Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fait pas

tant , pour mériter l'attention de Tite-Live. D'où vient donc qu'il n'en

pas mention? L'AN DE ROME 419. AVANT

JESUS-CHRIST 335.. Rome joüisfoit d'une assez grande tranquillité, quand je ne sçai quel bruit qui se répandit , que les Gaulois armoient, jetta autant de trouble dans l'esprit de ses habitans, que fi la

guerre avoit été déclarée ; car on créa un Dictateur , qui fut M. Papirius Crassus. Celui-ci nomma P. Valerius Poplicola Général de la Cavalerie. L'un & l'autre apporta biers plus de soin à faire des levées de troupes, que si l'on eut eu à faire à d'autres ennemis. On en étoit-là, quand les espions, qu'on avoit envoïés sur les lieux rapporterent que les Gaulois ne fon geoient pas à remuer. Tit. Liv. lib. viij. C. 17.

Alexandre arrive aux bords du Danube , le plus grand fleuve de l'Europe. Comme son cours est fort long , il arrose les terres de quantité de nations belliqueuses , dont la plûpart ont une origine Celtique : &

[ocr errors]

a

c'est chez ces derniers qu'il a fa fource. Arrian. Expedit. Alex. p. 3.

Alexandre campant sur les rives du Danube, reçut les Députés, tant de quelques peuples, qui habitoient le long de ce fleuve, que ceux de Sirmus Roi des Triballes , & ceux des Celtes, qui sont sur les côtes de la mer d'Ionie. Ces derniers sont tous de grands hommes, & pensent d'eux-mêmes fort avantageusement. Ces Députés demandoient tous au nom des peuples qu'ils représentoient, de faire alliance avec Alexandre. Ce Prince y consentit: après quoi s'adressant aux Celtes, Quelle eft la chose du monde, dit-il, que que votre nation craint le plus ? Il se flattoit que l'éclat de son nom aïant pénétré jusques dans leur païs , & au-delà, ils répondroient incontinent que c'étoit son bras. Mais les Députés faisant attention non-seulement que

leurs terres étoient à une grande distance de la Macédoine, & d'un abord difficile, mais encore qu'Alexandre rouloit en tête une autre expédition, dirent que TOUTE LEUR CRAINTE ÉTOIT QUE LE CIEL NE VINT A TOMBER. Cette fiere réportse n'empêcha pas Alexandre de les traiter d'amis & d'alliés : mais après leur départ , il dit que les Celtes étoient un peu fanfarons. Aniar. l. I. P: 5. Edit. Parifi. an. 1575.

Strabon, l. vij. p. 303. A. rapportant la réponse des Celtes , dit qu'ils ajoûterent ; qu'au reste ils faisoient grand cas de l'alliance d'un Prince tel que lui. L'AN DE ROME 424. AVANT

JESUS-CHRIST 330. Les Romains n'étoient pas encore fortis des embarras, où les avoit jettés la guerre, qu'ils avoient avec les Volsces de Priverne, quand l'affreuse nouvelle se répandit , que les Gaulois étoient en armes. Le Sénat , selon la maxime observée de tout tems, n'eut garde de la négliger. Ainsi il ordonna sur le champ aux nouveaux Consuls L. Æmilius Mamercinus, & C. Plantius, le jour même de leur inauguration, qui étoit celui des Calendes de Juillet, de tirer au sort les Provinces : & comme la guerre qu'il falloit foûtenir contre les Gaulois,

[ocr errors]

étoit du lot de Mamercinus , il fut chargé en particulier d'assembler une armée toute affaire cessante. Personne ne fut exempt d'aller à la guerre. On enrôla jusqu'aux manoeuvres, & aux ouvriers les moins propres à છે manier les armes. Outre cette armée, qui ne devoit pas s'éloigner de Rome, de peur que l'ennemi cachant sa marche , ne la prît au dépourvû il y eut ordre d'en former une autre considérable à Veïes, qui devoit aller au-devant des Gaulois. Mais

peu de jours après ces arrangemens pris, on fut informé que les Gaulois n'avoient aucune expédition en tête : Ainsi les Romains tournerent toutes leurs forces contre les habitans de Priverne. Tit. Liv. I. viij. c. 20. L'AN DE ROME 430. AVANT

JESUS-CHRIST 324. La premiere année de la cent quatorziéme Olympiade, Alexandre re

des Députés de la plûpart des peuples du monde connu. Ils étoient chargés, les uns de le féliciter sur les grands succès, d'autres de lui offrir des couronnes , quelques autres de

çut

faire alliance avec lui, d'autres en core de lui remettre ce qu'ils avoient de plus précieux, d'autres enfin d'effacer les mauvaises impressions que ce Prince avoit conçuës contre eux.... Entr'autres peuples de l'Europe, dont on voioit les Députés, on comptoit les Illyriens, les Thraces mêmes, aussi bien que les Galates leurs voisins , dont le nom fut alors connu des Grecs pour la premiere fois. Diod. Sic. l. xvij. p. 579.

Alexandre retournant à Babylone des extrémités de l'Océan , apprend que les Députés des Carthaginois, & des autres peuples de l'Afrique, d'Espagne même, de Sicile; de la Gaule", de Sardaigne, aussibien que de quelques Cités d'Italie, , l'attendoient dans cette ville. Juftin. 1.xij. c. 13. Orof. l. iij.c. 20.

OBSERVATION S.

Quoique les Galates , dont parle Diodore de Sicile, soient originairement de la même nation, que les habitans de la Gaule dont Justin & & Orose font mention ; ils étoient à une très-grande distance les uns des

« AnteriorContinuar »