Imágenes de páginas
PDF
EPUB

秋田

APPROBATION DU CENSEUR ROYAL.

J'intitulé ! Eai fier les probabilités de la durée de la vie humaine.

'AI lû par ordre de Monfeigneur le Chancelier, le Manufcrit

Cet Ouvrage m'a paru utile & intéreffant; peu de perfonnes ont traité le même fujet d'une maniere fi étendue. L'Auteur a enrichi cet Effai de plufieurs Tables, pour lefquelles il a fallu faire beaucoup de recherches : l'application de ces Tables peut être d'un ufage important, en même tems qu'elles fervent de preuve à la Théorie que M. Deparcieux a adoptée. Fait à Paris ce 5. Août 1745.

MONTCARVILLE.

Extrait des Registres de l'Académie Royale des Sciences.
Du 21 Juillet 1745.

MESSIEURS Nicole & de Buffon, qui avoient été nommés

pour examiner un Ouvrage de M. Deparcieux, de la Société Royale des Sciences de Montpellier, intitulé: Effai fur les probabi lités de la durée de la vie humaine, en ayant fait leur rapport; l'Académie a jugé que cet Ouvrage étoit fait avec beaucoup de foin & d'intelligence, & pouvoit être au Public d'une grande utilité. En foi de quoi j'ai figné le préfent Certificat. A Paris ce 24 Juillet 1745. GRANDJEAN DE FOUCHY,

Sécretaire perpétuel de l'Académie Royale des Sciences.

Extrait des Regiftres de la Société Royale des Sciences.

Du 16 Août 1745.

de Guilleminet & moi, qui avions été nommés pour examiner un Ouvrage de M. Deparcieux, intitulé: Essai fur les probabilités de la durée de la vie humaine, d'où l'on déduit la maniere de déterminer les rentes viageres, tant fimples qu'en Tontines, en ayant fait

notre rapport, la Compagnie a jugé que les recherches de M. Deparcieux, étoient extrêmement intéreffantes; qu'il en déduifoit les Rentes viageres de toute efpece, par une méthode auffi exacte que fimple ; qu'on lui avoit beaucoup d'obligation d'avoir calculé un grand nombre de Tables qui rendront l'application de fes principes fort aifée dans la pratique; qu'ainfi on ne fçauroit trop fe hâter de donner au Public un Ouvrage qui lui fera infiniment utile: En foi de quoi j'ai figné le préfent Certificat. A Montpellier ce 26 Août 1745. DE RATTE,

Sécretaire perpétuel de la Société Royale des Sciences.

ERRAT A.

Age 78, ligne 21, au lieu de cones, lifez colonnes. Page 99, ligne 22, au lieu de feroit, lifez feroit. Table III. denier 16 vis-à-vis 98 ans, au lieu de 1855 liv. 14f. 10 d. lifez 1595 liv. 14f. 10 d. Table VII. colonne C, vis-à-vis de l'âge de 22 ans, au lieu de 295, lifez 195. Table XIII. feconde colonne, vis-à-vis de l'âge de 2 ans, au lieu de 6, lifez 65. Table XIX. denier 16, colonne du milieu, vis-à-vis l'âge de 35 à 40 ans, au lieu de 14. 11, lifez 14. 11.6.

AVIS AU RELIEUR.

I faut toutes les

L faut mettre toutes les Tables à la fin du Livre. Les Tables VI. VII. VIII. IX. X. XI. XII. & XIII. feront attachées avec des onglets, en les pliant par le milieu, les titres à gauche, prenant bien garde de ne pas faire les onglets trop faillans, fur-tout aux Tables VI. VII. & XIII. attendu qu'elles ont fort peu de marge de toute part,

AVERTISSEMENT.

I

AVERTISSEMENT.

Liqui

A détermination des Rentes viageres, font le fujet de la troifieme Partie de cet Ouvrage, dépend de deux principes ; 1o. de l'Intérêt que l'argent doit rapporter : 2o. du plus ou moins de probabilités qu'il y a que la perfonne qui conftitue la Rente, vivra jufqu'à tel ou tel autre âge.

Cette feconde partie ne peut être établie que par des obfervations faites fur l'ordre de mortalité du genre humain, c'est-à-dire, d'après l'ordre que fuivent en mourant plufieurs nombres de perfonnes d'un même âge, à mesure qu'elles paffent d'un âge à un autre, depuis l'enfance jufqu'à l'extrême vieillesle.

La premiere Partie est entiérement géométrique, dès qu'on a fixé le denier de l'Intérêt: mais parce qu'il y a différentes fortes de Rentes viageres, il a auffi fallu construire plusieurs Tables dépendantes des Intérêts seu

A

lement; elles fe réduifent au nombre de qua tre, dont on verra le principe dans les quatre Problêmes de cette premiere Partie.

Ceux qui n'entendront pas le peu d'Algebre qu'on y employe, quoique très - fimple, pourront passer tout de fuite aux Regles & aux Exemples fans aucun fcrupule; ils entendront également bien la construction & les ufages des Tables. On n'a mis les Formules que pour faire voir le principe des Regles à ceux qui entendent feulement la réfolution des équations du premier degré.

V.LS

DES RENTES

A TERME,

O U

ANNUITÉS.

PROBLEME I.

Connoiffant un prêt p dont on laiffe accumuler les intérêts; & les intérêts des intérêts, trouver ce qui eft dú au bout d'un tems donné.

OITb l'intérêt que rapporte un certain fonds a,* p l'argent qu'on prête actuellement, &r l'argent qui fera dû au bout de tel nombre d'années qu'on voudra, y

* Le fonds a qui rapporte la rente b, fera nommé dans la fuite le denier de l'intérêt, & b l'intérêt, quels que foient les nombres exprimés par a & b. Ainfi lorfqu'on parlera d'un intérêt à 5 pour 100, a vaudra 100, & b vaudra 5; ou bien a vaudra 20, & b vaudra 1. S'il étoit question d'un intérêt à 6 pour 100, a vaudroit 100, & b yaudroit Ổ, ou bien a vaudroit 50, & b vaudroit 3. 6,

« AnteriorContinuar »