Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

= Abë.

Le très grand nombre des ou à mal. = Suffire. Atteing verbes Languedociens , ainsi que dre. Aqëlos doutos tours gram ceux du Bas-bréton , le termi- vados aou cizel gambë dos canenent en a à l'infinitif & font mâi abastarion ãou cel. Abasa ; le participe présent de même. La ralfalié. terminaison des autres verbes ABAT DË MOULI - D'ÔLI en i, ou en ë, est également la Maître - valet d'un pressoir à même à l'infinitif & à ce même huile. Abat la jhoûinêsso ; participe.

chef de la jeunesse. ABAOUZA ; (5) ou s'ariou. ABATALIA ; Fronder , jeter, ta ; fe coucher sur le ventre ou ruer des pierres avec une fronmettre vencre à terre. = Abãou. de, ou à la main. 's'Abatalia ; ga; assommer, accabler. se battre, à la fronde. Abảouza , participe ; couché, ou ABATËSSA ; la reine d'un étendu sur le ventre , profterné. bal, ou d'une fête de village. Abdouza ; accablé, excédé.

ABAZANI ; Uré, demi-pourABÂOUZAMËN ; Prollerne ri. On le dit d'un vieux ais, & ment, profternation ; & non, au figuré, des personnes. ës prostration.

tout abazani ; il est languissant, ABÂOUZI,

terme de

magna décrépit, caffé de vieillesse. guerie; Foisonner. Aqëlo fiélio A B Ë. Voy. Avëra. abãouzis ; cette feuille foisonne, Voy. Avë, ou avëdrë. = Abë. ou fournit beaucoup : c'est le oui vraiment , & non

ouipropre de la feuille de Mûrier bien. bien nourrie & de bonne qua- ABËCA ; Porter, ou donner lité. On le dit aussi d'une étoffe la bécquée ( mieux que abécher.) de durée. Abãouzis ; il y a du Abëca d'aoussels ; nourrir, ou profit à s'en habiller, elle est élever des oiseaux à la brochette. d'un bon usé.

Abëca, ne se dic au propre ABÂOUZOUS, ou d'Abâou- que

des oiseaux : il est au

figuré yous; Face contre terre ventre Synonymę, d'ëmbouca. terre, profterné, ou couché

ABÉCÂDO; la becquée , plus sur le visage.

usité que,, béchée. ABARA. Voy. ëmbara.

ABÉGÂDOS, Voy. Avëgados. ABARBASSI; Barbu , ou qui ABẾI, ouêi, bêi, jôi , juli ; a laissé crop croître sa barbe. aujourd'hui.

ABARCOURI. Voy. Avër- ABËL, Apié, bourniou , couli.

bourgnou, un rucher : lieu où ABÂRË, ou Abâro. Voy. l'on place les ruches des mouestrëchono.

ches à miel. Les ruchers doiABARËJHA ; Mêles mê. vent être à un bon abri & à langer.

l'exposition du nsidi. ÅBARËJHO; Pêle-mêle. ABELA ; Polir, nétoyer. Pr. ABARI , Voy. Acouti.

néréier. ABARIR ; Croître.

ABËLIÂNO ; La méliffe , ou ABARMI, ou Abormi ; Pré- citronelle : Plante à odeur de paré, s'Abarmi; se préparer. citron, dont les feuilles prises

ABARTASSI; couvert de buif- en guise de Thé, font un bon fons. Abarrassi; arbre dégé. ftomachique. Melilla , qui est néré en buisson : Ce qui arrive le nom grec, d'abëliáno , ligà toute sorte d'arbre brouté

gnifie; Abeille. ou fréquemment ravalé dans la

ABËLIÉ ; Grand troupeau de jeunesse. Dérivé de ,

bartas. moutons composé de plusieurs ABASSAC ; À bas , par terre. troupeaux de différens particuABASTA ; Tourner à bien, liers, confiés à un maître-bera

ou

[ocr errors][merged small]

tra

[ocr errors]

& non ,

ner

ger; pour les mener paître pen- bled, celle de l'avoine. Voy.
dant les chaleurs de l'Été sur Pousës.
les hautes montagnes. -

= Abëlié; ABIA, ou Avia ; montrer à le berger. Voy. Avuêlio.

quelqu'un le chemin, le mercre

en train d'aller, le faire aller ABÈLIO. Carga coumoun' até.

vite. Du lat. Via.. lio ; chargé comme un mulet.

ABIADA, ou Amiada ; ca. ABËLUC ; Affection au

reller , flater, amadouer, pa. yail. = Dextérité.

seliner quelqu'un. ABELUGAT ; Éveillé, dispos.

ABIAT. Voy. Adralia. ABËNA; élimé usé : On ABIÉDOR. V. l. lo temps le dit d'un habit , d'un meuble

abiédor ; le temps avenir. qui a long-temps fervi , qui

ABILLÉZO

į Science , habi. est percé. Au figuré ; un

leté , dextérité, homme usé par le travail, les ABIMA; fripé, fali , perdu ; maladies, la débauche. = Abë.

abîmé. Ce dernier mot na; las , fatigué, ennuyé , ral

n'est françois au propre & ay safié. Voy. Avëna , du mot ra

figuré, que lorsqu'il lignifie , dical bën. ABÊOURADOU ; Un abreu

plongé, enfoncé, englouti. On

dic , abîmé de dettes, cette ville voir , qu'il ne faut pas pronon- abîma , &c. cer comme abruvoir. Un

ABINATA , ou Avinatá ; aviauget de cage. On mene boire

imbiber de vin, Aco's un les chevaux à l'abreuvoir. Les oûirë abinate , dit-on de queloiseaux boivent dans l'auget de

qu'un accoutumé à beaucoup leurs cages. Il y a un auger à boire ; c'est un sac à vin. l'eau , & un autre pour la man- ABISSA, ou. Abaissar ; abîgeaille. On dic en proverbe , vai mer. = rouer de coups. - Abrou foul à l'abëouradou ; il ne batre, démolir , décruire. Du faur „pas le presser pour boire. lat. Abiffus.

ABËOURË ; Toute sorte de ABIT, ou Avit ; sarment de boisson, le plus souvent, de la vigne. Voy. Gavel. piquecte ou de l'abondance , ABIZA, ou Aviza ; aviser, qui est du vin plus ou moins avertir, faire réflexion, &c. s'a. trempé.

biza câoucun, ou qicon; ABERIT; Fringant , éveillé. appercevoir quelqu'un, ou quel

ABËRLËNCO; Fruit ,, ou baie que chose ; & non s'aviser'de, de l'Amelanchier. Abërlënco, eft &c. di bis un tâou, foui le féminin d'Abërlën. n. pr. pas abiza Soun frâirë; j'ai d'homme.

vu un tel , je n'ai pas apperçu ABËRLËNKIÉ , ou Amëlan : son frere ; & non, je ne me l'amélanchier : espece d'alisier : suis pas avisé de , &c. On doit arbrisseau à baies noires qui croîc dire , ne prenez pas garde à moi; dans les terres stériles.

& non, ne vous avisez pas de ABËRMA. Voy. Vërma. moi. t'abisës parla, bo

ABESCOPS, ou à belos fés; pagaras ; li tu oses parler , cu quelquefois.

lc

payeras ; & non, le cu t'aA BËSSI; Émoussé. Voy. yises , &c. Mouru.

ABLACA ; Coucher, verser, ABËSTI; Abêtir. =Hébêté. abbatre : on le dit des bleds

A BË T. Le sapin arbre que les grosses pluies verfent. rélineux des hautes monta. ABLACADO ; Le verfemenc gnes à feuille d'If. En Jarin. des bleds par les pluies , l'abAbies.

baris d'arbres par les vents, les ABĒTS, ou Avës; la balle du tempêtes.

[ocr errors]

A ij

[merged small][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]

ABLADA; Ou Abladar ; embla- Ermë; abandonné , on le dit per une terre , la remer en bled. d'un champ, d'une vigne qu'on

ABLAZI , ou Sëgat ; Couple laille fans culture ; d'une mai. mollet, avachi, usé. On le dit son qui dépérit faure d'entre, fur-tour du linge qui pour avoir tjen, ou de réparation, s'Abouri; été porté & blanchi pendant dépérir toinber en friche, des années a perdu la 'raideur mettre en désert. Au figuré. qu'il avoir étant neuf.

Fënno abourido ; femme dont la ABLAZIGA ; Accablé, ha- beauté & la fraicheur font raffé, moulu de fatigue , de fanées, ou passées. Jallitude.Ablaziga , ou abláiza A B'O UR I; Rabougri. cãouq'un; meurtrir, briser les $'Abouri ; être dégoûté. os , &c. Dérivé de, blazi, ou ABOURIMËN, Abandou, del, blazir.

truction. Travalia , n'ës q'abou. ABLAZIGADÛRO ; Courba- rimën cor; le travail n'est bon gure, ou latlitude douloureuse qu'à user le corps. & fpontanée.

ABOURIOU, Abourîvo ; hâ. ABOUCA ; Vider verser. tif, précoce. l'Abourivo sëghiol, Aboucas aqël sa dinz-aqëftë ; vi. du lar. Abortivus ; venu, ou nê dez le fac dans çeluici. Abouca

avant le temps. vi din un vëirë; verser du ABOUSCASSI, ou Abourdit ; vin dans un verre. s' Abouca ; abârardit , dégénéré. s’Abouf verser , on le dit d'une char- casi ; s'abâtardir , fe rouiller, Tere & de toute autre voiture, On le dit au propre des plantes, ļorsque par quelque accidentelle L'espris s'abâtardit dans la mi. tombe sur le côté. abouca. sere. On se rouille, ou on s'a. Voy. Abãouca. - Aboucae ; bâtardi par un trop long lécourbé.

jour à la campagne. Dérivé de, ABOUCHOUN , ou d'Abou- boufcas. choun. Aboucous ou d'abou.

ABOUZOUNA. Voy. ëshou cous. Voy. Abâouzous, On le dit

zouna. aulli d'une corbeille , d'un poc ABRA; Brûler , allumer. & de tout autre vaisseau ren- ABRAGHI ; Plein , rempli. versé, ou couché sur son ou ABRANDA ; Embraser. verrure.

A BRASCA, ou ëskinsa z ABOULA. Terme de jeu de ébranché , · rompu. I Rumpre boule ; mélyrer la distance d'une les branches d'un arbre en les boule au but, ou cochonner. tirant en bas. Tous les arbres

ABOUNDA ; Rallasier. rompent de fruit cette année ; Raffafé.

fabrâscou. ABOUNDIVOU; Raflasiant. On appelle , chablis, le bojs ABOURDA. Voy. Blafla. abbaru par le vent dans une

ABOURDI; Abậcardir , cor- forêt. Abrasca eft dit, pour , fompre, gâter.

abranca : il dérive , peut-être de ABOURGALI ; Rendre libé. braskë. Voy., Ce mor. ral. Le proverbe dit. Qans un ABRASCÂJHË ; Ébranchevilén s'abourgalis, ou bouto cou ment. për ëscudélos ; il n'est chere que ABRASSA. v. t. Embrasser, de vitain.

Abrassec ; il l'embralla. A BOURGNA; Éborgner, ABRAZA. v. I. Brûler. L'an abourgna d’un juel ; on l'a ABRIGA; Abriter , mettre à éborgné : ce qui, en françois, l'abri , ou à couvert du vent ne peut s'entendre que d'un cil. du soleil. Abriga un ëfan; Voy. Bórnis

choyer , mitonner un enfant ABOVAI, Abourido, ou in En lat. apricaria

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

ABRIOU Abrial, abridous, dinage ; abriter une plante, la Avril. En y. f. Abrieu.

mettre à l'exposition du soleil & ABRIVA; Donner un poisson à l'abri de la bise. S'acagrarda, d'Avril ; attraper.

fe mettre à un abri , y prendre ABRIVA ; Batcre , frapper. le soleil dans un coin au pied

Preller, hâter , diligenter. d'un 'mur, ou d'une haie. Voy. ABRIVA ('); s'animer Cagnar s'exciter , s'éverruer , s'élancer. ACÂIRA , ou Agaira ; tirer =s'amuser, s'arrêter.

des pierres, poursuivre, charABRIVADO; Élans , ou mou- ser , attaquer à coup de pierres. vement subir avec effort de ce- ACALA. Voy. Amâiza. lui, qui saute, ou qui court. ACALA, ou ëskicha ; Preller,

ABRO; Bord , rive. A . Acala la caliâdo ; presser avec bro d'un riou ; au bord d'un les mains le caillé, pour en exTuilleau.

primer le petit lait , & y don. ABROUDI. Voy. Agourini. ner la confittance nécessaire Dérivé de, brôdo.

pour être mis au moule des ABROUKI , ou Agarulji ; fromages. brouté, abougri. Un arbre abou- ACALOUNA, ou Acaloura; gri, ou qui n'est pas de belle échauffer. venue. Tels sont ceux qui ont ACAMATA; Acoster. été brourés dans leur jeunesse, ACA MINA ; Mettre en ceux que la gelée a touchés, fuite , challer. S'acamina , se ceux qu'on a dépouillés de leur hâter. feuille hors de saison : ils A CAMPA; Ramafler. = pouffent foiblement', ils sont Cueillir. On rainasse ce qui est hérissés de menus fcions courts

à cerre

tenir. On & focs. Dérivé de, bróco. cueille les fruits, les fleurs, les

ABUGADA ; Metite à la lef- feuilles qui tiennent à l'arbre five , lelliver.

ou à la plante : ainsi on ne ACABADO. A l'acabado ; cueille point les châtaignes ; au reste , à mon reste : cris des mais on les ramasse; & de même marchands des rues.

on ne ramasse point la feuille ACABALA ; Monter une fer- de mûrier, à moins que les me, la meubler, ou la fournic

cueilleurs n'en ayent

laissé tomde bestiaux, d'instrumens d'a- ber à terre ; mais on la cueille. griculture. On dit aussi dans le On cueille aussi les champignons même sens, empailler une fer- dans les champs. Acampas adërë; me ou la fournir de pailles cueillez, ou ramassez de suite. & de fourages nécessaires. Cetre double signification d'aAcabala; meublé, fourni de

campa occasionne en françois choses nécessaires à une ferme. bien des méprises. Dérivé de, cabãou.

ACAMPA; Chasser , donner ACABAMËNS. y. l. Conrom- la challe inettre en fuite. mation , achevement.

Acampën mësprëts dan ACA BASSI, acabassido, mesprëts; repoussons le mépris agrâouli , agrãoulido ;

par le mépris. tombé par l'âge ,' le travail ACAMPA, au figuré , se rend l'indigence. On le dit des fem- de bien d'autres façons. Acampa mes du bas peuple à qui quel fórfos ; prendre des forces, ques années de mariage ôtent Acampa d'apëri ; gagner de l'a. foure envie de rire , de s'ajul- pétit ; & non, de l'apti. Acampa ter & de plaire. Dérivé dc, sën; devenir · sage. Acampa çabas.

carêlo ; prendre querelle. Na ACAGNARDA, Terme de jaren pa Acampa un fdou s il n'a paa

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

au

[ocr errors]

profité d'un sou. Las galinos Au figuré, mettre quelqu'un au acampou ploûmos; les poules pied du mur. S'acantouna ; s'ac, se remplument, ou reprennent

culer, leurs plumes. Acampa grâillo ; A CÂOU , las acãous; La prendre de l'embonpoint. Moun chaux, de bonne chaux ; & non, dët acampo ; mon doigt apore les chaux : encore moins, les tume , ou le mal que j'ai au achaux. En v. l. Calcia. doigt commence à aboutir , il La chaux est une pierre calperce & alors l'apoftume jetre. caire cuire, ou calcinée dans un

S'acampara, dit-on d'un ab- four à chaux ; (& non chauseot; il le rendra , il reviendra four.) On en fait du mortier au gîre. S'acampa ; s'assem- lorsque après l'avoir éteinte & bler.

détrempée, on la corroie , Les tanps du verbe cueillie moyen d'un rabot , avec du & de ses composés, accueillir sable ; ou li l'on a des enduits à recueillir : Je cueille , je cueil- faire , avec du sablon. lois , je cueillis , je cueillirai La chaux se fuse d'elle-même, que je cueille , que je cueil- lorsqu'elle est exposée à l'air le liffe , cueilli, cueillir ; & non, plus sec. On distingue une pierre je culis

, je culiflois, je culi- à chaux d'une pierre de chaux; rai , je culis , que je culisle,

celle-ci est crue l'aurre est culir , culisant , &c.

cuite. Des naturalistes prétenÀ l'égard des termes , ramar- dent que tous les rochers cal. ser & amalfer, il paroît qu'on caires ne font qu'un composé ramasse ce qui est à terre en l'en- de détrimens ou débris de calevant. On iamasse uu chapeau, quillages. On appelle rochers un gand, ou même un enfant coquilliers ceux où les coquil. qui est tombé &c. Maison lages fossiles sont bien appaamasse , en entalsant ; soir qu'on parensa enleve ensuite

ou qu'on laisse ACAOUMA. Voy. Achâouma, ce qu'on a amassé. Amallez ces ACÂOURA ; Celui qui a ordures.

chaud , pour être trop couvert, ACAMPÂJHË, ou Amassajhë;

ou pour être trop pressé dans l'action de cueillir. = Ou de

une foule. ramasser. Point de mot françois ACAPARA ; Couvrir. S'aca. qui y réponde. Ramassage elt para foun mantél ; fe cou. barbare & cueillette vieillic. II vrir de son manteau. faut le rendre ainsi. M'a cousta ACAPTAR; Donner à em. tant d'acampājhë; il m'en a coûté phitéose, ou à bail à longues tant pour cueillir mes olives, années. tant pour ramasser mes châtai- A CARA; Confronter vac gnes. L'acampājhë la fielio ; personne avec une autre. Dérivé, l'effeuillage des mûriers.

dc, Čaro. ACAMPÂIRË, Acampâiro ; ACARCAVIÉLI. Voy. CarCueilleur , cueilleure ; = ramal- cavieli. seur, ramasseuse.

ACARNA; Fournir une maiACÂMPO; Combat à coups son de viande de boucherie.

les jeunes

ACARNASSI ou Acarna ; gens.

habitué à manger de la chair, ACANA , ou Acëna ; Gauler

mangeur de chair des noix, des olives, &c. phage. Acharné,

ACANADOÛIRO; Une gaule. ACARNASSI ; Animer, ex.

ACANTOUNA; Tirer quel. citer. qu'un à l'écart, l'acculer con- ACASSA, Poursuivre , aller tre un mur, ou dans un coin. après,

[ocr errors]

de pierres

entre

ou ZOO

« AnteriorContinuar »