Imágenes de páginas
PDF
EPUB

4

duisoit. Tit. Liv. I. v.6. 33. Strab. in Camil. p. 136.

Un Helvetien nommé Helicon, qui avoit demeuré quelques années à Rome , revient dans les Gaules avec un vaisseau chargé de figues séches de raisins, de vin & d'huile, & atti. re ainsi les Gaulois en Italie. Plin. hist

. 1. xij. c. 3. L'AN. DE ROME 164. A VANT

JESUS-CHRIST 590. Elitovius, à la tête des Cenomans, tient la même route que Bellovése; & favorisé par ce Prince, il entre en Italie, & s'empare du Bressan, du Cremonois, du Mantoüan, & duve. ronois. Tit. Liv. l. v. c. 35. L'AN 165. DE ROME: AVANT

JESUS-CHRIST 589. Les Salluviens ou Salyens passent les Alpes, & s'établissent le long du Tesin, auprès des Liguriens appellés Leves. Tit. Liv. ibid.

K

[ocr errors]

L'AN 166. DE ROME: AVANT

JESUS-CHRIST 588. Les Boïens & les Lingonois se rendent en Italie par les Alpes Penines , & s'arrêtent sur les bords du Pô. Idem ibid. Diony. Halic. l. vij.p. 404. Strab. l. v. p. 212. L'AN 167. DE ROME: AVANT

JESUS-CHRIST 587. Les Senonois sont les derniers de tous les Gaulois , qui fondent en Italie. Tit. Liv. ibid. & s'arrêtent endeçà du Pô , auprès des Insubres. Strab. 1. v. p. 212.

Les Vertocomores, les Caturiges, les Salasses, les Taurins, les Ananes , & quelques autres peuples des Gaules passerent aussi en Italie avec quelqu'une des bandes , dont nous venons de parler.

Pendant ces années & les suivantes, les Gaulois conduits vése, franchirent les monts Riphées, & s'étendirent non-seulement jusqu'aux rives de l'Océan septentrional, mais encore jusqu'aux extrémi

par Sigo

tés de l'Europe. Plutarc. in Camil. pag. 135.

Sur leur chemin ils fubjuguoient les barbares, qui s'opporoient à leur passage. Ils pénétrerent dans l'Illyrie, & quelques-uns se fixerent dans la Pannonie. Justin. l. xxiv. 6.4.

Les Historiens font mention de trois autres expéditions des Gaulois au-delà du Rhin , dont ils ne mar-, quent point le tems.

Cesar parle de la premiere : elle n'étoit composée que de Tectosages, qui s'arrêterent aux environs de la forêt Hercynie , dont ils défriche, rent le quartier le plus fertile. Ils s'y maintenoient encore du tems de notre Historien, respectés de leurs voisins, à cause de leur valeur , & des vertus morales, dont ils faisoient profession. Cafar. bel. Gal. lib. dj. 6. 24

Strabon indique la seconde : c'étoient encore des Tedosages qui la firent. Comme ils étoient multipliés à l'infini , leur grand nombre introduisit la licence, & ensuite la sedition:ce qui forma deux partis,dont le

plus fort chasła le plus foible.Les Teca tosages chassés entraînerent quelques autres peuples des Gaules, avec lefquels ils commirent bien des désordres & des perfidies , dont Polybe a eu foin de nous instruire. Strab.l. iv. p. 187. Polyb. 1. ij. p. 95.

Nous ne connoiffons la troisiéme & derniere expédition des Gaulois dans la Germanie , que par ce que dit Tacite, que les Helvetiens habitoient entre la forêt Hercynie , le Rhin & le Mein ; & que les Boïens étoient au-delà, dans le canton , qui, de leur nom, fut appelle la Bohémę. Tacit. mor. Germ. c. 28.

On ne peut gueres douter que les Suardons, les Carnes , les habitans de Carnunte, les Taurisques , les Japydes, ou Japodes, les Scordisques, les Bastarnes, & quelques peuples semblables qu'on trouve au-delà du Rhin, n'eussent une origine Gauloise, ou Celtique; quoiqu'on ne puisse dire , ni en quel tems , ni comment ils ont passé dans la Germanie.

[ocr errors]

L'AN DE ROME 168. AVANT

JESUS-CHRIST 586. Nannus Roi des Segoresens de la bonté duquel les Phocéens te noient l'emplacement, où ils avoient bâti Marseille, meurt. Comanus son fils lui succéde. Un Prince de ses voisins vient le trouver, & lui perfuade de détruire Marseille, avant qu'elle prenne de plus grands accroissemens. Ils concertent ensemble de la surprendre le jour consacré aux Jeux Floraux. Leur entreprise eft découverte ; ils font eux-mêmes surpris & massacrés. Juftin. lib. XLIII.6.4 L'AN DE ROME 170. AVANT

JESUS-CHRIST 584. Les Gaulois d'Italie font déchirés par des

guerres intestines, Polyb. lib. ij. p. 106. Guerres qu'ils soûtiennent contre les Montagnards des Alpes. Idem. ibid.

« AnteriorContinuar »