Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][subsumed][merged small][merged small]

Qui par

Dans

Ans l'Automne il est doux de voir De filles, de garçons une troupe mêlée ,

Qui d'une vigne dépoüillée
Portent dans des paniers des raisins au preffoir.

Sous leurs pieds des hommes les foulent ,
Et des grains brisez autour d'eux
S'élevent des flots écumcux,

d'étroits canaux dans la cuve s'écoulent, Où l'on va puiser à pleins seaux,

Pour remplir de nombreux tonneaux.
A grand bruit cependant on chante les louanges

Du Dieu qui preside aux vendanges ;
Et quel objet charmant pour cux!
Quel plaisir de voir dans la tonne

Le vin qui fremit , qui bouillonnc,
Le doux fruit de leurs soins, le comble de leurs

vaux! A pleines tasses on cn goûte.

Les vieillards yvres & tremblans Dancent d'un pied pelant sous la rustique yoạte ,

En fec

Aing Bacc

ode"906 execw sángwr
llegdómiy gaére we glosass.
ο 3 μή λόγοισι πείθων,
Τότε μη θέλεσαν άγχει.
Μετα ο νέων και Βάκχος
Μεθύων άτακτα παίζε.

Unic va sur le

Par le vin a Il voudroit Son réveil

S'oppose que

* REMARQUES

Mais son as Ez lui donc C'ch ainsi

SUR L'ODE LII.

E

[blocks in formation]

T des grains brise7 autour d'eux, &c.]

Ce vers & les quatre autres qui suivent, font de moi. Il m'a semblé que c'étoit une peinture qui achevoit l'idée d'Anacreon.

Ainsi Bacchus encor jonë avec la vieillesse. ] J'ai ajoûté ce vers , qui en répondant au dernier de cette Ode , marque d'autant plus la comparaison des plaisirs de la vieillesse avec ceux de la jeunesse

. Va sur le verd gazon furprendre, &c.] La correction faite par Mad. Dacier de sa voleis, en mettant éaúoosi, se glise, cft très-vrai-semblable. Il faut là un verbe, & non pas un participe, mais je ne sai fi lavorsi, qui signifie involvit , peut être mis là pour advolvit fe , en fous-enten

En

Bancu e que era celui-là.

dont la trrale ni si

Cette C for infini l'agrémer

En fecouant leurs cheveux blancs. Aing Bacchus encor jouë avec la vieillesse,

Un jeune Vendangeur plus loin Va sur le verd gason surprendre la Maîtresse, Par le vin affoupie, à l'ombre, & sans témoin.. Il voudroit dérober un baiser sur sa bouche. Son réveil le prévient, & sa pudeur farouche S'oppose quelque temps à son propre defir: Mais son amant plus fort met à bout sa foiblesse , Et lui donne à la fois l'excuse & le plaisir.. C'est ainsi que Bacchus jouë avec la jeunesse.

dant fe , ou bien advolvitur , au paffif. Peut-être y a-t-il quelque vers oublié dans l'Original où étoit le verbe qui regit toute la phrase.

Et lui donne à la fois , &c.] Ce vers est de moi. Je l'ai mis au lieu róte un Oéarruv daxeEt même j'ai plutôt imité que traduit les trois vers qui precedent celui-là. Il y a quelquefois des choses, dont la traduction ne doit pas être si litte

fi rale ni si fidele.

Cette Ode fait dans l'Original un plaifir infini par la varieté, la naïveté , & l'agrément des peinturos qui s'y trouvent.

VINN

ώδη γ.

[merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small]

ΕΙΣ ΡΟΔΟ Ν..
Στεφανηφόρου μες' προς

Μέλπομαι ρόδον θερινόν,
Σώεταιρεί αώξει μέλπει.
To do 28 deur inue,
Tó de rej Beools to

χάρμα ,
Χάρισίν τ' άγαλμα ώραις
ΓΙολυνθέων ερώτωτο
ΑΦe9δίσιόν τ' αθυρμα.

Τόδι και μέλημα μύθοις,
Χαρίες φυτόν το Μεσών.
Γλυκυ και ποιόντα ποίeαν
Εν ακανθίναις αταρπούς,

Γλυκο δ' αν λαβόντα θέλπεις
Μαλακαϊσι χερσί κεφας
Προσάγοντ' έρωτος αθος.

Ω' σοφα το ωτο πρπιόν,
Θαλίας τε και τραπέζις,
Διονυσίας και εορταϊς.
Ti d and pódbu glóoir av

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]

ODE LIII.

ELOGE DE LA ROSE.

A Mi, chantons la Aeur brillante,

[ocr errors]
[ocr errors]

Dont se couronne le Printems,
La Rose dont l'odeur charmante

Reveille , réjouit nos sens.
La Rose est le parfum de la troupe immortelle ,
Les Graces & Venus', dans la saison nouvelle ,

Mêlent la rose à lcurs atours,
Pour dancer avec les Amours.
Des Nimphes, des Muses divines,
Elle est le soin & le desir,
Et l'on la cueille avec plaisir,

Quoiqu'on se pique à ses épines.
Par elle nous jugeons si nous sommes aimez,

Quand , sur deux doits en rond fermez ,
Nous frappons fa feuille étenduë.
A la table , dans un festin,

Dans les fêtes du Dieu du vin,
Le beau feu de la Rose éciate â nôtre vûë.
L'Aurore sur ses doits , les Nymphes sur leurs

[ocr errors]
[ocr errors]

bras

2

« AnteriorContinuar »