Imágenes de páginas
PDF
EPUB

100 par an

dans la colonne à gauche les années qu'on demande. Ainsi si en comptant les intérêts fur le pied du denier 18, on vouloit donner 10 pour on trouvera qu'on doit les payer pendant 15 ans. Si on ne vouloit donner que 8 pour 100 par an, en comptant les intérêts fur le pied du denier 16, on trouvera qu'on doit les payer pendant 25 ans & environ 22 jours, à caufe des deux deniers qu'il y a de plus dans la colonne du denier 16, vis-à-vis 25 ans.

Et enfin fi on connoît ce qu'on donne pour 100, & le tems pendant lequel on veut payer les Annuités, on trouvera le denier de l'intérêt, en cherchant ce qu'on donne pour 100 dans la ligne du nombre des années pendant lesquelles on veut payer la Rente: la colonne où l'on trouvera ce qu'on donne pour 100, ou le plus approchant, montrera par le nombre qui eft en tête, le denier de l'intérêt. Ainfi fi on vouloit donner 7 pour 100 pendant 25 ans ; cherchez dans la ligne de 25 ans, en paffant de colonne en colonne, le nombre 7 liv. 10 f. o d. vous trouve rez que les intérêts font comptés fur le pied du denier 18. Si on vouloit donner 10 pour 100 pendant 20 ans; cherchez dans la ligne de 20 ans le nombre 10 liv. o f. o d. vous trouverez

[ocr errors]

9 liv. 10 f. 10 d. dans la colonne du denier 14, & 10 liv. 8 f. 8 d. dans la colonne du denier 12. Or comme le nombre propofé 10 liv. o f. o d. tient à peu près le milieu entre les deux, on en conclura que les intérêts sont sur le pied du denier 13 ou environ.

La maniere d'emprunter enforte qu'on s'acquitte en payant une même fomme tous les ans pendant un certain tems, tant pour le capital que pour les intérêts, eft fans contredit celle qui doit être préférée à tous égards, & les Annuités remplissent parfaitement bien cette idée; mais la maniere de s'acquitter en payant tous les ans une même fomme, peut être variée de plufieurs façons. En voici une qu'on peut aisément employer lorsqu'on a de grands emprunts à faire: elle pourra fervir à faire naître d'autres idées.

Maniere de faire de grands Emprunts, plus commode que celles dont on fe fert.

Quand des États, des Compagnies, des Communautés, & même de riches Particuliers, font obligés de faire des Emprunts confidérables, ils devroient toujours y destiner une partie de leur revenu, qui fût au moins le double de l'intérêt de l'emprunt, dont une partie feroit employée

à payer les intérêts annuels, & l'autre à rembourfer tous les ans une partie des capitaux, ainfi qu'on le pratique aux emprunts fur les Poftes & à celui de l'Hôtel-de-Ville; mais on peut les difpofer d'une maniere plus commode pour les créanciers, fans être incommode pour les

débiteurs.

Suppofons un emprunt de 6000000 livres, qu'on divifera en 12000 Actions ou Billets de soo livres chacun, & qu'on veuille payer intérêt & capital en dix ans, & en dix payemens égaux, les intérêts fur le pied du denier 20: on trouvera ce qu'on doit payer par an par la Table IV; en difant :

Si 100 livres donnent 12 liv. 19 f. o d. combien donneront 6000000 livres.

La Regle étant faite, l'on trouvera 777000

livres.

Il est aisé de voir que fi on ne vouloit pas fournir une fomme fi confidérable par an, il faudroit prendre un plus long terme. Si on ne vou loit, par exemple, fournir tous les ans que le double de l'intérêt, il faudroit 14 ans & un peu plus, ainsi qu'on peut le voir par la quatrieme Table, ou par la troifieme. Mais nous fuppofons ici qu'on veut acquitter cet emprunt avec fes in

térêts dans l'espace de dix ans ; & on vient de .voir qu'il faut fournir 777000 livres par an: en voici la diftribution.

Les intérêts des 6000000 liv. font 300000 liv. qui étant ôtés des 777000 livres que le débiteur fournit à la fin de la premiere année, reste 477000 livres qui fourniffent dequoi rembourfer 954 billets. Le débiteur ne doit plus que 11046 billets, dont les intérêts dûs à la fin de la feconde année, font 276150, qui étant ôtés des 777000 livres que le débiteur fournit à la fin de cette feconde année, refte 500850, qui fourniffent prefque dequoi rembourfer 1002 billets, & ainfi des autres années, comme on le voit à la premiere partie de la Table V.

Par ce moyen, l'emprunt peut être fait par classes. Il n'y auroit que 954 billets pour être remboursés à la fin de la premiere année; il y en auroit 1002 pour être remboursés à la fin de la feconde année, 1052 pour être rembourfés à la fin de la troisieme année, & ainfi des autres, comme on le voit par la Table. Cette maniere d'emprunter, quelque nombre d'années qu'on prenne pour faire tous les payemens, feroit plus commode pour le Public. Chaque particulier choifiroit la claffe qui lui feroit rem

bourfer

[ocr errors]

bourfer fon fonds dans le tems où il compte en avoir befoin pour d'autres emplois; les uns en ayant befoin bien-tôt, & les autres pouvant le placer pour plus de tems. Ou bien l'on pourroit ne pas fixer avant l'emprunt les Actions de chaque claffe; mais dès que l'emprunt feroit fini, on mettroit tous les numéros des billets dans une roue de Loterie, & les 954 premiers numéros qu'on tireroit de la roue feroient remboursés à la fin de la premiere année; les 1002 numéros fuivans feroient remboursés à la fin de la feconde année; ·les 1052 numéros fuivans feroient remboursés à la fin de la troifieme année, &c.

Si on trouve que cette maniere divise trop les fonds des créanciers, on pourroit convenir qu'on ne tireroit qu'un feul numéro de la roue; celui-là deviendroit le premier, & seroient, lui & les 953 numéros fuivans avec ordre, remboursés à la fin de la premiere année; les 1002 numéros fuivans feroient remboursés à la fin de la feconde année; & ainsi de fuite. Et lorsqu'on feroit parvenu au dernier, on continueroit par les premiers 1, 2, 3, 4, &c. jufqu'au précédent de celui qu'on auroit tiré de la roue, qui feroit le dernier remboursé. La feconde partie de la même Table V, montre la diftribution du même emprunt, en comp

E

« AnteriorContinuar »