d'où ce mal avoit tiré son: origine.,, mais dans Rome même où tout ce

qu'il y a dans le monde de criminel.&:d'infầa „ me, vient se rendre de tous côtez, & y trou

ve des Sectateurs & de l'appuy, Qn se faisie
d'abord de ceux qui paroilloient publiquement
Chrétiens , & par

le
moyen

de ces premiers on en découvrir un grand nombre d'autres quii furent condamnés, plûtôt comme victimes de la haine du genre hamain , que comme coupables de l'embrasement..

On insulta même à leur more, & its servirent de: joiiet & de divertissement au peuple. On en couvroit quelques-uns de peaux de bêtes sauvages, afin de les faire déchirer par les chiens ; on en attachoicz d'autres. à des. Croix , & l'on: en faisoit brûler:

plusieurs pendant la nuit de maniere qu'ilsi C Tacite bida

servoient de flambeaux & de luminaires publics.

[ocr errors]

22

с

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Neron étoit trop avide de sang pour ne pas repaître ses yeux d'un fi horrible spectacle. Ses jardins a étoient le lieu où se faisoient ces bar- a id. ibid. bares éxécutions. Il y réprésentoit en même tems des jeux du Cirque , & il y paroissoit en habit de cocher, tantôt mêlé parmi la populace, tantôt monté sur un des chars qui devoient courir. C'est ce qui fit ouvrir les yeux à la plâpart des Romains , qui , quoiqu'ennemis mortels des persécutez., démêlerent très - bien leur innocence & reconnurent que leur mort étoit un plaisir que le Prince vouloit se donner , plûtôt que la punition d'aucun crime. Ainsi Neron fut le premier Empereur qui versa un sang précieux , dont la fécondité fut dans la suite inépuisable en Martyrs

Passons aux occupations de ce Prince: Chanter, danser, joüer des instrumens , faire le Comédien, conduire des chariots, c'étoit b ses éxer- b Suetone: cices les plus ordinaires.

in Neron.' Quel spectacle pour Rome de voir son Empe- cap 20. reur monter sur un Théarre en habit de Conié

23.240 dien, & y disputer les prix de Mulique avec les 25. Comédiens mêmes ! Que pouvoit-on penser en voyant ce maître du Monde s'oublier lui même, jusqu'à faire le rôle d'un Esclave chargé de chaîd'un c aveugle mené

par la main , d d'une c Ædipe.. femme en travail d'enfant,

e d'un fils meurtrier d Canace.. de la mere , f d'un Phrénétique dans les accès Orefter

f Hercule de la rage & de fa fureur ? Ne faisoit-il pas furieux beau le voir avec une voix foible 8. cassée , chân & inserar ter des journées entieres dans ses jardins pour di- sé. vertir le peuple , & mendier ensuite les applaudiffemens ? Rome ne fut pas seule témoin. de ces bassesses il en fit de même dans les willes de la Gréce, en les parcourant;

Mais dans le tems que ce prince aviliffoit ainfii for dignité, il la déshonnoroit bien encore d'une: auce maniere. Non content. de. donner dans les

[ocr errors]

21.22

nes ,

bid, cap.

débauches les plus fales & les plus outrées, if
vouloit avoir le plaisir de faire éclater ses volup-

tez monstrueuses aux dépens de la nature & de: Suetone la pudeur. Etant en Grece a il fit .un Eu

nuque d'un de ses Affranchis nommé Sporus , & 28.

s'efforça de le faire changer de sexe. Il l'épousa
ensuite avec douaire , voile nuptial ,. & les au-
tres cérémonies accoutumées ; & le faisant por-

;
ter en litiere habillé en Imperatrice, il l'accompa-
gnoit aux Asemblées & aux Marchez publics de la
Gréce , & à Rome même dans le quartier des
$igillaires. Il l'embrassoit de tems en tems,

&
fembloit se féliciter lui-même sur ce nouveau
mariage. Cette abominable nouveauté lui attira
ane raillerie des plus piquantes. Quelqu'un osa dire,
Qu'il eût été à souhaiter pour le bonheur de l'vo
nivers , qu'Anobarbus pere de Neron , eût pris une
pareille femme.

Neron ne s'en tint pas là , 6 il voulut à son sap: 29. tour prendre un mari. Il se fit habiller en fem

& épousa avec pompe Doriphore un autre
Affranchi.

N'étoit-ce pas là un Prince bien digne de gou-
verner l'Univers ? Avouons néanmoins qu'il é.
toit bien à plaindre , puisque la lâcheté des Ro-
mains étoir encore au dessus de fes crimes & de
fes désordres, Tandis qu'il suit les inspirations
de fon mauvais génie , qu'il le livre à tous les
mouvemens d'un naturel le plus corrompu & le
plus féroce qui fűt jamais , qu'il se fait un plai-
fir de nager dans le sang, qu'il avilit la Majesté
. de l'Empire par les dernieres bassesses , qu'il fait:
gloire de commercre les crimes les plus mon-
ftrueux , & qu'enfin il se jouë 'des. Dieux & des:
hommes , il ne se trouve aucan, sujet assez gé-
néreux pour le reprendre, & lui ouvrir les yeux
fur ses déréglemens, Tous ceux qui l'environnent
font autant de gens corrompus qui ne songenio
qu'à l'aveugler, à lui persuader qu'il est d'une

ibid.

me

.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

IO. 12 Dion. lib.

autre nature que le reste des hommes , à flater fes passions, à applaudir à ses crimes & à ses débauches, & enfin à rechercher tout ce qui peut l'entretenir dans la corruption & dans la barba: rie. Le Sénat même , cet illustre corps qui devoit servir de modéle au reste du monde, s'empresse à lui donner des éloges , & à lui décerner toutes sortes d'honneurs à mesure qu'il s'en rend indigne.

Il sembloit que son parricide dût soulever tous les esprits , mais il arriva tour le contraire. Les Romains étoient accoutumés à la servitude la plus rampante, & dévoués à la plus honteuse flaterie,a a Tacite Burrhus malgré sa probité, fut le premier à lui mar- Annal. quer la joye de le voir délivré des embuches de la 14. cap,

fa mere. Le Sénat & tous les Romains suivent son éxemple. On prend cet horrible évenement pour 61. une faveur du Ciel toute la ville est occupée à faire des sacrifices aux Dieux en actions de: graces, on ordonne des prieres publiques, on instituë de nouvelles fêtes

on met le jour de la naissance d'Agrippine parmi les jours malheu

on consacre dans le Sénat deux Images d'or , l'une de Minerve , & l'autre de Neron enfin c'étoit à qui donneroit plus de témoignages de joye & d'approbation. Le seul Neron 6 eft soulevé contre lui-même , sa con- b id.ibid. science est dans l'agitation & dans le trouble, Suetone elle lui reproche l'horreur de son crime , à cha- in Neron..

cap. 34. que instant elle lui réprésente la mere fçauroit fouffrir les lieux qu'il a fouillés de son parricide, il croit être poursuivi par les Furies; il s'imagine que l'ombre d'Agrippine' est errante au tour de son tombeau , qu'elle implore la vengeance des Dieux & des hommes par des cris, par des burlemens , & par le fon des. Trompertes.

c Il fè retire donc à Naples. La même terreur Ky suit : il voudroit: revenir à Rome , mais il- 1. 3.;

>

reux

[ocr errors]
[ocr errors]

il ne

[ocr errors]

c Tacita ibid CAR

« AnteriorContinuar »