Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

Tâchant entre mes mains , avec un soin extreme

3 De réchauffer les mains , de fecher les cheveux.

O foins contraires à mes yæux !
A peine il est seché, que d'une main hâtée

Il prend un trait dans son carquois,

Un trait fatal dont il fait choix.
La corde de mon arc n'est-elle point gâtée ?

Dit-il , essayons : & soudain
Il décoche ce trait , & m'en perce le sein.
Il s'applaudir du coup , & de joie il en saute,
Et me dit, en partant , avec un ris moqueur ,
Mon arc n'est point gâté ; mais prends garde à ton

:

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

cour.

Adieu. Je paye ainsi mon bôte,

PAINS

ܐ

A

REMARQUES

SUR L'ODE III. u milieu de la pluie , &c.] J'ai cru

devoir d'abord marquer qu'il pleuvoit , quoi que l'original ne le fasse entendre que plus bas,& il m'a paru que minuit étoit assez exprimé dans le même vers sans que je traduisisse. encore

Στρέφεται ότ' Αρκιος ήδη

Κατα χαρα τιώ Βοώτε, C'est à dire, comme l'a traduit Madame D.... Lorsque l'Ourse tourne deja fous la main du Bootés. Cette érudition astronomique , qui pouvoit plaire du tems d'Anacreon , où l'on s'appliquoit davantage à la connoissance des Aftres, n'eût été entenduë

que d'un petit nombre de nos Sa

vans,

L'autre jour à ma porte on vine faire du bruit.] Le Grec dit que c'est l'Amour qui vint faire ce bruit,mais il m'a semblé que je le devois nommer plus bas, pour sufpendre l'esprit du lecteur, & exciter davantage fa curiosité, Mr de la Fontaine qui a traduit, ou plutôt imité cette Ode , n'a nommé l'Amour qu'à la fin.

Un carquois tout rempli de fléches ascrées Refonnoit sur son dos, áci

J'ai imité ce vers d'Homere , c'est le 46. du 1. L. de l'Iliade.

Ε' κλαγξαν δ'αδοϊσοι επ' ώμων χωομένοιο. Virgile l'a aussi imité en parlant d'Apollon , auquel il compare Enée,

Tela fonant humeris. Frappé de crainte de de respec7.] Covers & les deux autres qui suivent, ne sont point dans le Grec.J'ai été obligé de les ajouter, en faisant connoître que c'étoit l'Amour qui avoit frappé à la porte d'Anacréon.

O soins contraires à mes veux ! ! Cette exclamation , qui est de moi, m'a servi de liaison pour ce qui suit.

El ayons, repower. J'ai cru luperflu de traduire le vers qui suit. Me le Fevre, ni Mad. D. n'y trouvoient point de sens, & Mr D. l'a corrigé. Je ne nie pas que la correction ne soit tres sensée. Il me semble toutefois qu'il n'en est pas besoin pour entendre ce vers tel qu'il est dans l'original. Tote Togor Ba Hool yür. Il ne faudroit qu'en faire une interrogation. Ai-je encor mon arc ? C'eft un doute que l'Amour pou. voit avoir , après le desordre où il avoit été, en entrant dans la maison d'Anacreon.

Je paie ainsi mon hôte. ] J'ai ajouté cela, pour montrer que l'Amour en agit ainsi avec ceux qui le reçoivent,.& c'ext le sens de toute l'Ode.

nc

[merged small][merged small][ocr errors]

,

Επί λωτίναις τε ποίαις Στoρέσας θέλω Φe9πίνειν. Οδ'E'egoς χιτώνα δήσας Υπέρ αυχένος παπύρω Μέθυ μοι διακονεία. και Τροχός άρματος και οία » Βίοις τρίχε κυλιθείς,

Ολίγη 3 κεισόμεθα

Κόνις οσίων λυθέντων.
Τί σε δεί λίθον μυρίζειν,
Τί δε γη χέειν μάταια και
Εμι μάλλον , ως έτι ζω,
Μύeμσον , ρόδοις και κράτα
Πύκασον , κίλει δ' εταίρω.
Πρίν Ε'eας εκεί μ' απελθείν
Υπο νερπέρον χορείας ,
Σκεδάσα θέλω μερίμνας.

[ocr errors]

ODE IVA

[ocr errors]

O ODE IV. SUR L'USAGE DE LA VIE.

Les pans

Couché sur un tendre feuillage, De tréfles verdoyans , de myrthes amoureux , Je veux faire en mes sens couler ce doux breuvage.

Que le Dieu, dont je sens les feux D’un ruban sur son dos retroussant avec grace

de son leger manteau , Prenne soin de remplir må tasse.

Le tems comme un char fuit & passe, Et lon rapide cours nous entraîne aư"tombeau.

Là nous ne sommes plus que cendre.
Et que me servira, finissant mon deftia ,

Que sur moi l'on vienne répandre
Des fleurs, des parfums , & du vin !

Suivons une plus juste envie.
Tandis que nous vivons couronnons-nous de

fleurs. Parfumons-nous": Et toi , doux Tyran de nos

caurs, Va mc chercher l'objet dont mon ame est ravie.

Je veux , ayant qu'aux sombres bords J'éprouve les plaisirs qu'on goûte chez les Morts, M'assurer de ceux de la vie.

B

« AnteriorContinuar »