Imágenes de páginas
PDF
EPUB

cinnatus, nommé Duumvir pour les choses sacrées, fit la dédicace du Temple de Mars, que les Romains s'étoient obligés d'ériger en l'honneur de ce Dieu pendant le cours de la guerre qu'ils avoient avec les Gaulois. Tit. Lin. l. vj. cap. s. L'AN DE ROME 369. AVANT

JESUS-CHRIST 385. M. Manlius , qui pour avoir empêché les Gaulois de surprendre le Capitole, avoit acquis le glorieux nom de Capitolin , est condamné à mort comme séditieux , & afpirant à la Roïauté, & sur le champ précipité du mont Tarpeïen.Tit. Liv. l. dj. C. 20. Plutarc. in Camil. p. 148. Dio apud Valefium p. 582. Val. Max. I. rj. c. 3. Aulus Gel.l. xvij. c. 2. Quan drigarius ibid. L'AN DE ROME 375. AVANT

JESUS-CHRIST 379. Erreurs des Historiens Grecs do Ron,

mains. Plutarque dans la vie de Camille

[merged small][ocr errors][merged small]

pag. 150, fait une longue description de la derniere bataille que ce grand Général gagna, selon lui, à l'âge de près de quatre-vingt ans contre les Gaulois, la treiziéme année depuis la prise de Rome. Dacier , le P. Catrou & plusieurs autres modernes croient, qu'il y a faute dans le texte de Plutarque , & qu'au lieu de treiziéme année, il faut lire la vingt-troisiéme: mais ils se trompent, car Polyæn l. 8. c. 7. place l'événement fabuleux dont il s'agit à la treiziéme année après le sac deRome. Quadrigarius cité par Tite-Live le portoit à l'année 386 ; mais TiteLive lib. 6.c. 42. soûtient qu'il faut le porter au moins dix ans plus bas. Ce. pendant ce même Historien la fixe à l'année 392 de Rome , qui n'est que la sixiéme des dix qu'il vient de marquer. Tant il est vrai que le mensonge n'est jamais d'accord avec luimême. Les Gaulois depuis leur sortie volontaire de Rome, ne font revenus sur son territoire que trente ans après ; parce que durant tout ce tems-là ils eurent des guerres civiles & étrangeres à soûtenir. Mais les trente ans écoulés, ils revinrent & se répandirent dans les plaines & sur les hauteurs d'Albe , qu'ils ravagerent à leur gré, sans que les Romains osassent y mettre obstacles , ni fortir de l'enceinte de leurs murs. Polyb. I. ij. p. 106. L'AN DE ROME 385 AVANT

JESUS-CHRIST 369. Denys Tyran de Syracuse , allié des Lacédémoniens, envoïe au secours de ces derniers vingt galeres chargées de cinq mille hommes de pied, & de cinq-cens chevaux tant Gaulois qu'Espagnols. Ces troupes arrivent à Corinthe assiégée alors par les Béotiens, & forcent ces derniers à lever le siége. Xenoph. l, viij. p. 617. Diod. Sic. l. xv. P: 381. L'AN DE ROME 386. AVANT

JESUS-CHRIST 368. Second renfort composé de seuls Gaulois envoïé l'année suivante aux Lacédémoniens, par Denys, sous la conduite de Ciffidas, Il aborde dans

un

un port de la Laconie , & joint l'armée des Lacédémoniens commandée par Archidame. Les armées combinées forment ensemble & succefsivement le siége de Caryes & de Parrhafie : elles emportent la premiere, & manquent l'autre. Cissidas fe retire avec ses gens, & prend le chemin de la mer pour se rembarquer.

Mais il enfile un chemin dont les Mesleniens s'étoient rendu maitres. Archidame accourt à fon secours & le dégage. Cislidas & Archidame marchent ensemble, & peu de jours après ils gagnent la fameuse bataille, que les anciens ont appellée LA JOURNÉE SANS LARMES. Xe. noph. l. vij. p. 619. & seq. Diød. 1. XV. p. 383. Plutarc. Agefil. p. 614.

Les Gaulois d'Italie font déchi. rés

par des guerres intestines , qui se succédent les unes aux autres. Polgb. l. ij. p. 106.

Les barbares qui habitoient les Alpes , sont jaloux des conquêtes que les Gaulois avoient faites en Italie, & leur font la guerre. Polyb. ibid.

M

Faussetės avancées par les Histo

riens Grecs e Latins.

les Gaulois ap

» Sur le bruit

que » prochoient, dit Tite-Live , tout » Rome fut dans la confternation. » Le Sénat l'en tira en créant Ca» mille Dictateur pour la cinquiéme . fois. L'Historien Claudius, ajoûw te-t'il , écrit , que les Romains en » vinrent aux mains cette année avec » les Gaulois le long de l'Anio , & » que c'est alors que T. Manlius ac.

quit tant de gloire sur le pont de » cette riviere, en tuant à la vûë des » deux armées un Gaulois , qui avoit » défié les Romains , & en lui ôtant w fon collier. Mais , continue-t'il, » j'embrasse volontiers le sentiment » de plusieurs autres Ecrivains, qui » portent cet événement à dix ans » au moins plus tard. Ce qui est cer. » tain , c'est que les Gaulois firent » cette année une irruption dans le » territoire d'Albe. » Et tout de suite notre Historien fabrique une description à son gré d'une sanglan

« AnteriorContinuar »