Imágenes de páginas
PDF
EPUB

EUPHEMIE. Mais j'étois à Paris depuis deux jours.

DAMIS.

Madame
On n'a jamais brûlé d'une si belle fâme.
Plus l'aveu vous en plaît , plus mon cœur est content,
Et mon bonheur s'augmente en vous le racontant,

EUPHEMIE.
Je suis sûre , Damis , que cette confidence
Vient de votre amitié , non de votre imprudenca

DAMIS
En doutez-vous ?

EUPHEMIE.

Eh ! eh!... mais enfin entre nous Songez au vrai bonheur , qui vient s'offrir à vous. Hortense a des

appas ; mais de plus cecce Hortense Eit le meilleur Parci qui soit pour vous en France.

[ocr errors]

DA MIS.

Je le sçai.

EUPHEMIE.

D'elle seule elle reçoit des loix, Et le don de la main dépendra de son choix.

[ocr errors]

DAMIS.

Et tant mieux.

EUPHEMIE.

Vous sçaurcz Aatter son caractere,
Ménager son c pric.

DAMIS.
Je fais mieux , je sçai plaire.

EUPHEMIE.
C'est bien dit ; mais, Damis,elle fuït les éclats,
Et les airs trop bruïans ne l'accommodent pas.
Elle peut , comme une autre ,avoir quelque foiblesse jeta
Mais jusques dans ses goûts elle a de la fageffe ,
Craint sur-tout de le voir en spectacle à la Cour,
Er d'être le sujet de l'histoire du jour.
Le secret , le mistere est tout ce qui la facte.

DAMIS.
Il faudra bien pourtant qu'enfin la chose éclatte.

EUPHEMIE.
Mais près d'elle en un mot quel fort vous a produit?
Nul jeune homme jamais n'est chez elle introduit.
Elle fuït avec soin , en personne prudente,
De nos jeunes Seigneurs la cohuë éclatante.

[ocr errors]

DAMIS.
Ma foi chez elle encor je ne suis point reçû.
Je l'ai long-temps lorgrée ; & grace au Ciel j'ai pla.
D'abord elle rendit mes billets sans les lire;
Bien-tôt elle les lût, & daigne enfin m'écrire.
Depuis près de deux jours je goûte un doux espoir ;
Et je dois en un mot l'entretenir ce soir,

EUPHEMIE.
Eh bien, je veux aussi l'aller trouver mol-même,
La Mere d'un Amant qui nous plaît , qui nous aime,
Eft toûjours

que je croi reçûë avec plaisir. De vous adroitement je veux l'entretenir , Er disposer son cæur à presser l'hymenée,

Art of
Qui fera le bonheur de votre destinée.
Obtenez au plûtôt & fa main, & la foi.
Je vous y servirai , mais n'en parlez qu'à moi.

DAMIS.
Non, il n'est point ailleurs, Madame, je vous jure,
Une Mere plus rendre, une amitié plus pure;
A vous plaire à jamais je borne tous mes veux.

EUPHEMIE.
Soïez heureux, mon Fils , c'est tout ce que je veux.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

M

A Mere n'a point cort, je sçai bien qu'en ce monde

Il faut, pour réüllir , une adresse profonde. Hors dix ou douze Amis , à qui je puis parler , Avec toute la Cour je vais dislinnuler. Ça pour micux essaïer cette prudence extrême, De nos secrets ici ne parlons qu'à nous-même. Examinons un peu sans témoins, sans jaloux, Tout ce que la Fortune a prodigué pour nous. Je suis dans une Cour , qu’une Reine nouvelle Va rendre plus brillante, & plus vive & plus belle Je ne suis pas trop vain ; mais entre nous je croi Avoir tout-à-fait l'air d'un favori du Roi. Je suis jeune, assez beau , vif , galant , fait à peindre , Je sçai plaire au beau Sexe , & sur-tout je sçai feindre. Colonel à treize ans ; je pense avec raison, Que l'on peut à trente ans m'honorer d'un bâton.

Heureux en ce moment, heureux en esperance,
Je garderal Julic , & vais avoir Hortensc.
Possesseur une fois de toutes ses beautez,
Je lui ferai par jour vingt infidelitez ;
Mais sans troubler en rien la douceur du ménage,
Sans être soupçonné, sans paroître volage,

Avec cet air aisé, que j'attrape si bien,
· Je vais être de plus maître d'un très-gros bien.
Ah ! que je vais tenir une table excellence !
Hortense a bien , je crois , cent mille francs de rente.
J'en aurai tout autant; mais d'un bien clair & net.
Que je vais désormais couper au Lansquenet !

Ен

SCENE III.
DAMIS, TRASIMON.

DAM IS.
H! bonjour Commandeur.

TRASIMON.

Aïc ! ouf!on m'estropie...

DAMIS.
Embrassons-nous encor, Commandeur, je te prie.

« AnteriorContinuar »