Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Où sont ces peuples fi braves, Dont les nombreux escadrons , Des Anglois & des Bataves Devoient vanger les affronts a Où sont ces Chefs fi terribles , Qui , loin de nous , invincibles, Par mépris , & comme un jeu , Vouloient a montrer à leurs Bellcs La mort sur nos Citadelles Tombant en globes de feu ?

[ocr errors]
[ocr errors]

a Ils avoient invité les Dames de Turin alle bombardement de Pignerol.

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

A l'occasion d'une Comedie qu'elle composa,

en qu'elle fit representer secrettement par des Dames de la Cour , elle-même y joñant,

le personnage d'une Esclave. Pourquoi , belle Princesse, envier à nos yeux De vôtre esprit divin les efforts glorieux ? Dans le fond d'un palais , loin de nous, renfermée, Vous esperez en vain tromper la Renommée, En vain vous écartez la foule des témoins D’un spectacle galant préparé par vos soins , Malgré vous, la Déeffe invisible & presente Vous a vûë, au milieu d'une troupe charmante', Et d'un geste & d'un ton par les Graces dicten De vôtre propre ouvrage animer les beautez. Quelle fut sa surprise ! Et quel plaisir pour elle D'en aller aux neuf Sæus apprendre la nouvelle !

On sait, Muses, dit-elle, on fait que mille fois

sil

De

On

La v

Leur

Ainf

Expc

Du nom de VIOLANTE ont retenti vos bois.
Sa beauté, son esprit ne peut plus vous surprendre:
Mais qui peut concevoir ce que je viens d'entendre ?

Souvent, de la Nature empruntant les couleurs ,
De feintes passions nous ont tiré des pleurs :
Mais ceux qui sur la Scene, en feurs doctes ouvrages,
En offrent à nos yeux de si vives images,
Par"épreuve ont connu ce que leur Art décrit ,
Et leur caur peut sans peine instruire leur esprit.
Quel plus rare prodige ! Une jeunc Princesse ,
A qui le ferme appui de la haute sagesse
Fit toûjours ignorer ces transports violens ,
Qui soûmettent une ame à l'empire des sens ;
A nos regards charmez en trace une peinture,
Ou le cæur attendri reconnoît la Nature.
D'un Epoux, il est vrai , plus charmant que l'A-

Vio

L'in

OF

Du

De

Pou

Ma.

[merged small][ocr errors]

Pu

VI QL

N

Le merite la feut enflammer à son tour ;
Mais de ces feux contens, sans trouble , fans foiblesse,
Le Theatre å regret expose la tendresse.
Il faut aux vils mortels conduits par leur penchant
Du malheur, qui le suit , faire un tableau touchant,
Il faut los effrayer par l'exemple funeste,
Ou du crime de Phedre , ou des fureurs d'Oreste
Et lors
que

d'un Heros on leur peint la vertu,

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

S'il n'est des passions ou du sort combatiu,
De l'assiette d'un cour fi ferme , fi tranquile ,
On offre à leur foiblesse un modele inutile ;
La vertu de fi haut blesse leurs yeux jaloux,
Leur semble inaccessible, & les rebute tous.
Ainsi d'un ton plaintif, sous l'habit d'une esclave,
Exposée aux rigueurs d'un destin qui la brave ,
VIOLANTE aujourd'hui nous montre en ces revers.
L'innocente Vertu qui gémit dans les fers.
O Peuples , quel bonheur, de voir vôtre Princesse
Du cæur humain pour vous revêtir la foiblesse !
De l’Amour & du fort subir ainsi les coups ,
Pour vous montrer en loi ce qu'il faut craindre

en vous ! Mais vous , savantes Sæurs , par des chants dignes

d'elle, • Rendez un juste hommage à sa gloire immortelle,

Publiez à l'envi l'excez de ses bontez.
VIOLANTE n'est pas de ces vaines Beautez ,
Qui préparant aux cours des fers & des allarmes,
Ne s'occupent jamais que du soin de leurs charmes.
De cette même main , qui fait de ses cheveux
Les liens d'un Epoux, digne objet de ses veur,
Elle fait vous donner les

marques les plus cheres Du zele , qui l'attache à vos sacrez misteres..

C'est ainfi qu'autrefois le second des Cesárs,
D'un accueil favorable honorant les beaux Arts
De cette même main, qui lança le tonnerre,
Dont le bruit à ses loix follmit toute la terre,
Traçoit un docte ouvrage, ou le sort inhumain
Forçoit le fier Ajax à se percer le fe in.

Elle dit , & soudain les échos du Permesse
Retentirent de cris & de chants d'allegresse,
De son onde plus pure il versa les crésors,
Et les lauriers plus verds fleurirent sur ses bords,

L'AVIS INUTILE.

Malheur

O DE

5 Alheureux mille fois quiconque dans ces lieux

· Voulut faire briller ton éclat à nos yeux ,

Fleur superbe, fleur sanguinaire. Puisses-tu désormais naître autour des tombeaux; Que le Ciel irrité te refase ses eaux ; Que le Soleil , quc tout te devienne contraire.

Ainfi d'une voix fiere exprimant ses souhaits , Iris, qui d'une rose ayoit senti les traits,

« AnteriorContinuar »