Imágenes de páginas
PDF
EPUB

n'être jamais éclaircie: & on le doit avec d'autant plus de fondement Qu'on prend des routes diametralement opposées à celles qu'il faut tenir

pour arriver au but : Qu'on n'étudie pas assez le génie, le cara&ere & l'humeur des Gaulois, leur Religion, leur courage, leur intrépidité, leur franchise, leur équité, leurs migrations, leurs conquêtes; Qu'on ne considere pas la position des Gaules dans son véritable jour; Qu'on n'a qu’une légere teinture de l'Histoire de ses habitans; Qu'on s'efforce d'afsujettir les coûtumes, les usages, & les maximes de ces derniers , aux coûtumes, aux usages , & aux maximes de leurs voisins, qu'il est néanmoins certain que les Gaulois ont soûmis pendant plusieurs fiécles, & auxquels par conséquent ils ont communiqué leur esprit , leurs loix, leur Religion & leurs manieres, comme c'est l'ordinaire des vainqueurs.

Voilà à peu près les obstacles, qui arrêtent les progrès que l'on pourroit faire dans la connoissance de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

,

nos antiquités; mais il y en a un plus fort encore, qui est peut-être la fource des autres ; & celui-ci ne regarde pas l'origine des Gaulois que je viens d'assurer être condamnée, auffi bien que celle de presque toutes les av. tres nations à n'être jamais débroüillée. Il a pour objet leur histoire & celle de leurs conquêtes. On la croit impossible , fans suite , sans liaison avec celle des autres peuples, obfcure, peu intéressante, & dépourvûë de titres & d'originaux. C'est un préjugé, dont personne n'est peutêtre exempt : j'en ai été moi-même infecté comme les autres pendant plusieurs années : & c'est le seul prétexte que j'ai opposé aux fortes inftances, que mon traité de la Religion des Gaulois donnoit occasion de me faire assez souvent d'entreprendre un travail de cette nature.Le hazard feul a contribué à difsiper mon aveugle

y a trois ou quatre ans » qu'obligé de garder la chambre à caufe d'une maladie qui m'y retenoit , je de sçai quel esprit de curiosité mię

ment. I1

porta à repasser ce que j'avois lll aus trefois des Gaules & des Gaulois dans les différens Auteurs, qui m'étoient tombés entre les mains : - je passai ainfi alternativement des Grecs aux Romains, & des anciens aux modernes ; & je les comparai ensenble: fe tems que je mis à les compa Ter fut long; mais il ne me le paroissoit point, parce que je découvrois toûjours quelque nouveau jour, & que le plaisir qui y étoit attaché, changeoit en roses les épines dont cette forte d’occupation étoit hérila: fée. C'est ainsi que je parvins peu à peu

à ouvrir entièrement les yeux , & à reconnoître deux choses qui étoient d'un grand prix: la premiere , que les anciens fournissoient des ma-, tériaux en abondance, pour faire une, Histoire suivie des Gaulois, qui autoit non-seulement tout le mérite de la nouveauté, puisqu'outre que ce; fujet n'avoit jamais été entamé, il palloit même pour ne pouvoir, & ne, devoir jamais l'être ; mais encore qui corrigeroit l'Histoire Grecques

& l'Histoire Romaine dans tous les points qui concernent les Gaulois, répandroit sur l'une & sur l'autre de grandes lumieres , & les rendroit bien plus complettes qu'elles ne le font. La seconde, que les modernes, à l'exception d'un fort petit nombre, qui ont assez bien éclairci quelques

difficultés détachées qui regardent les Gaules , n'ont presque vû goute dans notre Histoire , ni dans les rapports. On n'entrera dans aucun détail sur cela , afin qu'on ne puisse point nous attribuer des vûës, que nous n'avons sûrement point. Nous nous contenterons de proposer le commencement des Annales des Gaules de notre façon, autant pour le soûmettre au jugement des Sçavans, avoir leur avis, & profiter de leurs lumieres, qu’afin que le Lecteur ait comme sous ses

la diftance infinie qu'il y a entre l'idée qu'on s'est formée jusqu'ici de notre Histoire, & celle qu'on doit s'en former , selon les regles éxactes de la Chronologie, de la Géographie & de la vérité.

yeux

1

En dressant cee Alte do Gaul.

.

s'eft moulé fur celles que les Collecteurs des Historiens des Gaules & de la France ont tracées : &, comme eux, on a suivi le calcul des Fastes Capi. tolins.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »