Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

l'accent y eft donc néceffaire Que fi on entend par accent la prononciation réguliere des mots marquée par l'élévation, ou par l'abaiflement de la voix les perfonnes de la Cour & de Paris qui parlent le mieux auront encore de l'accent; puif qu'elles ne manquent point à ces inflexions de la voix, qui font l'ame de la parole, l'expreffion naturelle des paffions eft une des chofes qui donnent le plus de grace au difcours,

Il faut donc de l'accent, de quelque façon qu'on l'entende; mais il y en a un bon de la Cour & des honnêtes gens de Paris il y en a de vicieux, qui font propres aux Pro

vinces.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

ACO-CO; Interjection qui répond à, pefte! Ce n'eft pas peu de chofe. Aco-co fou courajhë; voilà du courage, c'eft ce qu'on appelle du courage.

ACOITAR; v. l. Se hâter. 'Acôitatë ab më vënir viazamën tâchez de me venir joindre au plutôt.

ACOL; Mur de terraffe à pierre feche.

Faire la

ACOMUNALAR. v. 1. Faire part, participet. ACOR, fa l'acor paix, fe réconcilier. ACOSSELH; v. 1. Secré tement, en filence.

ACOU, ou cout; Pierre à aiguifer. En lat. Cos.

ACOUCARA, ou acoucari; acoquiner.

ACOUCARDI; Cagnard, fainéant. Dérivé de, Coucârou.

ACOUCHA (s') accoucher; & non, s'accoucher. Cette femme eft accouchée avant terme ; & non, s'eft accouchée, &c. Ni, elle a accouché, &c. Elle eft accouchée d'une fille ; &

[blocks in formation]

S'es acouchâdo d'un ëfan; elle eft accouchée d'un garçon.

ACOUCHÂLIOS; les couches d'une femme: Le temps pendant lequel elle demeure au Îit à caufe de l'enfantement. ACOUCOULAT ; Choyer dorloter, mitonner.

ACOUDIT. Pêous acoudits; Cheveux par toupets, gras, huileux. Voy. Amëchi. ACOUDIT; ou acoudat. Voy. Amati.

ACOUFIGNA; Acculer, pouffer dans un lieu étroit & fermé. S'acoufigna; fe blotir dans un

coin.

ACOULA; Embraffer, don ner l'acolade; fauter, ou failit

au cou.

ACOULAT Compagnon, camarade, affocié à une bande d'ouvriers. Dérivé de, Côlo. ACOULOUBRI. Voy. Coulóbrë, s'acouloubri; s'effarou cher comme une couleuvre.

ACOUMENSA; Attaquer le premier: ës ël q'a acoumënfa c'est lui qui eft l'aggreffour.

ACOUMPAGNA; On acom→ pagne, ou on reconduit par civilité les perfonnes qui font vehues nous faire, ou nous rendre vifite: avec cette différence

qu'on dit à fes égaux; j'aurai l'honneur de vous reconduire ; & à quelqu'un qui eft au deffus de nous j'aurai l'honneur de vous accompagner.

[ocr errors]

ACOURA; Sans force, fans vigueur. Dérivé de, cor, 1aveć l'a privatif. Acoura; tranfi de froid.

'ACOURCHA; Accourcir le chemin, raccourcir un bâton, &c. Ce fentier, ce faux-fuyant accourcit le chemin d'une lieue. Acourcha uno râoubo; rapetiffer une robe. S'acourcha; s'accourcir, devenir court. Les grandes chaleurs font accourcir les vers à foie. L'on s'a courcho për aki, on accourcit par-là, en montrant un fentier ; & non • on s'accourcie.

Les

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

les jours s'accourciffent après l'équinoxe; & non, accourcif

[blocks in formation]

côté.

ACOUTA; Caler, mettre une cale, ou un coin fous le pied d'une rable chancelante. Acouta; étayer.

ACOUTA las rôdos; Enrayer une voiture, ou paffer une piece de bois dans les roues, pour les empêcher de rouler dans une defcente, & en retarder le mouvement, en les faifant gliffer.

ACOUTÂIRË, Acoutarêlo; Têtu, têtue..

ACOUTI; Amener à bien, élever avec fuccès les jeunes enfans, ou les jeunes animaux.

ACOUTI. Voy. Campëjha. Ce terme viendroit-il du grec, acolouteo, fuivre ? En Espagnol acudir.

[ocr errors]

ACQUTRA, & en v. 1. acotra; Ajulté, paré, armé équipé Au figuré, completement ivre. ACOUTSA, ou coufsejha Chaffer, mettre en fuite.

ACRÂOUMIT; fale, gluant. ACRO; Fer, acier. An d'oûnglos duros coumo d'âcro; avec des ongles durs comme du fer.

[blocks in formation]

ACUPA; Blâmer, accufet d'une faute.

ACUPAJHË; équipage. On n'at téle point les chevaux à l'équipa ge; mais à la voiture. Quand on dit, mon équipage eft mauvais cela ne s'entend pas des feuls che vaux, ou de la voiture; mais des deux enfemble.

ACURNI. Voy. Côrgno, acurgne. Voy. Courgné.

ADALI; S'adali; s'affoiblit fe deffécher, devenir fec. Adalit. Sec, foible, exténué.

ÂDË; Agde; Ville du bas Languedoc. Faites fonner le G d'Agde, & ne prononcez pas Ade.

ADËBOU; Toût de bon. ADEJHA; Prefque. 1-aduze adëjha; j'y atteins prefque, ou peu s'en faut.

ADELI. Voy. deglëzi.
ADEMALOS; Malicieufe

ment.

ADËNAN. v. 1. Dâici adënan, déformais, à l'avenir.

ADERË, dërëc, ou adarë ; de fuite, pié à pié. Acampa adërë; cueillir, ramaffer de fuite, fans rien laiffer en arriere. En Efpagnol, Arreo.

ADÉS, ou àdés-dro; tout-àl'heure. Tantôt, toujours. Adés eft l'abrégé de l'Italien adef Jo; à préfent. Ades-aro eft dond un compofé de l'Italien, ades ou adeffo & du Languedocien, dro, l'um & l'autre fynonymes. Voy

Macâri.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

hors de portée. Li podë pa adëza; je n'y faurois atteindre. Le Renard de la fable ne pouvoit at teindre aux raifins. En b. br. Tiza.

ÁDIO; Particule affirmative, qui felon le ton dont on la prononce répond à; oh oui, vrai ment, fans doute, je crois que oui, oh mon Dieu oui. Lorfque adio eft interrogatif il fe rend par, tout de bon ? Adiô eft mot à mot; à Dieu eui; étant un abrégé de,à Diou o,ou oc. ADIOU, adiou fias; adverbe; Adieu mais il eft convenu qu'adiou, ou jhôio ne fe difent qu'entre égaux, & en les tutoyant ; & que l'adiou-fias eft le feul refpectueux.

:

[ocr errors]

Le terme adiou-fias qui carac térife la langue & le pays où cette expreffion eft en ufage, fe dit également & très-correctement en languedocien foit qu'on quitte quelqu'un, ou qu'on l'aborde parce qu'elle fignifie originairement, je vous recommande à Dieu; ou bien, Dieu foit avec vous : au lieu qu'en françois on ne dit adieu qu'en prenant congé c'est donc une faute & faute très fréquente parmi les Languedociens, de dire adieu Mr. à celui qu'ils abordent dans le moment & avec qui ils s'arrêtent ; au lieu de, bon jour, ou bon foir.

[ocr errors]
[ocr errors]

Ce n'eft pas tout; ils difent qu'ils vont prendre congé de quelqu'un qui va partir; à qui ce feroit plutôt le cas de fouhaiter un bon voyage. Voyez Counjhë.

ADOBADO. v. 1. Ajufté, pa

ré. Affaifonné.

=

ADOBAMEN. v. 1. Accommodement, fatisfaction.

ADOBAR. v. 1. Satisfaire, accorder, payer.

ADOBAR. v. 1. Armer un chevalier de pied en cap.

ADOBAR los afas. v. 1. Accommoder les procès, les différens. Adobar, meubler.

Adouber, qui étoit autrefois françois, l'eft encore dans ces expreflions, adouber une fontaine, ou boucher les voyesd'eau de fa conduite. Adouber les dames au jeu de tric-trac; ou remettre en place celles qui étoient dérangées. Radouber ne fe dit que du radoub des vaisfeaux.

ADONCS. v. 1. Alors.

[ocr errors]

ADORDENAR. v. I. Deftiner, déterminer réfoudre. diffi co adordënec en fo cor; comme il avoit réfolu en lui-même.

ADOU; Leffive de Taneur. ADOUBA; Affaifonner un mets. Racommoder des fouliers, des foufflets, des parapluies, &c. Adouba de boûtos rélier des tonneaux. L'an pa mâou adouba; on l'a ajusté de toutes pieces.

ADOUBADOU, ou tuiadou, ou affachomën ; une tuérie: lieu où les Bouchers tuent, écorchent & habillent leurs bêtes, l'écor cherie; & non, l'écorchoir, ne fe dit que du lieu où l'on écorche les chevaux.

ADOUBÂJHË de boûtos; Réliage de tonneaux.

ADOUBÂIRE dëboûtos; Tonnellier; rélieur de tonneaux. Adoubâirë dë foulies; favetier de campagne, favetier des coins des rues. Adoubâirë dë pels; un pauffier un mégiffier. Adoubâirë, ou rifpët, un bailleul, un renoueur de membres démis ou difloqués, ou d'os caffés.

ADOUBUN; Affaifonnement, tout ce qui fert à affaifonner. ADOUL. n. pr. en v. fr. Adoule; trifte.

ADOUMPLIR. v. 1. Accom

[blocks in formation]
[merged small][ocr errors][merged small]

faire refluyer ce qui étoit mouillé. On ne peut fémer & labourer que la terre ne foit reffuyée; që noun fiégo adracádo,

ADRACA, En parlant du linge; efforer efforé. Faire efforer le linge qu'on vient de laver. On ne le fait fécher qu'à demi, pour le pouvoir repaffer. Les lavandieres détirent, on dérident le gros linge dès qu'il eft efforé; ce qui les difpenfe de le repaffer.

ADRAIA, adralia, ou abia; battu, frayé, fréquenté, en parlant d'un chemin. Et fi l'on parle des perfonnes, adraia fe dit de celui qui eft en chemin, ou en route, & en train d'aller.

ADRAIA, eft encore fynonyme d'afrifca; & fe dit de celui qui aborde quelqu'un, ou qui va quelque part avec un air, ou délibéré, ou empreffé. L'âi anavo tout adraia; il y alloit tout empreffé ; & dans le ft. fam. Il y alloit la gueule béante, ou enfarinée. En Espagnol. Trillado; battu. En b. br. Druilla; battre. En grec drameïn

Tere.

cur

[blocks in formation]

AËRA, ou áourëjha; Aérer un appartement, y donner de l'air; & non, aérier. Mais fi l'on parle de l'expofition d'une maifon; on dit, qu'elle eft en bel air; & non, qu'elle eft bien aérée. ➡ Aëra; efforer le linge.

AESMANSA. v. 1. Opinion, eftime avis, penfée, bruit, réputation. Aëfmanfa, o azëzmanfa de lui; fa réputation.

AËSMAR, o azësmar. v. 1. Eftimer, croire, penfer, juger, être d'avis, comparer. No devën azësmar la câoufa divina ëfSër fëmblants d-z-aour, à-z-arjhën; non debemus eftimare divinum effe fimile auro aut argento. Azëfméi caufa bëzonhofa; je crus qu'il étoit néceffaire. Azëfmei mi ëssër bënaurat; je me crois heureux.

2

[ocr errors]
[ocr errors]

Les Z, qu'on trouve dans les mots précédens azëfmanfa, azëfmar, au lieu de aëfmanfa, &c. font une lettre euphonique, pour éviter l'hiatus des deux voyelles, A, E, qu'on lie par le Z, a-z-e.

[ocr errors]

AFA, afan, o fazënda ; Affaire, foin, follicitude, peine. Lous afas; les affaires les foins. b. lat. Afarium. AFACHA; Peler des châtaignes rôties. AFACHADO

; Châtaigne tôtie, maron rôti. Padêlo de las afachados; la poële aux châtaignes. On pourroit tirer l'étymologie de ce fingulier terme de l'italien, afaciato; effronté, fans pudeur; d'autant que les châtaignes qu'on fait rôtir, ou griller, petent dans les meilleures compagnies.

AFACHOMËN; une tuerie: Lieu où l'on égorge les bêtes d'une boucherie.

AFAISSAR. v. 1. Charger accabler. D'où eft formé le fr. Affaiffer, dérivé de, Fai.

AFALIOUCA, faliouca, falucat, ou afiftoulit. Ces expreffions marquent un état de foibleffe, d'inanition, faute de nourriture. Soûi tout afaliquca

« AnteriorContinuar »