Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][merged small][merged small]

C'est ainsi qu'autrefois le second des Celárs,
D'un accueil favorable honorant les beaux Arts,
De cette même main, qui lança le tonnerre,
Dont le bruit à ses loix soứmit toute la terre,
Traçoit un docte ouvrage, ou le fort inhumain
Forçoit le fier Ajax à se percer le fe in.

Elle dit , & soudain les échos du Permesse
Retentirent de cris & de chants d'allegresse ,
De son onde plus pure il versa les trésors,
Et les lauriers plus verds fleurirent sur ses bords.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

L'AVIS INUTILE.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

ODE

25 Malheureus

Alheureux mille fois quiconque dans ces lieux
Voulut faire briller ton éclat à nos yeux,

Fleur superbe, Aeur sanguinaire.
Puisses-tu désormais naître autour des tombeaux;
Que le Ciel irrité te refuse ses eaux
Que le Soleil , quc tout te devienne contraire.

Jeu

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]

Ainfi d'une voix fiere exprimant ses souhaits , Iris, qui d'une rose avoit senti les traits,

Se

[ocr errors]

Exhaloit son dépit contre elle. Tirsis , qui l'adoroit , malgré mille mépris, A quelques pas loin d'elle, écoutoir tout surpris Ce discours, qu'en ces mots poursuivoit la Cruelle.

es O Rose, ingrate Rose, objet de mon dépit , En ce jour, il est vrai , la fortune te rit ,

Tu fais les delices de Flore. Par un charme commun, tu vois mille flateurs Te donner les noms d'Astre & de Reine des fleurs, Et préferer ta pourpre à celle de l'Aurore,

es Ainsi de toi contente & fiere de ton sort , Tes traits de toutes parts , pour garder ton abord,

Tè font de redoutables armes. Tu viens de t'en servir , pour blesser cette main , Qui t'eût fait aujourd'hui , te plaçant sur mon sein Un sort, dont plus d'un cæur eût envié les charmes,

985 Mais enfin je connois tes fragiles appas. Je veux , je veux dans peu les fouler sous mes pas ;

Tous Aétris , défarmez d'épines. Je veux , pour me vanger, voir ces mêmes zephirs , Qui latent ton orgueil du bruit de leurs soupirs, Sc faire un vil jouet de tes tristes ruines.

[ocr errors]
[ocr errors]

QL

35
Ah! s'écria Tirfis , je vous prens à ces mots.
De ces charmés divins qui troublent mon repos

Faites-vous un meilleur usage ?
Sont-ils donc,belle Iris, feurs d'un plus long destin?
Et ne pourrois-je pas dans un même chagrin
Leur appliquer ici vôtre même présage ?

3
A ces mots prononcez d'un ton soûmis & doux,
L’Ingrate contre lui tourna son fier courroux,

Insultant à ses maux extrêmes.
O frivole Raison, quel est ton vain secours !
Nos deffauts en autrui nous blessent tous les jours,
Et nous nous offensons qu'on les blâme en nous-

mêmes,

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

601601

张號說謊婆說:荒

就能带號號 SUR LE PORTRAIT d'une Dame peinte en Flore.

Flore venoit d'entendre dire Qu'on voyoit depuis peu son portrait dans Paris, Qu'à le voir seulement, on se sentoit épris

, Des mêmes feux qu'allume un objet qui respire. Aussi-tôt de Marli , siege de son empire,

La Déesse part en secret ,

Chez le Peintre arrive inconnuë, Se mêle aux lpectateurs , & s'attache au portrait, Mais ô Aateur espoir détruit par cette veuë ! Elle n'y trouve d'elle aucun air , aucun trait. C'est une autre Beauté lous les habits de Florea

Plus brillante, plus belle encore. Elle-même en convint dans le fonds de lon cours

Mais l'eut-on crû d'une Immortelle ? Elle eut la vanité de laisser dans l'erreur

Ceux qui croyoicnt que ce fût elle.

[ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]

梁凯瑟蒙蒙

:::

POUR
MADAME LA PRINCESSE

DE TOSCANE,
FILLE DU GRAND DUC,

Maintenant Electrice Palatine. Comme elle entroit dans une Eglise, qui étoit parée pour la fête du Saint qu'on

y celebroit ce jour-.
Q
Uelle est cette Beauté plus fraîchc, plus bril-

lante,
Qu'en rallûmant le jour, n'est l'Aurore naissante ?
Du celeste sejour descend. elle en ces lieux ?
Il n'en faut point douter , elle est du sang des Dieux.
Son air, fa majesté, n'est point d'une Mortelle.
Ce temple qu'elle aborde est préparé pour elle.
Elle

у vient recevoir les honneurs souverains
Du culte, que les Dieux exigent des humains.
Sur la porte du Temple une troupe sacrée
Vient , pleine de respect , attendre son entrée.
Les voutes, les autels , les murs de toutes parts
D'ornemens pretieux brillant à ses regards,
Les encens , les concerts , la foule qui s'empresset,

Tout

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small]
« AnteriorContinuar »