Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

aument

&c:

de porc.

[ocr errors]

orme.

[ocr errors]
[ocr errors]

tes

Faites fonner durement le G. oreillade. Ii bailet un dourëliãou ;

C'est la faute presque générale il lui tira rudement les oreilles
des Garcons qui croyant de pro- ce qui n'est pas la même chose
noncer d'une façon plus agréa: que, il lui donna sur les
ble disenc, aumenter, aumen- oreilles.
tation aumentatif,

ÂOURËLIÂOU > Une oreille
ÃOUMËRAS, die pour , ol- A QURËLIÊIRO. Voy. Curo-
mëras , ou oumëras ; p. pr. & aourélio.
augmentatif d'oùmë ; grand

AOURËLIỆTOS ; Des baignets

faits avec de la fleur de farine. Il y avoit autrefois dans pres. On en verse la pâte liquide en pe. que tous les villages un grand tits tas dans de l'huile bouil. orme qui ombragcoit une place , lante on les saupoudre ensuite où se tenoient les plaids , les de sucre. allemblées de la communauté &

ÃOURËLIỀTOS , filiólos , ou ou le baillif jugeoir les différens. ghidouns ; Terme d'arpenteur ;

 OU MÔ ŘNO. On appelle témoins de bornes. doumôrno - flourido , lorsqu'un

ÂOURËLIO. Pënjho l'âourëpauvre

fait

part à un autre de lio ; il a l'oreille basse. Li caou ce qu'on lui a donné. Et l'on fa un' ósco d l'âourélio ; il faut dit par extension de cour hom- le marquer

à l'oreille me, même riche , qu'il fait une qu'il s'en souvienne. aumône fleurie , lors qu'il par- ÂOURËLIUT ; Qui a de lontage avec un ami un présent gues oreilles, basses & pendanqu'on lui aura fait. A propos de oreillard , n'est pas usité. quoi a-t-on appellé, fleuris ces AOURËZA , lourdëjha , ou forces de dons ?

councha ; Sali, bréneux. Cer enÂOUPÈTOS; Ruades de che- fant s'eft fali, il a fait sous lui; val. Ce terme paroît dit par cor.

s'ës dourëza.

=La mousseline ne ruption de , åou-pės en lat. fe falit pas autant que la batiste; (pedes ; ) les pieds hauts , ou

ne salit pas autant en l'air ; tels que les ont ces &cx animaux en ruant.

ÄOURIBELI ; Allerte. ÂOUPIATO ; Un opiat, un ÂOURIFLAN. Voy. Boufë. bon opiac de bon opiat ; & ÂOURIÊIRO. Voy. ourálios. non, de bonne opiate.

ÂOURIO, ou aurio. En lata ÂOURANIA, ou aurania. . (aureus ; ) D'or. De là le n. pr. 1, Extravagance. Ac caftier Val-dourio; vallée où l'on trouve la sua aourania ; il fut repris des paillettes d'or, ou ce qui er de son injuste dessein ; ! correc- 'a l'apparence; tel que 'le sable tionem habuit fuæ vefanie. ) appellé du mica jaunc, qu'on

ÂOURË ; Autre chose. đi mer sur l'écriture. d'aour' à fairë ; j'ai bien autre ÂOURIOLO, agriólo

aoûrchose à faire.

nêlo, ou mafclous ; le chardon ÄOURËJHA ; Battre mal- étoilé, ou chauffe-trape : plante traiter. l'ai passë , rãou- des champs hérisée de piquans : rëjharai coumo cal; li je vais là , sorte de chardons dont la racine je c'étrillerai de la bonne façon. est diurerique & apéritive.

S'aourëjha ; prendre l'air, ÂOURIĎOU; Le loriot. Voy. se réfroidir , devenir froid. Figo-laourioou. Fa l'dourióou ; Voy. Aëra.

faire le bouffon ou le niais, Â OURËLIÂOU

;, Coup sur faire le fin, dirlmuler. l'oreille , l'action de les tirer. ÂOUriou, kouribo; Farou. Dans lc It. burlesque , une che , hagard, ombrageux.

& non

[ocr errors]
[ocr errors]

2

AOURIREL; del pripeau :clio: tape, le Mezzo-Di; &c. Ec if quant ou laiton en feuille, bruni seroit peu correa de aire, par ou lissé. = Chose qui a beaucoup exemple, le levant & l'Occident, d'apparence & peu de valeur. au lieù de, le Leyani & le Cous

AOURIPELA ; Chamarté d'or chant qui sont nomis ae même & d'argene, habit couvert de espece. dorure. Il faut bien le détier de ROUROUS; Venteux ou exposé fan mérite pour chercher à le au vent, ou plutôi d'où le vent relever par ce moyen.

parı, lorsque cet ad eait s'apÂQURIPELLO, ou aquzipello ; plique aux montagues ; car il y a Un écylipèle : Maladie infiamma: grande apparence que celles fura toire. On dit un érylipele dartreux tour qui lone couvertes de neige & non une érysipele dar reuse. font l'origine des grands vents: ÃOURISTRE ; Un ouragan :

de là le mont dourous, montagne Coup de vent violent & Tubit. yenteuse ou mont venteux.

AQÜRNÉLO. Voy. &quriôlo. Âous. Voy. âou. ÂQURO; Le vent : Terme géo AOÛs; Août, le mois d'Août , nérique. douro-drëcho. La bile, pr. Oùt, sans faire sonner l'A”, le vent de nord, le même que le & très peu'le' T. C'elt ainti qu'on majhiftrâox : il souffle presque ver.

dit la mi-Oûr; mais on prononce tiçalement; ce qui fait réfluer ou l'A dans Aoûter." rentrer la fumée dans les chemi- AOUSBER,ou ausber. v. I. Cui. nées. De là le proverbe , è aquro- alle. drecho, jhës d’abri, é pâqurómë, À OU SSË; Un trgullis : Plis jhës.d'ami. De l'Aouro, terme.de qu'on fait aux robes des enfańs cadastre; du côté du nord. đouro & qu'on découd á mesure qu'ils coupo lau vizájnë ; vent qui croitfent. Fa'un äoussë; Kema ciągle ou qui coupe le visage." plier une robe , y faire un trouro

AQURO-FOLO; Coup de vent ls. impétueux, tel qu'en occasione ÅOUSSEL; Oiseau. On dit en le voisinage des hautes montagnes proverbe, fa la saoullo a l'aoulsel au..emps des neiges, qui les cou. Tans avë vis la plodmo: vendre la

peau de l'ours avant de savoir AOURO - ROUSSO; Le gent tué. car d'aoujiel ; du banan d'Est chaud et décrié pour les terme de nourrice.

AOUSSELA (s) ou s'ësfoulissa: 11 y, a que les marins qui se hérisser; au propre & au figure, fallent muçt l'st dans les poms hauffer le lon, monter sur les des vents, ou qui disent le vent grands chevaux , s'emporter. d'é, le venç d'Opé, de Sud. É, &c. À OUSSÉ LAS, augmentatif Dans la pronopciation ordinaire d'aouffel; Nom générique sous tèon fait fanner soutes les lettres, quel on comprend tous les grands d'Est, d'Ouest, &c.

oiseaux de proie, tels que le milan, Nous ajouterons, par occasion, l'épervier, le faucon & sur-tout que les différens noins des points la bure, qui fondent sur les picardinaux opposés doivent aller .geons & fur la volaille. Fài lou ensemble dans la même espece, mantelë coum'un viel coutelas. & que a l'on dit, par exemple, A OUSSÉ L'Es diminutif le Nord, fon opposé est le Sud : d'aoulsel); Petits oiseaux, & non l'on doit dire,de même, en pom. oifillons qui en furanné. mant les côtés opposés de même ÀOUSSEN L’ablinghe, goussin

sípece, l'Ent, l'ouest; 1; Orient, ' mënu; La petite abfinthe d'un l'òccident; le Levant, le Cou: goûc mains désagréable & moins chant; le Septentrion, le Midi; amere que la grande. Celle-ci croir le Boréal, L'Audral; la Tramon; Jur les montagnes de Lquzerelt

vrent.

...

Vers à

[ocr errors]

un des

de l'efpérot' : elles sont employeds AÕUTRES, Hot's dóutres, nouts l'une & l'autre pour les opiats doas, n'doartës, ntahtiis ; Nous purgatifs febrifugės. Lě (ef d'ab- & non, nous autres, imité de finthe

grands alkális de l'Espagnol, Hos oitos. On accenla médecine , årtèiè lé jömille- tuc différemment norte dans, c'eft ment.

Hôtre inaison' ; c'est la nôtre. Un A OU S T À faité së labour co l'un, un co l'âoutrë; tantôt D'Aoûc.

l'uft, ráncot l'autre , ou alterAOÛSTIN ; Qui appartient du Hativertient. mois d'Août.

Abuvi du drve; Île fortée AOUSTIËS. K. Þr. Sań-t-Cours par alluvion. On l'appelle aussi les ; St, Athänáte.

on Jáveau. ROUTA ou auta. v. 1. Le vent ÂOUZAR; Un houffar, ou un d'autan ou du midi. L'aútä bufant houlard : l'H eft aspirée; & l'on dirëts eftious, ( cum aücrüm ne próxonćt pas tomme, u-houHaniem (videricis ) dicitis quia fard. astus erit).

AOUZAT. V. 1, Exércé. ẢOUTISME.«.l.te Ttes Haut. ÅOUZI ou doujhi'; Entendre, Fil de l'aoutismë; (filius altif- écouter : termès qui ne font pas Jimi) gloria & lãourisë; ( gloria fyrididymes; on compofre parin altiJimis ).

fivement en enithdáhr; & ai. Å ou fo doutoçà çà, vement en écoutant ; & de plus, allerie, allertě, debout debout, on n'enrend le plus souvent que qu'on le dépêche : c'elt ce qu'on lorfqu'on écoute. dit poúr exciter au travail & pour Rouges-ti ? Entendez - vous ? Yeveiller les parelleux.

& non y entendez-vous ? Aqëto ÂOUTÔDU. n. p. San-idoù- "campano s'ãouzi's liuen ; on Yoou ; säivt Auguftal, Évêque, ehrend de loin cette cloche, & mort à Arles.

non, elle s'entend de loin. Aco fai AOUTORGAR Y Derinétre. aise.=C'est bon à savoir. Së fa

... Livrer, boon-douzi dîrë ; j'en suis forc mettre en portellion:= En v. Fr. Ottoyer. No autorghi kouzi; déclarer fa grofleffe deLa fëmna sënhoriar el baro ; mais vant te Tuge. Dlou vou n'doujhë

en calamën ; ( mulieri non Dieu vous en veuille bien ouïr permiito dominari in vitlín, fed ou j'en accepte l'aogare. En v. fr. effe in Lc regain du

Dex vo'en oie.

Certains atâtés d'hommage du Toin; le tejet ou la seconde föulle onzieme fiecle commencent ains: de 'la feuille de mûrïer , 'la poülle Hus ou dous Yu Adalbert, Bispë de l'été ou, de l'automne,

Nënsë, &c., écoute Adalbert, AOUTOUNA ; Jetés du bois Evêque des Nimes. Ceux qui font dans l'atriere Tailon. Le inarier en Latin commencent de même :

Bien jeté , & non il est bien ( Audi tu Guillelme Magalontenfis Yoútě. On appelle une bránche Epíscope ). La mode de parler du aoûvée celle qui , ayant cessé de pluriel, en ce s'adresfant qu'à pouffer, 's'eft durcie dans l'été ou une personne, n'étoit pas encore dans l'automne , & dont les yeux venue; on ne manquoit point de & le "bourgeon du bout ront refpe&'en'tutoyant un supérieur, fermés. On dit aufli une citrouille il eût été'ridicule d'en user 'autres

Jourée, c'est-à-dire qui, ayant hent. celle de croître ; elt murie par les 'ÂOUZIDO ou doujhido; 'L'ouic. 'chaleurs d'Abấre

1-a lëva l'aouzido ; il l'a étourdi ÃOUTRĒJHAR, doutrëiar. v. du coup. Parti d'aouzido ; partir J. Accorder , permettre. De là le de' la 'inain, ='avoir la repartic kt. Oaroyer, les odiois. prompte. Scmporier, prendre

esser

[ocr errors]

1

[ocr errors]

feu pour un rien. Partis d'aou• lorsqu'on ne donne aucune mar: zido ; il est vif, bouillant, prompt que d'improbation. à se fâcher,

APÂOUZAR. v. 1. Distribuer ; ÀOUZIMË N. v. I. L'ouie. en lat. (Aponere). Për aouzimën aouzirëts é no ën- APAPAISSOUNA. Voy. Abëca. tëndrëts ; ( aure audieris & non APARA , s'apara ; Défeudre intelligetis).

se défendre. S'apara coúmo care ÂOUZINO ; Gland du chêne čvés ; se défendre à bec & à vere, & uon, eusine. Car-d'aou- griffes. -zino ; Chaic ferme & de la meil. APARA; Attraper ou recevoir leure qualité, telle que celle des quelque chose qu'on nous jetre. pourceaux, nourris de cette ef. APARO-LOU, dit-on, pour pece de gland.

faire honte ; fi ! le vilain. Â OUZINO; Bois de chêne

APARËLHADO. v. I. ou apavert. Tourol d'aouzino ; rondiu rëlhat; prêc, préparé. ou bûche de chêne vert.

APARELHAMÊN; y. I. PréÂOUZIR ou auzir. *. l. Ouir, paration, (parasceve. ) entendre. Si alcus a dourëlias APARËLHAR. v. I. Préparer, d'âouzir , douia ; que celui - là rendre propre, offrir. Si cum apaentende, qui a des oreilles pour rëlhars les vostrës mëmbrës , &c. entendre. Qi vos aou, mi kou, (Sicut exhibuiftis membra vestra (o au); qui vous écoute m'écoute. Servire iniquitati); comme vous Qi no ës Deu no vos âou. ( Qui avez fait lervir , &c. ex Deo non est, non vos audit). A PARË LHAT .Préparé. No douio : il n'entend pas; aouiats (Promptus, aprus ). Ei sei

apaaqëstas pardoulas.

rëlhat vostrës corajhës. ( Scio ÂOUZOR. v. 1. Honneur. À promptum animum veftrum ). douzor Diou ; à l'honneur de APARIA ; Rendre égal, mieux Dieu.

qu'égaliser. On rend égaux les APACHOUNA ; Patrouiller , vers à foie de différens âges & manier mal proprement quelque de différente caille, en donnant chore. = La déranger en la ma- aux plus petits plus de chaleur niant. = Apachouna , fale , mal & de nourriture. propre.

On dit également apparier & APAGABLË. v. I. Paisible. appareiller des gants, des bas,

APAIA ; Garnir de paille. = des livres, ou trouver celui qui Apaia ou apalia, faire la litiere manque, ou le pareil. aux chevaux.

APARTA las lëtros; Assembler APALIASSA; Couché ou étendu les lettres quand on commence à sur un lit.

lire. APALLI; Rendre pâle, de

A PARIA (5'); S'accoupler. venu pâle , & non, panle.

Les chiens s'accoup'ent: on fait

faillit les vaches & les jumens , APÂQURI ; Rendre peureux , louer les truies, couvrir les chienle devenir.

APÂQUTA (5P); Tomber sur APÂRO, aparat , ou pasférou ; fes mains.

Le moineau. APÂOUZA ; Consentir, con- APASTURGA; Paître, faire venir, accorder. rës noun paitre. | mësclo, rou-t-a pãouzo ; APATRASSA ; Étendu de for rien ne crouble la paix de celui long. Campé, flanqué. S'aqui ne se mêle de rien. Që rës parrafa ; le camper , se Alannoun dis di rou-t-apaouzo , qui ne quer, = s'étendre de son long. dit rien consent à tout ; aingi on APAZIMA; Appaiser, adoucir, se rend complice de la médisance, calmer, ralentir , tempérer.

Janthis

nes.

eu i

nommer

APÊOU ou apës ; Sans fond, Jhantis paftourelēts dějhours las & proprement, sans pied. Nov oumbrëtos

ia apēou. On n'y peur prendre Sëntens apazima calimas d'al pied, dit un nageur dans une jhour, &c. Goudouli. profonde fosse d'eau. Voy. Apës,

APÊQUA. Voy. Apëza. A PËBA, terme de nageur , · APËRËZI ou apëgrit ; Aco prendre pied. Voy. Apëza. quiné, acagardé, mou, lâche

APËCHOUNA. Voy. Pastissë- paresseux au travail. jha.

APËROUKIA ; Achalander. APËGA (5'); Se coler, s'at- APËRTAR. v. 1. Toucher, sacher

concerner, appartenir. No apërtë APÊI , apéilo ou apeissos. Voy. à lui ; il ne se met point en Piei.

peinc. no apërtë; ( nihil A PËL A. Aco s'apêlo parla ! mea interest). apërtë & Voilà parler , cela ! ou c'eft parler mi; je mérite bien ceci. comme il faut. Aco s'apelo un APËRTEGA; Mettre à profit. &! Voilà un homme cela , APËS, terme de nageur, sans c'est un homme que M. ua

fond ou sans pied. Du lat. res ; vel!

pied , & de l'a privatif des Grecs. Qlioique le verbe appeller fe A PËTI, ou talën ; Appétit : prenne également pour faire venir appuyez sur l'é d'appétit & de à soi ou pour exprimer le nom prononcez pas apti, comme fil'e d'une chose, & qu'en ce dernier étoit muet. On fait la même faute fens , appeller soit synonyme de en prononçant , pour mieux par

il est cependant plus ler, difren, opra, Capraine , & c. correct de n'employer le verbe , au lieu de différent, opěca, Caappeller que dans le premier sens, pitaine , &c. A bo-n-apëri fãou & le verbe , nommer que dans le pa fãouso; il n'est fausse que fecond; & de dire , par exemple, d'appétit. Dieu appella tous les animaux, APETOUNI ou apëtouï : on c'est-à-dire les fit venit, & Adam le dit du pain bien ou mal aples nomma, ou donna à chacun prêté , (ce qui est différent d'àle nom qui lui convenoit. preté). pan mâou apëtour APÉLËS. v.

1. Ouvertement, ou pan ĉissë. publiquement. En lat. ( Palam). APËZA, apëba , apaouta , nu Aparêghi apelës; (palam apparui). apčoua , terme de nageur ; Pren

APELLAIRÉ. %. 1. En termes dre pied ou toucher au fond. de pratique ; demandeur , celui Pôdë pa apëza ; je perds pied du qui appelle en cause le défendeur. le fond me manque Tous les pieds.

APËNA (s'); s'appliquer, = Y a-t-il pied ? peuc-on aller au se donner de la peine.

fond ? A PË NDRIS; Apprenti. = APËZA , ce terme est tour Grec, Apëndriso ; apprentie & non ap- Peza; La plante du pied , & l'a prentille.

privatif de la même langue dong APËNSACIA. V. 1. Ferme , nous' avons cenr exemp.es dans mérairie.

la nôtre, ce qui fait; sans pied. das apëous ; appels, Juge des qu'on fait blanchir en l'emsppels. Porter une affaire au Juge paillant ou en la butant, après des appels , & non aux appeaux: l'avoir liée. On mange à la poiterme qui étoit cependant autre. Vrade le céleri cru & le fenouil ; fois François , & qui eft encore qu'on blanchit de même en Italic. consacré comme cel dans le ressort En la : ( Apium). du Parlement de Toulouse.

API-BOUSCAS ou citrouioun i

F

:

AP

« AnteriorContinuar »