Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

te du couchant au midi, en déclinant vers P Est. Les présens des Hyperboréens n'approchoient

jamais des Gaules plus près , que du Golfe Adriatique. Herodote place les Hyperboréens à Pextrémité du Nord, en Callima

que dans l'Orient. Pag. 357

Quant à la situation de leur pays; » elle résulte du chemin qu'il falloit » tenir pour aller de ce pays à Deo „los : on en trouve la description

dans les Hymnes de Callimaque, 1 & plus éxactement encore dans le is quatrième Livre d'Herodote , qui '» s'en étoit fait instruire à Delos. On y voit que

de l'Occident le plus éloigné » les offrandes des Hyperboréens étoient » portées au golfe Adriatique ; que de w là, tournant au midi , elles étoient is remises aux Dodonéens, les

prew miers des Grecs qui les reçûffent ; » qu'ensuite ayant traversé les mon» tagnes, le golfe Meliaque & l'Eu

bée, elles étoient renduës à Dee los.

[ocr errors]

Je sçai que Pausanias change en- < Pag. 26. rierement cette route ; il suppose que Sinope, ville de l'Asie mineu-.. re sur le Pont-Euxin, étoit la pre-“ miere ville Grecque où l'on abor-doit; de-là, selon lui, on passoit dans l’Attique, & ensuite à Delos. Mais, &c. »

Puisqu'il faut donc s'en tenir à « Pag. 27. Callimaque & à Herodote , il est « évident, par ce que j'en ai rapporté, que la direction du chemin • dont il s'agit , jusqu'au golfe A-s driatique , est de l'Oüeft à l'Eft;c or il eft incontestable que cette di- re&tion ne peut partir que des Gau- * et les, & principalement des contrées.co les plus Occidentales de ce pays, na qui se terminoient à l'Océan.

Il faut que l'Herodote de l'Auteur moderne soit entièrement diffé rent des Herodotes de toutes les Bibliotheques de l'Univers, s'il est vrai qu'on y life que de l'Occident le plus éloigné, les affrandes des Hyperboréens étoient portées au golfe Adriatique. Je trouye au contraire dans le mien Lir. ir. 6. 33. pag. 235. que les prés

[ocr errors]
[ocr errors]

Jens dont il s'agit , étant remis entre les mains des Scythes, les Scythes les cona froient à d'autres peuples, da ces autres peuples à d'autres peuples encore , & ainsi de suite , jusqu'à ce que ces presens füffent arrivés au golfe Adriatique, qui eft fi loin, ou fi avant dans l'Occident.

Et en effet, le golfe Adriatique étoit au couchant des Hyperboréens; mais il n'étoit pour eux, ou pour leurs Commissionnaires, qu'une espece d'entrepos, où les uns & les autres n'arrivoient, qu'après avoir traversé des régions immenses enfoncées dans le nord. A cet entrepos les Hyperboréens, ou ceux qui étoient chargés de leurs offrandes, s'embarquoient & se rendoient à Delos, tantôt par mer, & tantôt

par

Ain fi la dire&tion du chemin que faisoient les présens des Hyperboréens, étoit d'abord du nord au couchant, & enfuite du couchant au midi, en déclinaht vers l'eft. Que l'Auteur moa derne décide à présent,si cette direction quâdre avec la position de la Celtique, & principalement avec les contrées les plus Occidentales de ce

terre.

païs , qui se terminoient à l'Océan; & qu'il nous dise si les habitans de la Celtique, principalement des contrées tes plus Occidentales de ce pays, qui auroient eu à faire à Delos, au lieu de s'embarquer à Marseille, ou à quelque autre port des environs, auroient pris le plus court & le plus droit chechemin en allant par terre au golfe Adriatique , afin de s'y embarquer, & de-là se rendre à Delos.

Les observations que je viens de faire, font voir que l'Auteur moderne s'est persuadé trop légerement, que Pausanias change la route qu'

'Herodote fait faire aux présens des Hyperboréens, tandis que les trois premiers quarts du chemin affignés par Pausanias, sont exactement les mê. mes qui sont marqués par Herodote. A Prafies, dit Pausanias, il y a un « Paufan, temple où l'on tient que les Hyper- . l. 1. pag. boréens envoïent leurs offrandes : car ils les donnent aux Arimafpes ceux-ci les remettent aux Issedons, & les Iffedons aux Scythes, qui les portent à Sinope , où les Grecs « quiy commercept s'en chargent jul-

590

[ocr errors]
[ocr errors]

qu'à Prastes , d'où les Athéniens » ont foin de les envoier à Delos. De même Herodote, avant que d'entamer la description du chemin, que les Hyperboréens ou leurs présens faisoient de l'extrémité du Nord julqu'à Delos, dit en termes exprès, que de tous les peuples de la terre les Hyperboréens sont les plus Septen

trionaux ; qu'en-deçà d'eux habitent Herodot. les Arimaspes, puis les Iffedons, & 1. iv. c. ensuite les Scythes. Après quoi,com

mençant un peu plus bas l'Itineraire dont il s'agit, il dit que les Scythes confient les présens des Hyperboréens à leurs plus proches voisins, & ceux-ci à d'autres, en avançant toujours de proche en proche , jusqu'à ce qu'ils arrivent au golfe Adriati; que, qui est bien avant au couchant. L’Itineraire de Pausanias eft donc mot pour mot le même que celui d'Herodote , jusqu'à la Scythie inclusivement. Or cette partie de l'Iti neraire en fait seule les trois quarts. S'il y a quelque différence dans la suite, c'est que ceux qui recevoient les présens des Hyperboréens des

« AnteriorContinuar »